Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Tamron 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD : la polyvalence en 24 x 36

11/06/2020 | Benjamin Favier

Spécialiste des zooms transstandards de grande amplitude, Tamron dévoile un modèle exclusivement dédié à la monture Sony FE. À l’instar du trio Di III à f/2,8 constant, il se démarque, avec des caractéristiques inédites.

Présentation

Il s’agit de la septième optique de la gamme Di III en monture Sony FE. Suite au teaser diffusé sur YouTube le 27 mai, nous misions sur un modèle proche du 24-240 mm f/3,5-6,3 Sony, ou du 28-300 mm f/3,5-6,3 proposé par Tamron dans sa gamme Di pour reflex. Finalement, en optant pour une plage de focales comprise entre 28 et 200 mm, la marque est revenue aux sources : en 1992, l’AF 28-200 mm f/3,8-5,6 Aspherical était le premier zoom de grande amplitude signé Tamron. Vingt-huit ans après, le 28-200 mm f/2,8-5,6 Di III RXD investit le catalogue.

Ce zoom rejoint le trio de zooms Di III à f/2,8, composé des 17-28 mm, 28-75 mm et 70-180 mm ; ainsi qu’un tiercé de focales fixes de même ouverture : 20, 24 et 35 mm.

Toutes ces optiques ont en commun un diamètre de 67 mm, une construction à l’épreuve des intempéries, grâce à l’incorporation de joints d’étanchéité, ainsi qu’une ouverture maximale à f/2,8 – à la plus courte focale, pour le nouveau venu. Les ouvertures intermédiaires sont de f/3,5 à 50 mm ; f/5 à 100 mm ; f/5,6 de 150 à 200 mm.

Tamron a donc privilégié le 28 mm et une plus grande ouverture, au détriment du 24 mm. Un choix certainement renforcé par la popularité du transstandard 28-75 mm f/2,8 aux dimensions très proches : 17,8 mm de long et 73 mm de diamètre, contre 117 x 74 mm pour le 28-200 mm. Les poids respectifs sont de 550 et 575 g.

À 28 mm, la distance minimale de mise au point est identique sur les deux modèles, soit 19 cm (rapport 1:3,1 sur le 28-200 mm contre 1:2,9 sur le 28-75 mm). Elle se situe à 80 cm à 200 mm (grossissement 1:3,8). Le fût peut être bloqué à 28 mm via la targette Lock pour éviter qu’il se déploie par inadvertance. Le moteur pas à pas RXD (Rapid eXtra-silent stepping Drive) est similaire à celui des 17-28 mm et 28-75 mm, tandis que le 70-180 mm a inauguré le mécanisme linéaire VXD (Voice-coil eXtreme-Torque Drive).

En interne, la formule optique repose sur dix-huit éléments (quatre verres asphériques, deux LD et un XLD) répartis en quatorze groupes. Le diaphragme circulaire comporte sept lamelles. La lentille frontale bénéficie d’une protection au fluor pour faciliter le nettoyage. Un pare-soleil est fourni. Le tarif n’est pas encore connu. La disponibilité est annoncée pour le 25 juin, mais cette date pourrait être décalée, en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19.

PNG - 51 ko
Nous avons renseigné le numéro de série de l’optique utilisée pour nos tests. Elle n’est pas affectée, comme l’indique le message ci-dessus.

Au sujet du 70-180 mm, dont vous pouvez lire le test ici Tamron indique que certains modèles peuvent être affectés par un problème de calibration des composants internes ; aucun numéro de série n’est indiqué, mais si vous avez acquis ce zoom, vous pouvez renseigner le numéro de série sur le site dédié, pour savoir s’il est concerné. Si tel est le cas, la marque s’engage à remplacer l’unité interne intégralement sans frais.

