Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Tutorial #1 : La philosophie d’Aperture

01/03/2010 | Sébastien ABRIC

02/03/2010 - Premiers pas sur Aperture 3 Apple vient de sortir la troisième version de son logiciel dédié aux photographes exigeants. Petit tour d’horizon du jargon indispensable pour bien explorer les - riches - arcanes d’Aperture 3.

Présenté, il y a moins d’un mois dans sa 3e version Aperture est un logiciel hybride, à mi-chemin entre le logiciel de post-traitement et le gestionnaire de fichiers multimédia. Il a pour tache de vous faciliter la vie en regroupant sous une seule interface, archivage, post-production et distribution (impression, diffusion web, export de fichier). Le tout sans jamais apporter la moindre modification aux fichiers originaux.

- Aperture 3 en mode plein écran : Si Adobe, Google et ACDSee proposent aussi de prendre en charge votre flux de production, chacun y va de sa recette. C’est pourquoi, avant de se lancer dans le vif du sujet, il est bon de savoir comment fonctionne le logiciel sur lequel vous avez jeté votre dévolu et de vous familiariser le vocabulaire qui lui est propre. C’est ce que nous faire avec ce premier pas à pas dédié à Aperture.

- Fig.1 Ci-dessus : Comme tous les logiciels de ce type, Aperture travaille sur une base de données propriétaire appelée Photothèque. On la trouve sur le disque sous forme d’un fichier du type xxxx.aplibrary. Une des grandes nouveautés de la version 3 est la faculté de gérer plusieurs photothèques, une seule étant ouverte à la fois.

- Fig.2 Ci-dessus : Au sein du logiciel, les images sont ventilées sous forme de Projets. Un Projet peut être apparenté à un répertoire du disque dur. C’est un contenant d’image.

- Fig.3 Ci-dessus : Les projets peuvent être organisés dans une hiérarchie arborescente grâce aux Dossiers. Les dossiers sont des contenants d’Albums et/ou de Projets. Ils ne renferment pas directement d’images.

- Fig.4 Ci-dessus : A la différence des projets, les albums n’existent que de manière virtuelle. Une image peut appartenir à plusieurs albums sans grever l’espace disque. Elle n’est pas dupliquée, mais attribuée.

- Fig.5 Ci-dessus : Les Albums Intelligents possèdent les mêmes caractéristiques que les Albums mis à part qu’ils renferment des images suivant des critères définis par l’utilisateur, portant souvent sur les métadonnées.

- Fig.6 Ci-dessus : Aperture ne dispose pas d’un explorateur de fichiers tel que celui de votre système d’exploitation. Pour que vos clichés (et vidéos) soient pris en charge, ils doivent être importés.

- Fig.7 Ci-dessus : À l’importation, vous pouvez choisir de copier vos originaux (1) dans la Photothèque d’Aperture (images Gérées) ou les laisser à leur emplacement actuel (2) voir de les déplacer (3)…

- Fig.8 Ci-dessus : Si vous optez pour une de ces deux possibilités, Aperture créera les vignettes dans sa base, ainsi qu’un lien (invisible) vers chaque fichier masters. Les images sont dites Référencées.

- Fig.9 Ci-dessus : Si elles viennent à être déplacées ou renommées, le lien sera automatiquement mis à jour… tant que l’on travaille sur le même disque. Sinon, il devra être reconstruit manuellement.

- Fig.10 Ci-dessus : Les images référencées sont affublées d’un marqueur (1). Si cette marque laisse apparaître un point d’exclamation (2), c’est que le lien vers le fichier master est cassé.

- Fig.11 Ci-dessus : En choisissant d’importer vos photos dans la Photothèque, vous vous astreignez de la répercution que peut engendrer la suppression, le déplacement ou le renommage des fichiers présents sur le disque.

- Fig.12 Ci-dessus : Cette option a aussi pour avantage de n’avoir à sauvegarder qu’un fichier (la photothèque) pour mettre en sécurité vos images, leurs métadonnées ainsi que vos retouches.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages