Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Tutoriel #05 / Les Courbes

30/05/2010 | Sébastien ABRIC

30/05/2010 - Ressemblant en de nombreux points à l’outil Niveaux, que nous avons abordé lors du précédent pas-à-pas, l’outil Courbe agit de manière subtile. Il est un des rouages essentiels du post-traitement d’une image.

Les courbes dans Aperture

La courbe des tons permet de modifier la luminosité et le contraste d’une plage tonale particulière. Par exemple, posez un point sur la courbe (qui est une droite par défaut…) et étirez-le vers le bas (Fig. A ci-dessous) ou vers le haut (Fig.B ci-dessous) pour voir votre image s’éclaircir ou s’assombrir.

En plaçant plus d’un point, on va pouvoir influencer la luminosité de plusieurs plages tonales, et par de là, jouer sur le contraste de l’image. Communément, une courbe en forme de S contraste votre image en augmentant la luminosité des zones claires et en diminuant celle des ombres. La même courbe inversée atténuera le contraste.

Généralement, l’histogramme de l’image apparaît sous la courbe permettant de voir précisément les zones à travailler. Avec Aperture, l’histogramme affiché n’est pas modifié en temps réel et il faudra se fier à celui qui se trouve tout en haut du volet Ajustement.

De manière plus experte, il est possible de poser plus de 2 points sur une courbe. L’une des méthodes consiste à « bloquer » la courbe dans une section pour éviter que les corrections ne débordent sur une plage tonale. C’est ce que nous verrons au cours de ce pas à pas.

- Que se passe-t’il si l’on déplace le point noir sur l’axe des y (verticalement) ?

À ce moment, là, on dit que l’on modifie le niveau de sortie. Cet axe y, représente les valeurs de luminosité du fichier après corrections. En déplaçant le curseur noir sur l’axe des y, on redéfinit la valeur du point noir. Il ne sera donc plus noir, mais grisâtre. L’image va donc perdre en profondeur et va se voiler. Attention, n’utilisez pas cette méthode pour rattraper les ombres. Ce serait une erreur. Il en va de même avec les hautes lumières.

- Que se passe-t’il si l’on déplace le curseur noir sur l’axe des x (horizontalement) ?

L’axe des x représente les valeurs de luminosité en entrée (avant corrections). Faire glisser le curseur du point le plus sombre (point noir) sur cet axe permet de fixer les noirs les plus profonds sur l’histogramme. Ce curseur doit être placé en pied d’histogramme, comme le point blanc d’ailleurs. C’est une sorte de calibrage.

- Quelle différence existe-t’il entre l’outil Niveaux et Courbe ?
L’outil Niveaux ne travaille que sur les valeurs d’entrée, alors que l’outil Courbe agit sur les valeurs en sortie. L’outil niveaux va modifier les plages tonales et le gamma sans pouvoir interagir directement sur la luminosité.
Ces quelques précisions établies, il est temps de passer à la pratique et de voir quelles sont les options de correction qu’offre Aperture 3.

Par ajustement des niveaux, on entend le réglage du contraste d’une image couche par couche (Rouge, Vert, Bleu) et/ou selon sa luminance (composante de l’ensemble des trois couches RVB). Pour cela, on s’appuie sur un histogramme représenté dans un espace en deux dimensions :
L’axe horizontal définit l’échelle des gris. Elle s’étend du noir profond (extrême gauche) au blanc le plus pur (extrême droite). L’axe vertical définit le nombre de pixels de chaque niveau de luminosité représenté sur l’axe horizontal.

Sur l’histogramme, le curseur noir matérialise les tons foncés, celui en gris, les tons moyens et le blanc les tons clairs.
Il peut arriver que l’histogramme ne soit pas réparti sur toute la largeur de la plage tonale (axe horizontal). Pour cela, le déplacement des curseurs noir et blanc, pour redéfinir ce que l’on appelle le point noir et le point blanc. Attention, à ce niveau, ce n’est que la tonalité qui change. Il existe, via les pipettes ou l’action sur les histogrammes RVB, des moyens d’ajuster les points noir, gris et blanc pour modifier la colorimétrie. Par exemple pour neutraliser une photo présentant une dominante.

Il est ainsi possible de jouer sur le contraste (et indirectement sur la saturation), mais aussi sur la colorimétrie ou la luminosité du cliché. Ces ajustements peuvent se faire automatiquement ou manuellement. Si la première solution convient pour 80 % des images, la seconde ne prendra pas beaucoup plus de temps, mais vous laissera une latitude d’interprétation ô combien plus intéressante.
L’ajustement des niveaux pourra se faire sur l’ensemble des couches RVB ou couche par couche. Le résultat peut différer que vous appliquiez l’une ou l’autre des solutions. À vous de tester et de voir ce qui vous convient le mieux.

- Fig.1 Ci-dessus : Les niveaux - mode auto

En 1, les boutons de correction automatique du point blanc et du point noir. L’un travaille en luminance, alors que l’autre ajuste les niveaux couche par couche. À droite, l’icône de réinitialisation.

- Fig.2 Ci-dessus : Les niveaux - Semi-auto

Pour corriger une dominante colorée dans les ombres, utilisez la pipette de gauche. Ensuite, cliquez sur le noir le plus profond de votre cliché. Les corrections s’appliquent à l’ensemble des canaux.

