Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Tamron SP 35 mm f/1,4 Di USD : full frontal

06/06/2019 | Benjamin Favier

À l’occasion du quarantième anniversaire de la gamme SP, la firme nippone propose une focale fixe lumineuse plein format dénuée de stabilisation. Un concurrent frontal au modèle Sigma, et une philosophie qui tranche avec les récentes habitudes prises par Tamron.

Présentation

Un SP 35 mm ? Il en existe déjà un, puisque le SP 35 mm f/1,8 Di VC USD a vu le jour et inauguré un changement de cap en termes de design – en même temps que le SP 45 mm f/1,8 Di VC USD – en septembre 2015. La marque propose ainsi une lignée de focales fixes (dont les deux précédemment citées) et zooms SP conçus pour les reflex 24 x 36, à la fois lumineux et stabilisés, comme le SP 15-30 mm f/2,8 Di VC USD, ou encore les SP 85 mm f/1,8 Di VC USD et 90 mm f/2,8 Di VC USD Macro.

Au moment de célébrer le quarantième anniversaire de la gamme SP, elle dévoile un SP 35 mm f/1,4 Di USD, qui rompt avec cette tradition. Et s’impose en rival direct du modèle Sigma Art, sorti en 2013.

« Il s’agit du meilleur objectif de l’histoire de Tamron ». Il nous tarde de recevoir un exemplaire de test, en monture Canon EF ou Nikon F, pour infirmer, ou contester, la déclaration du responsable de la planification des produits du constructeur. En attendant, sur le papier, il s’annonce plus lourd que son alter ego de la série Art : 805 g pour le SP en monture Nikon F contre 665 g. Alors que le modèle Sigma n’est pas doté de joints d’étanchéité, le SP 35 mm f/1,4 Di USD en est lui pourvu.

JPEG - 228.4 ko
Emplacements des joints d’étanchéité.

La forme optique comprend quatorze éléments, dont trois lentilles GM (Glass Molded Aspherical) et quatre LD (Low Dispersion). L’adoption de la seconde génération du revêtement anti-reflet BBAR-G2, s’annonce efficace pour éliminer les reflets et réduire les risques d’images fantôme, d’après Tamron.

JPEG - 88.5 ko
Formule optique

La distance minimale de mise au point est de 30 cm, identique au modèle Sigma. Le SP 35 mm f/1,8 Di VC USD fait mieux, à 20 cm. Il sera possible d’utiliser des filtres de 72 mm de diamètre, et le pare-soleil est fourni. Enfin, le SP 35 mm f/1,4 Di USD sera compatible avec le Tap-In, pour procéder à des micro-réglages.

L’optique sera commercialisée le 26 juin en monture Nikon F, puis le 25 juillet en version Canon EF, au prix de 999 €.

- Le site de Tamron

Fiche technique SP 35 mm f/1,4

  • Prix : 999 €
  • Type : focale fixe pour 24 x 36 (52,5 mm pour Nikon ou 56 mm pour Canon, sur APS-C en éq. 24 x 36)
  • Montures : Canon EF, Nikon F
  • Formule optique : 14 éléments en 10 groupes
  • Bague de mise au point : oui
  • Protection tout temps : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/1,4
  • Ouverture minimale : f/16
  • Diaphragme : 9 lamelles circulaires
  • Distance minimale de mise au point : 30 cm
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre du filtre : 72 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 104,8 x 80,9 mm (Canon) ; 102,3 x 80,9 mm (Nikon)
  • Poids : 815 g (Canon) ; 805 g (Nikon)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Quelles habitudes de Tamron ont été rompues ???
    La politique de Tamron, ainsi que celles des autres opticiens "indépendants", consiste à proposer des produits
    performants à un tarif attractif (au moins 30% de moins que les grandes marques) ou originaux (45/1.8 VC, 35/1.8 VC,...).
    Les autres le font ! Pourquoi pas eux ?
    En jetant un coup d’oeil sur le marché, on voit que le marché du 35 ultralumineux est en réalité particulièrement convoité (On m’avait pourtant juré que le marché des focales fixes 35mm était délaissé au profit des zooms ! Encore une fake news...) :
    - 35/1.4 Zeiss Milvus
    - 35/1.4 ZM Zeiss
    - 35/1.4 DG Art Sigma
    - 35/1.2 Samyang XP (en attendant la levée de l’embargo)
    - 35/1.4 Samyang
    - Les 35/1.4 Canon/Nikon/Sony/Leica M
    - 35/1,2 VM Voigtländer
    - Etc...

    Non, la véritable question consiste plutôt à se demander pourquoi Tamron ne l’a pas sorti plus tôt !
    En réalité, la réponse est assez facile à comprendre : Tamron voulait un produit susceptible de le distinguer de celui de son principal concurrent : Le 35/1.4 DG Art...ainsi que du 35/1.4 L II Canon accessoirement.
    Pour celà, il fallait que Tamron propose un 35/1.4 aux qualités optiques supérieures à celles de ses concurrents.
    Il se trouve que l’usage intensif des lentilles asphériques permet d’améliorer sensiblement les perfs des objectifs GA ultralumineux comme on a pu le voir récemment pour le 28/1.4 AFS Nikkor avec > 75% de contraste à MTF10 sur l’ensemble du champ !Nikon avait eu recours à 3 lentilles asphériques pour atteindre cette performance...tout en maintenant un poids "raisonnable". On en dira pas autant du Zeiss Otus...

