Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Tumblr : fini la pornographie

05/02/2019 | Sandrine Dippa

Les contenus « adultes » sont depuis quelques semaines bannis de Tumblr. Une décision aux antipodes de sa posture jusqu’à présent assez laxiste.

Décision radicale pour Tumblr. Depuis le 17 décembre, la plate-forme de microblogging Tumblr bannit les contenus adultes explicites (Gifs, vidéos, photographies, illustration) à caractère sexuel, mais aussi les nus « à quelques exceptions près ». Ne sont néanmoins pas concernées les images d’allaitement ou en rapport avec la naissance, la nudité militante, le nu artistique (sculptures…) ou illustrant des problématiques liées à la santé (post-mastectomie…) ou à une chirurgie de réattribution sexuelle.

« Sans ces contenus, nous avons l’opportunité de créer un lieu où davantage de personnes se sentent à l’aise pour s’exprimer, quelles que soient leurs différences d’âge, de culture et de mentalité, » a expliqué Jeff D’Onofrio, l’actuel PDG de Tumblr, à propos de ce revirement. Dans son post intitulé « A better positive Tumblr » soit un meilleur Tumblr, plus positif publié pour l’occasion, il poursuit « finalement les sites dédiés aux contenus pour adultes ne manquent pas. Nous leur laissons cela et préférons créer l’environnement le plus accueillant possible pour notre communauté »

Cette décision, visant notamment à lutter contre la pornographie infantile et toute forme de traite d’être humain, intervient un mois après son bannissement temporaire de l’App Store d’Apple, en novembre dernier, suite à la découverte de posts pédopornographiques. « Nous avons une politique de tolérance zéro lorsqu’il s’agit de médias mettant en scène l’exploitation et les abus sexuels concernant des enfants. Chaque image téléchargée dans Tumblr est numérisée à l’aide d’une base de données contenant du matériel pédopornographique connu, et les images détectées n’atteignent jamais la plate-forme. Une vérification de routine a permis de découvrir du contenu sur notre plate-forme qui n’avait pas encore été inclus dans la base de données. Nous l’avons immédiatement supprimé. Nous évaluons continuellement les mesures que nous pouvons prendre pour nous améliorer et il n’y a pas de plus grande priorité pour notre équipe », avait alors commenté la plate-forme dans un message posté sur son blog laissant présager la décision prise quelques semaines plus tard de bannir radicalement tous les contenus liés à presque toutes les formes de nudité.

Si la déception s’est fait sentir du côté de certains utilisateurs, pour qui la plate-forme plutôt souple était synonyme d’espace de liberté et de libre expression, l’espace aux ‘’450 millions de blogs’’ s’est déjà lancé dans sa traque. En revanche, l’opération devrait « prendre un peu de temps au vu de sa complexité ». Depuis le 17 décembre, des outils de vérification, dont un algorithme bloquant automatiquement les contenus gênants sont actifs, les posts hébergés avant cette date sont désormais privés et visibles uniquement par leurs auteurs.

Avec cette décision, la plate-forme, créée en 2007 par David Karp, s’aligne sur les réseaux sociaux plus mainstream tels que Facebook ou Instagram qui excluent eux aussi « le partage des images de nudité à caractère artistique ou créatif » depuis de nombreuses années. En 2011 déjà, dans un excès de censure, Facebook avait censuré une photo de l’Origine du Monde de Gustave Courbet, ce qui avait notamment donné lieu à une plainte de l’auteur du post.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Vous êtes libres d’utiliser ces machins, Facebouc, Apple, Tumblr etc... dirigés par des obsédés qui prétendent faire la loi.

  • Ce qu’on appelle les "fléaux sociaux"...
    Quand l’Europe se dotera-t-elle d’OS (informatique & communication) ainsi que de réseaux propres à notre culture, à notre éducation pour ne plus être à la merci des américains ?

  • @2 ... mais nos (pseudo) élites se croient tous un peu américains, alors ...

  • Malheureusement, vous n’êtes pas libres : vous devez payer la pub qui engraisse ces fléaux, vous devez subir les conséquences de leur non paiement d’impôts, vous devez subir leurs marottes sexuelles, politiques ou autres, etc...

  • 1933 en Allemagne, les nazis brûlaient les œuvres des artistes “dégénérés”.
    2018, sur les réseaux sociaux (Facebook, tumblr, instagram, etc.), des puritains obsédés éliminent les œuvres qu’ils jugent “indécentes”. A la visibilité théâtrale de la destruction des œuvres (autodafé nazi) a succédé plus silencieusement la disparition programmée, par des algorithmes informatiques, des œuvres qui ne sont pas politiquement correctes. La prophylaxie visuelle massive menée par “les maîtres du Net”, sous le prétexte de notre protection mentale, nous contraints à disparaître de l’espace publique pour nous parquer dans les ghettos de la pornographie.