- Fig.3 Ci-dessus : Les niveaux - Semi-Auto

Si vous le juger nécessaire, procédez de même avec le point gris et le point blanc. Ces réglages ne sont pas à utiliser systématiquement et de préférence, évitez de les cumuler.

- Fig.4 Ci-dessus : Les niveaux - Mode manuel

Vous pouvez aussi déplacer les curseurs A et B pour définir le point blanc sur l’ensemble des couches (Canal>RVB) ou canal par canal (Canal>Rouge puis Vert et Bleu).

- Fig.5 Ci-dessus : Modeler la courbe

Pour créer un point sur la courbe, cliquez sur celle-ci. Ensuite, en maintenant le bouton de la souris enfoncé, déplacez-le comme souhaité. Pour le supprimer, faites-le glisser vers un autre ou utilisez le menu contextuel.

- Fig.6 Ci-dessus : Placez un point

Une autre méthode consiste à utiliser l’icône en forme de cible qui se trouve à droite des pipettes. Elle permet de poser un point sur la courbe en fonction d’un ensemble de pixels sélectionnés à partir de votre image.

- Fig.7 Ci-dessus : Gamme Intermédiaire

Aperture dispose d’une aide bien utile pour travailler subtilement la courbe des tons. Ci-dessus, l’option Intermédiaire permet de faire varier de manière précise l’ensemble des tons moyens.

- Fig.8 Ci-dessus : Gamme des Ombres

Ici, on travaille sur les ombres. J’ai placé deux points (en rouge) pour bloquer la courbe et éviter d’influencer le reste des tons. Ensuite, j’ai accentué le contraste seulement dans les ombres.

- Fig.9 Ci-dessus : L’exemple

Dans mon exemple, j’ai défini le point blanc avec la pipette (en bleu), puis j’ai légèrement augmenté la luminosité dans les hautes lumières (rouge). Enfin, j’ai accentué le contraste dans les ombres.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Parfait. Didactique en diable. Même pour un "averti" dans mon genre, ce genre de leçon ne fait pas de mal ;-)
    Merci Sébastien. Continuez ainsi !

  • Excellent !! bon travail, ça m’aide au quotidien Merci
    Yvan

  • Je viens de l’ argentique et je m’avance dans le numérique ...

    Dans votre dernier N° vous traitez des logiciels et retouches Noir et Blanc
    et d’autres N° des logiciels retouches IMAGES et COULEURS .
    Je connais des collégues qui au bout d’une nuit " de BOULOT " ne savent méme
    plus ou ils en sont !!!! .
    Ils ont "découverts " de nouvelles couleurs ( introuvables dans le dictionnaire )
    Quelques uns ont tout laissés tomber et reviennent aux BOBINES .

    LES COULEURS VOILA le grand secret ainsi que le NOIR et BLANC (qui en sont ) .
    Si il y a autant de LOGICIEL c’est que les puces , capteurs ,et le reste en AMON et AVAL des appareils photos
    ne sont pas aux points.
    COMBIEN de SOIT DISANT PHOTOGRAPHE avec des machines ULTRA , marches en tout en automatiques.

    Dans un de vos N° on lit retouche des courbes , la retouche est faite sur les paupières et les yeux d’un tigre ......
    Résultat rien ne parait naturel ( si son véto voit l’image , il va l’examiner tout suite )

    VOILA LE TERME FINAL " NATUREL ".

    Je dis bien je m’avance vers le numérique.....

    Jean Pierre

    PS : la PHOTO ne doit pas une prise de tête ....

    • Bonjour Jean-Pierre,

      Je comprends que la passage de l’argentique au numérique peut décontenancer. J’ai mis du temps à sauter le pas et je l’ai fais avec réticence... Le but de ce didacticiel n’est pas de présenter comment retoucher un oeil. Il ne me semble pas voir le terme "retouche des courbes" dans ce didacticiel.
      Nous sommes ici sur un post-traitement d’ensemble visant à modifier le contraste d’une image. Les réglages s’appliquent alors à tout les pixels. Pour faire l’analogie avec l’argentique noir et blanc, où l’on jouait avec le grade des papiers, ici on joue avec la courbe des tons.

      Pour le tigre, je pense que son vétérinaire a dû l’examiner après la photo car on est ici sur un RAW original sur lequel nous n’avons modifié que la courbe des tons. Mais il faut noter qu’un renforcement du contraste ravive les couleurs...

      Pour précision, sur la figure 2, j’utilise la pipette pour définir où se trouve le point noir le plus profond de l’image. Ici, j’ai pris la pupille du tigre... Rien d’autre. En agissant de la sorte, je précise au logiciel que la teinte prélevée est théoriquement du noir et qu’il doit adapter la tonalité de l’image et sa chromie avec cet élément comme référence.

      Cordialement

      Sébastien Abric

    • Bonjour,Je de9couvre ce site et les tutos. bravo et merci, c’est toujours tre8s sympa de faire pareagtr ses connaissances, juste une question en marge, quelle diffe9rence entre courbes et niveaux puisque les deux jouent sur les contrastes ? on ne les utilise pas ensemble ? l’un apre8s l’autre (question subsidiaire lequel en premier) ? sinon lequel privile9gier ?Merci pour les re9ponses et encore bravo les explications sont claires et e0 la porte9e de la de9butante que je suis.