    Dans le cas présent, les ingénieurs Tamron se sont certainement inspirés du Nikkor 28/1.4 AFS pour le design
    de ce 35/1,4 Di SP...en poussant le concept encore plus loin. Il semble que le nombre de dioptres asphériques soit de 4 au lieu de 3 pour le Nikkor (un record dans cette catégorie) avec 1 lentille asphérique double-face (L2).
    Le résultat ? Une MTF10 >90% sur tout le champ, une première pour ce type d’objectif !

    Des performances exceptionnelles associées à un tarif compétitif (son tarif est pratiquement identique à celui du Sigma lors de son lancement il y a 6 ans.) font que cet objectif n’aura pas de mal à trouver son public.

    Pour faire mieux, la concurrence devra, soit envisager un 35/1.4 stabilisé (compter 350g de plus ?)
    ou envisager un 35/1.2 pour mirrorless(comptez un supplément de poids également non négligeable)...

    Vu les performances optiques annoncées, on se demande encore ce que JMS va bien pouvoir trouver à cet objectif pour ne pas lui mettre la note de 10/10 ! ;-)

  • Je ne sais pas si il aura raison sur toute la ligne mais j’avoue que ses arguments sont assez pertinents.
    Je n’ai que du Sigma en marque tierce de mes Nikkor ( Qui se font moins nombreux dans ma panoplie d’objectifs ), je me demande si je vais pas tâter aussi du Tamron, celui là et aussi le 70 200 G2 car j’ai attendu le 70 200 sports, le Tamron a fait ses preuves et pour le Sigma j’entends pas autant d’émerveillement sur lui en parcourant les forums ( Ni de tests rigoureux ), après c’est vrai que le 70 200 Sports vient de sortir et a été peu acheté car pénurie à sa sortie...

  • D’accord, on est ébloui devant tant de savoir mais il faut quand même ici faire remarquer que l’excellentissime olympus 17 f1,2 , seule optique jamais testée arrivant à une définition record dans les tests et battant TOUS les 35 mm du marché , ne fait que 390 gr, ceci pour répondre aux sempiternels commentaires déclarant que aujourd’hui les optiques ff sont plus compactes que les optiques dédiées aux mirrorrless, aux m43.

  • @3
    Aaaaah, je l’attendais celle-là !
    Je rappelle donc pour la Nème fois qu’un 17/1.2 équivaut à un 35/2.4 tant en termes de PDC qu’en termes de capacité à collecter de la lumière.
    Tout ce que vous ferez avec votre 17/1.2 à 100 isos en MFT, vous l’obtiendrez en 24x36 à 400 isos sans pour autant que votre image soit plus bruitée.
    Les tests effectués par DxO ont à maintes reprises démontrées que le rapport S/B à 30 dB (Le fameux paramètre Low Light) est atteint dès 800 isos pour la plupart des caméras MFT alors que ce rapport
    est atteint seulement autour de 3000 isos pour les capteurs FF récents voire davantage (La techno BSI permet de creuser l’écart).

    Quant aux histoires de poids voire d’encombrement, ben 390g pour un 17 MFT, c’est en réalité beacoup quand
    on compare ce qui est réellement comparable.

    Un malheureux 35/1.8 IS STM RF Canon, équivalent à un 17/0,9 en MFT ne pèse que 305g !
    Cherchez l’erreur...
    Je vous fais cadeau des notions d’encombrement et même de coût parce que j’chuis sympa avec vous...

  • @3
    Puisque vous semblez apprécier les objectifs f/1.2, on pourrait très bien s’amuser à commercialiser également
    un 35/1.2 en 24x36. Plusieurs tentatives ont d’ailleurs été faites dans cette direction :
    35/1,2 Cosina Voigtlander pour Leica M...avec des perfs optiques assez discutables à PO...mais il ne pèse que 570g. Bien sûr, pour parvenir à ce résuultat, il a fallu se contenter d’une formule à 10 lentilles dont 2 asphériques. Olympus a utilisé une formule à 15 lentilles dont 4 dioptres asphériques !!!

    Tout récemment, Samyang a réalisé un 35/1.2 XP pour reflex qui revendique des performances optiques "correctes" dès la PO. Problème : Il pèse 1200g, ce qui est considéré comme "beaucoup" par la plupart des photographes qui préfèreront se rabattre sur des 35/1.4 plus raisonnables.

    Les objectifs 35mm pour mirrorless sont légèrement plus légers que les versions reflex.
    On sait aujourd’hui produire des objectifs 35/1.4 pour mirrorless FF très performants pour un poids
    sensiblement moindre que ce Tamron 35/1,4 Di USD (-22%).

    On considère généralement qu’un 35/1.2 aux perfs optiques identiques à un 35/1.4 doit avoir un poids 50% supérieur.

    Le 35/1.4 ZA Sony ayant une masse de 630g, on estime qu’un 35/1.2 "excellent à PO" de 950g doit être réalisable.

    Pour Canon, la réalisation d’un 35/1.2 L RF "tip-top" de 950g est donc un challenge particulièrement tentant.
    C’est beaucoup plus que votre 17/1.2 MZD mais on reste dans le domaine du "plausible" surtout depuis qu’on sait calculer des formules avec 4,5 voire 6 dioptres asphériques (cas du zoom 10-25/1.7 Leica-Panasonic).

    L’autre possibilité pour Canon serait de faire le premier 35/1.4 LIS RFpesant moins de 1 Kg (c’est aussi plausible sachant qu’une stabilisation optique pour un f/1.4 "coûte" environ 300g...