Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Tokina 70-200 mm f/4 : il arrive, au même prix que les autres

20/05/2014 | Franck Mée

Discrètement présenté au CP+, le Tokina 70-200 mm f/4 est le premier objectif stabilisé de la marque. Il a désormais une date de lancement et un prix, au Japon tout au moins, avec cette petite surprise : le tarif est comparable aux Canon et Nikon équivalents.

Présentation

Il y a deux groupes de fabricants d’optiques : les constructeurs d’appareils (Canon, Nikon, Olympus, Sony, etc…) et les opticiens tiers (Tamron, Zeiss, Samyang et consorts). Traditionnellement, les premiers ont une avance technologique, mais ne produisent que pour leurs propres appareils, et les seconds se distinguent par des tarifs plus abordables et un plus large choix de montures. Cependant, depuis quelque temps, Sigma (qui fabrique aussi des appareils, mais à la diffusion confidentielle par rapport à son activité d’opticien) et Tamron ont lancé des gammes plus ambitieuses, vraies alternatives aux optiques dites « constructeurs » et aux tarifs relativement proches de celles-ci.

Avec le AT-X 70-200 mm f/4 Pro FX VCM-S, Tokina emprunte également cette voie. Il reçoit un moteur de mise au point ultrasonique annulaire et, surtout, une stabilisation optique, baptisée VCM : c’est la première fois qu’un objectif Tokina offre cette technologie — avec une efficacité annoncée de l’ordre de trois IL. Sa formule optique est complexe, avec 19 éléments dont trois verres spéciaux, mais reste légèrement plus simple que les Canon et Nikon équivalents.

L’avantage, c’est que Tokina se distingue des offres Tamron et Sigma : ceux-ci ne proposent que des 70-200 mm f/2,8, sensiblement plus encombrants (le Tamron 70-200 mm VC et le Sigma 70-200 mm OS font plus de 1,4 kg et environ 20 cm de longueur, contre 980 g et 17 cm pour le Tokina).

JPEG - 54.1 ko
Le collier de pied sera fourni séparément.

L’inconvénient, c’est que du coup, le tarif est moins attractif : ce 70-200 mm f/4 sera lancé à la fin du mois, en monture Nikon dans un premier temps, pour 150 000 yens. Le tarif français n’est pas encore connu, mais cela correspond à environ 1080 € — et encore ce prix n’inclue-t-il pas le collier de pied, vendu séparément.

Certes, les Canon et Nikon équivalents sont plus chers (autour de 1300 €), mais ils sont encore un peu plus complexes et légèrement plus compacts et légers : pour les utilisateurs qui ne souhaitent pas s’encombrer d’un f/2,8, l’écart d’encombrement pourrait battre l’écart de prix. Pour les autres, autour de 1100 €, c’est le prix des Sigma et Tamron, plus lumineux d’un IL…

- Le site de Tokina

Fiche technique

  • Type : Zoom
  • Focale : 70-200 mm
  • Monture : Nikon F
  • Formule optique : 19 lentilles en 14 groupes (3 verres SD)
  • Bague de mise au point : oui
  • Stabilisation : oui
  • Ouverture maximale : f/4
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 9 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 1 m
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 167,5 x 82 mm
  • Poids : 980 g
  • Prix : 150 000 ¥ (1080 € à l’heure où nous écrivons)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Je l’attendais depuis un moment pour mettre au bout de mon d7100, mais si le prix en France est le même qu’au japon, il y aura pas photo je prendrais le Nikon.
    De plus au vu des photos il n’a pas de limiteur de focus et pas de double mode de stabilisation.
    Il va falloir attendre mais le prix de la rue devra être largement inférieur au Nikon et avoir la même qualité optique pour rivaliser.

  • quel intérêt ? sauf de voir sa cote chuter en occasion.... Il faut aussi savoir, si je ne me trompe, que la bague de MAP manuelle tourne en sens inverse de celle de nikon. Sans compter tous les problèmes de renvoi de balles en cas de probleme : c’est pas moi, c’est le boîtier et vice versa. Pour le même prix ou à peu près, il vaut cent fois mieux rester dans la marque d’origine.

  • Tokina réalise ses objectifs en les adaptant parfaitement à la marque avec laquelle ils sont compatibles.

    La bague de mise au point d’un objectif compatible Nikon tourne dans le même sens que celle d’une optique d’origine.

    Le passage en mise au point manuelle se fait en tirant la bague vers le boîtier.
    C’est plus pratique et rapide que de chercher un commutateur.

    Pour info, sauf erreur, l’équipe fondatrice de Tokina est composée d’anciens membres Nikon.

  • Traditionnellement, les constructeurs d’appareils (Canon, Nikon, Olympus, Sony, etc.) ont une avance technologique, mais ne produisent que pour leurs propres appareils, et les opticiens tiers (Tamron, Zeiss, Samyang et consorts) se distinguent par des tarifs plus abordables et un plus large choix de montures.
    Mais ça, c’était avant ! Sigma enfonce les autres sur les macros et pas mal d’autres optiques récentes. De même, Samyang à des optiques très séduisantes… ce qui fait que les boitiers Sony (et dans une moindre mesure Fuji) deviennent très crédibles, sans compter des petites perles chez d’autres.
    Pour tout dire, Canon et Nikon ne me font plus rêver, je louche de plus en plus vers Sony et Fuji… l’innovation est-là ; et si en plus on peut disposer de bonnes optiques, que demander de plus ?

  • @5
    tout d’abord, il faut rectifier deux erreurs : Sony ne fabrique pas ses propres optiques et la performance ne vient pas que de fabricants comme Sigma ou autres. SImplement, il est un fait que pour imposer ses produits bla,cs (comme je les appelle), il faut être soit meilleur soit moins cher, mieux encore : les deux. Sigma est rarement les deux. On a vu le 35 f1.4 faire un malheur mais on a vu aussi qu’il avait des problèmes de mise au point, puis il y a le problème du software. Il est clair que Sony et Fuji sont innovants, bcp plus que Canon et Nikon. Canon a toujours joué la carte de la gestion en bon père de famille : cela rassure le consommateur, voyez d’ailleurs leur 5D qui est décliné en trois versions successives afin de ne pas dérouter le client. Pour ma part, je ne vois toujours pas l’intérêt d’acheter en dehors de la marque, cela ne pose que des problèmes. La marque la plus nettement innovante aujourd’hui et la plus intéressante (parce qu’elle tient compte des remarques des clients, contrairement à SOny), c’est Fuji. Leurs chiffres de vente sont éloquents et cela se fait au détriment de NIkon (plus de 30 % de ventes en moins) d’abord, de Canon ensuite. Tous les jours, les revendeurs voient arriver des clients avec des boitiers FF et trois ou quatre optiques remettre tout leur matériel pour racheter du Fuji plus léger et même plus performant, avec de vraies optiques qui ont encore au moins une bague de diaphragmes. Si la désaffection massive continue, il et clair que les fabricants comme Tokina, Tamron et Sigma vont voir leur chiffre d’affaire baisser enproportion, d’autant que personne ne va acheter du Tamron par exemple pour le mettre sur un Fuji, c’est clair. Fuji a bien compris qu’il fallait créer une gamme performante et cohérente qui ne laisse aucun "trou" pour d’autres optiques fabriquées par des tiers. ça, c’est de l’intelligence économique. Nikon devrait en prendre de la graine.

  • Le commutateur sur le fût vient d’apparaître sur ce nouvel objectif.

    Le système de bague de mise au point coulissante s’applique aux autres modèles.

    Le site Tokina http://www.tokinalens.com/tokina/
    ne mentionne pas encore cet objectif.