- Le site de Tamron

Fiche technique

  • Prix : NC
  • Type : Zoom
  • Focales : 28-200 mm
  • Monture : Sony FE
  • Formule optique : 18 éléments en 14 groupes
  • Bague de mise au point : oui
  • Protection tout temps : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouvertures maximales : f/2,8-f/5,6
  • Ouverture minimale : f/16-f/32
  • Diaphragme : 7 lamelles circulaire
  • Distances minimales de mise au point : 19 cm à 28 mm ; 80 cm à 200 mm
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 117 x 74 mm
  • Poids : 575 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Merci pour cet article. Une petite correction : la formule optique inclut quatre lentilles asphériques (deux lentilles asphériques moulées et deux lentilles asphériques hybrides) et non pas trois.

  • Tamron se démarque depuis qqs temps , bravo
    le 17-28 est très bon, celui là risque de l’étre vu l’expérience de la marque
    Il garde la même taille de filtre, un poids contenu, et mise sur sony, une marque qui comprend !

  • Je suis curieux d’une comparaison avec le Sony FE 24-240mm, surtout monté sur un Sony A7r IV.

  • @2,3
    pas sûr qu’il risque d’être aussi bon. Le 28-70 est bon mais pas non plus très bon. Il est assez difficile de construire un zoom qui soit bon à la fois à 28 mm de focale et à 200 mm, d’autant que Tamron n’est pas réputé pour être très performant dès les premières ouvertures, il faut souvent fermer à f8 pour atteindre des résultats homogènes mais bon à l’impossible nul n’est tenu, la preuve c’est le zoom 24-240 Sony est paraît-il la plus mauvaise optique de la gamme Sony FE... Voyons les tests.

  • Pensez-vous que les performances sont aussi satisfaisantes que celles des 17-28 mm f/2,8 Di III RXD et 28-75 mm f/2,8 Di III RXD ? si oui je pense avoir trouvé ce que je vais demander pour Noël. De plus, j’ai cru comprendre qu’il n’y a pas d’équivalent chez Sony ?

  • @3 & 4
    Le 28-200 Tamron s’inscrit dans une tradition de la marque qui a été une des premières à commercialiser
    un 28-200 dans les années 1990’ si j’ai bonne mémoire.
    La réalisation d’un zoom de range R=7 qui reste homogène et performant sur l’ensemble du range reste un défi pour les opticiens.
    Traditionnellement, on s’accorde à dire qu’il existe une limite de range au delà de laquelle les performances
    cessent d’ètre homogènes.
    Pour un zoom transtandard, on s’accorde à dire (consensus un peu mou !) que cette limite est à R=4,5 environ.
    Toutefois, les opticiens réalisent des progrès lents mais réguliers sur les performances optiques de ces
    différents zooms au fil des années.
    Ainsi le 12-100/4 MZD d’Olympus est souvent cité en exemple malgré un range R=8,3 (Les perfs optiques ont tendance à flancher sur la partie 50-100 mm mais restent "acceptables").

    Pour le présent zoom, Tamron a amélioré les performances optiques de son 28-200 par rapport aux modèles
    qu’il avait commercialisé dans le passé.
    Il a revendiqué les perfs optiques de son zoom en publiant les courbes MTF qui sont très bonnes à
    28mm ET 200mm (>80% en MTF10 sur tout le champ et éventuellement sur tout le range !).
    On peut donc dire que les performances optiques de ce zoom sont bien meilleures que les 28-200 de la génération "argentique" MAIS ce résultat a un coût :

    - Le poids et l’encombrement du zoom est plus élevé (575g et 117mm Vs 405g et 76mm pour le Sigma de 2001)

    - La formule optique du zoom est beaucoup plus sophistiquée que le zoom "basique" de Sigma
    (18 lentilles dont 4 asphériques + 2 verres LD+ 1 XLD Vs 16 lentilles dont 2 asphériques ET ZÉRO VERRE DPA)

    - LE PRIX DE VENTE FAIT UN BOND EN AVANT !
    Un zoom Sigma 28-200 en 2002 était proposé à 399 € en 2002, le Tamron vaut 869 € !!! (mais justifié !)

