Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Test : La logitech VX Nano

15/12/2008 | Gilles Brige

On se demanderait presque ce qu’elle fait là, égarée au milieu des tests d’objectifs du Monde de la photo. Une souris ! Mais pas n’importe laquelle : la VX Nano de Logitech, la souris nomade qui scrolle à la vitesse lumière. Tant il est vrai que le photographe numérique passe désormais plus de temps l’œil rivé à l’écran qu’au viseur, n’omettant plus d’emporter son ordinateur portable en reportage…



La VX Nano n’est ni la dernière du catalogue Logitech, ni la plus gadget, ni la plus design… (quoique) Mais la mini souris laser sans fil assure des défilements rapides et souples, grâce à sa molette débrayable MicroGear qui permet de faire défiler un long document jusqu’à la fin d’une simple impulsion de l’index. Particulièrement utile pour explorer une notice PDF de 300 pages ou un catalogue Expression Media de 1500 photos. Les utilisateurs de Smart Scroll X, l’utilitaire pour Mac de Marc Moini (29$), comprendront. Avec la VX Nano, un clic sur la molette permet de passer du mode clic-par-clic au mode roue libre. La seule chose qui fait défaut à MicroGear, par rapport à Smart Scroll X, est ce léger mais ô combien élégant ralentissement en fin de course. On ne s’appelle pas smart sans raison...
En mode clic-par-clic, la molette manque quelque peu de précision à notre goût lorsqu’il s’agit de faire défiler un catalogue photo ligne par ligne, mais baste. Depuis quinze jours que nous l’avons en main, nous ne pouvons plus nous en passer, même pour dormir. Aux oubliettes, la vieille souris optique ! Ajoutons à cela le défilement horizontal grâce à la molette, qui demande lui aussi un peu de dextérité… Bien sûr, la vitesse se paramètre, de même que la fonction des touches, grâce au logiciel Logitech Control Center sous Mac (téléchargeable ici), SetPoint sous Windows. Car la VX Nano est compatible Mac et Windows, c’était l’un de nos critères de choix. A noter que la molette MicroGear n’est pas l’apanage de la VX Nano, puisqu’elle équipe d’autres souris de la gamme Logitech, à commencer par la souris de bureau MX Revolution.

Nanorécepteur



En attendant, la MicroGear est loin d’être le seul attrait de la VX Nano. L’argument choc que met en avant sa fiche technique est son mini récepteur, " le plus petit récepteur USB au monde ". Plug-and-forget, " Branchez-le et oubliez-le. " Ce n’est pas faux. Une fois connecté, il dépasse à peine de la coque, on peut ranger le portable dans sa housse sans risque de tout arracher. C’est un menu inconvénient des souris laser USB qui monopolisent un port pour le récepteur, ce que ne font pas les modèles dotés de la technologie Bluetooth (la plupart des portables récents sont compatibles). Mais bon, il suffit de connecter le micro récepteur à l’un de ces concentrateurs flexibles vendus chez MacWay (environ 9,50€), au port USB d’un clavier, d’une station d’accueil ou d’un écran et l’affaire est réglée. Souci ultime du détail, il peut aussi se clipser dans un logement dédié à l’intérieur de la VX Nano, à côté des piles, pour le transport.
Bouclons ce tour d’horizon des fonctions de la VX Nano par les touches… fonction justement. Au-dessus de la coque, juste devant la molette, une touche centrale permet de basculer entre les applications ouvertes d’OSX, comme avec le pomme-tab du clavier. Il suffit de déplacer la souris pour choisir son application. Enfin, les deux flèches, à gauche, permettent d’aller et venir dans l’historique d’un navigateur Internet.

Nanoergonomie



La principale réserve, s’il en fallait une, concernant la VX Nano, tiendrait à l’ergonomie. Avec sa ligne compacte et profilée, notre mulot est plutôt conçu pour les mains délicates d’un cadre manucuré que pour les pognes calleuses d’un photographe de chantier. En clair, la VX Nano se manipule du bout des doigts. Question de pratique.
Seconde réserve, l’autonomie. Faute de chargeur, la VX Nano est alimentée par deux piles AAA au lieu de batteries rechargeables, auxquelles la fiche technique prédit six mois d’autonomie. Voire davantage, si l’on n’oublie pas de pousser le bouton d’alimentation sur off le soir, ce qui est rarement notre cas.
Deux limites à mettre sur le compte de la vocation nomade de notre mulot. Un modèle Logitech de bureau comme le MX Revolution, avec son gabarit plus musclé et ses batteries lithium-ion, devrait mieux convenir à un usage sédentaire — à voir dans un prochain test.
En dehors de ça, la VX Nano seconde efficacement le reporter sur le terrain. Pour une quarantaine d’euros sur le Web, avec trois ans de garantie à la clé, voilà un périphérique à glisser dans le sac à dos sans trop se poser de questions. Et en plus, la VX Nano est livrée avec un étui et une rallonge USB pour éviter, le cas échéant, de devoir se contorsionner derrière une unité centrale. "Une souris première classe pour les guerriers de la route toujours sur le départ", disait le communiqué de presse. C’est nous, non ?

Le site de Logitech

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.