    Les premiers samples ont été publiés par Tamron et ils sont relativement encourageants
    (on peut toutefois noter des traces d’astigmatisme sur le cliché à 28mm "à la loupe")

    La revue britannique "amateurphotographer" a publié un test où ils disent beaucoup de bien de ce zoom
    mais sans publier de clichés en HD.
    Pour les photographes les plus exigeants, il faudra donc attendre des tests plus poussés (comme ceux de JMS)
    pour se faire une idée plus précise de ce que ce zoom a dans le ventre.

    Une chose est sûre : Il n’est pas mauvais et est certainement meilleur que tous les 28-200 commercialisés
    jusqu’à présent.

    En théorie, il devrait être "meilleur" (comprendre : plus homogène sur l’ensemble du range) que ses rivaux théoriques que sont les 24-240 de Canon ou Sony. Reste à savoir de combien !

    Sur le plan commercial, Tamron fait un pari risqué du fait d’un choix de la focale de 28mm plutôt que la focale
    24mm largement "à la mode".

  • Cette optique est aussi conçue d’abord et avant tout pour draguer la clientèle des petits formats
    en leur indiquant gentiment que le 24x36 est à peine plus lourd et encombrant que l’APSC et le MFT.

    De ce point de vue, ce zoom constitue une nouvelle gifle pour les concurrents des petits formats et des
    zooms visés :

    *Le 18-135/3,5-5,6 XF OIS pour APSC est à peine plus léger (-85g !),moins encombrant (-19mm) et moins cher (20 € de moins au lancement en septembre 2014 !) que ce Tamron.
    La comparaison tourne au désastre pour Fuji lorsqu’on convertit cette optique à sa réelle équivalence 24x36 :
    Un misérable 28-200/5,3-8,5 !!!
    Un zoom qui est en réalité entre 2,3 et 3,5 x moins lumineux que le Tamron tout en étant presque aussi cher
    volumeux et lourd que ce dernier devrait normalement faire cigiter les aficionados de Fuji, non ?

    *Le "redoutable" 12-100/4 Zuiko MZD qui bénéficie certes de la focale "24mm éq. 24x36" MAIS qui la fait payer bien cher à sa clientèle : 1299 € (tarif lancement !)
    Pour le reste, cette optique montre en réalité les limites du MFT et son incapacité à faire du "petit/léger/performant" par rapport au 24x36 :

    *Le Zuiko est, comme par hasard, AUSSI ENCOMBRANT que le zoom 24x36 Tamron :

    78mm X 117mm (Zuiko) Vs 74mm X 117mm pour le Tamron

    *Le poids du Zuiko est 14g plus léger que le Tamron, excusez du peu !!!

    Une fois que je convertis ce 12-100/4 en "équivalent" 24x36, la comparaison tourne au désastre :
    Cette optique est en réalité équivalente à un 24-200/8 !!!
    En clair , celà signifie que cette optique "rend" entre 1 et 3 ouvertures au Tamron !!!
    Je me demande encore quelle excuse invraisemblable les olympussiens vont bien pouvoir trouver pour encore justifier leur choix !

    À ce train là, on se demande combien de temps les aficionados de Fuji et Olympus mettront pour enfin ouvrir les yeux sur les produits que ces marques leur proposent en réalité...et se décider à switcher au plus vite.
    Aux dernières nouvelles, les PDM de Fuji / Olympus sont flamboyantes au Japon malgré la crise économique
    et la Covid 19.
    Faut croire que les gens sont trop riches...

  • Dépriviou a mis en ligne une série de samples dont on peut tirer certaines informations :

    1-Le 28-200 Tamron est un bon zoom, assez homogène sur toute la plage focale, sauf peut-être
    (impression personnelle ?) en bout de range (à 200 mm )et, ce, dès la PO !

    2-Dans certaines conditions de pdv, des franges colorées apparaissent (en cas d’ensoleillement)
    et des AC d’environ 0,3 mm apparaissent sur des clichés au format A3.
    Peut-être l’inconvénient des objectifs indépendants que les logiciels Sony refusent de prendre en compte ?
    De ce point de vue, le 24-200 Z Nikkor est peut-être une meilleure bien que rendant 1/3-2/3 de diaph sur le
    28-200 tamy...

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE