Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Upright : du redressement à la correction

18/11/2013 | Gilles Théophile

Si l’outil Transformation, qui permet de corriger la perspective, nous a toujours laissés sur notre faim, son équivalent automatique, Upright, est un condensé d’efficacité et de rapidité, contribuant ainsi à accélérer le flux de travail de Lightroom.

JPEG - 81.2 ko
L’outil Upright est accessible dans le nouvel onglet Basique du panneau Corrections de l’objectif. Il est constitué en tout et pour tout d’un ensemble de cinq boutons, les automatismes faisant le reste.

Upright ou rectitude ? Le nom du nouvel outil est demeuré indéterminé, mais entre des traces de Rectitude dans la Bêta publique et Upright dans sa version anglaise, c’est finalement le nom original qui a été retenu pour toutes les versions localisées de Lightroom, en tant que marque propriété d’Adobe. Jusqu’à présent, et depuis Lightroom 3, nous avions droit à l’outil Transformation directement issu de Photoshop. Pratique de par son intégration au flux de travail Lightroom, il faut reconnaître qu’à l’usage il pèche sérieusement par l’impossibilité de traiter séparément chaque côté dans le cas du redressement de perspectives puisque le moindre ajustement à gauche doit être repris à droite. À cela s’ajoute l’impossibilité de forcer une correction rectangulaire à quatre côtés, comme le font très bien DxO Optics Pro ou l’éditeur externe DxO ViewPoint, spécialement développé pour Lightroom, d’ailleurs. Dans Lightroom 5, l’outil Transformation n’évolue pas, si ce n’est l’ajout d’un curseur Aspect qui permet d’étirer ou de comprimer l’image, en largeur comme en hauteur, pour compenser certaines déformations.

L’Upright attitude

Upright ne remplace pas totalement l’outil Transformation (voir encadré ci-dessous), mais peut se substituer à lui dans un certain nombre de cas, d’autant qu’il est automatique et, il faut bien l’admettre, s’avère particulièrement efficace pour redresser l’horizon, les perspectives verticales ou horizontales, ou tous à la fois.L’outil se présente sous la forme d’un simple panneau pourvu de cinq boutons, et rien d’autre. Pour le découvrir, allez dans le module Développement, ouvrez le panneau Corrections de l’objectif, puis cliquez sur l’onglet Basique. La section du haut contient un certain nombre d’options permettant d’appliquer un profil de correction d’objectif – ce que nous vous conseillons de faire pour rectifier la distorsion – et d’enclencher les algorithmes de traitement des éventuelles aberrations chromatiques. Vous pouvez également contraindre le recordage, notamment si vous utilisez le mode de correction Complet.

De l’utilité de l’outil Transformation
Upright est si pratique et fonctionne tellement bien qu’on pourrait se demander à quoi servira l’outil Transformation qui équipe Lightroom depuis la version 3. En fait, comme tous les automatismes, ceux d’Upright peuvent également se tromper ou vous donner un résultat perfectible. Dans ce cas, vous pouvez affiner les corrections avec les curseurs de l’outil Transformation qui vont agir sur les droites verticales, les droites horizontales, la rotation ainsi que le rapport largeur/hauteur. Concrètement, si Upright a parfaitement corrigé les verticales d’un immeuble, vous pouvez redonner un aspect naturel à l’image en ajustant le curseur Vertical.

Quatre modes de correction

Par défaut, Upright est en mode Désactivé. Après avoir corrigé la distorsion, vous disposez de quatre modes de correction.

GIF - 797.2 ko
À gauche : Le mode Complet va au-delà des corrections du mode Auto, quitte à entraîner une forte rotation ou une modification du ratio L/H de l’image, matérialisée ici par les zones blanches à éliminer par recadrage.
À droite : Un bon exemple de la modération du mode Auto qui a redressé l’horizon
et corrigé les convergentes verticales, mais tout en conservant un aspect le plus
naturel possible par rapport au point de vue à hauteur d’homme.

Le premier, Auto, va analyser le contenu de l’image, puis redresser l’horizon et les lignes convergentes, qu’elles soient verticales et/ou horizontales, mais de manière à obtenir un résultat le plus naturel possible. Il ne bouleversera pas l’aspect de la photo, contrairement à Complet qui va travailler en 3D, en quelque sorte, et proposer une correction sans restrictions, même si elle implique une rotation ou une modification importante de l’image. Ensuite, après avoir comparé les deux modes, ce sera à vous de décider lequel vous convient le mieux.

GIF - 67.4 ko
Ci-dessus : Exemple de redressement automatique de l’horizon.

Le mode Niveau, comme son nom l’indique, va redresser l’horizon. Les résultats sont assez remarquables, y compris sur des images dont, justement, on ne distingue pas d’horizon de référence. Enfin, le bouton Vertical ne corrige que l’horizon et les verticales. Le bouton Réanalyser relancera les calculs si, entre-temps, vous avez décidé de désactiver ou réactiver la correction de l’objectif. L’utilisation d’Upright s’inscrit, bien entendu, dans un flux de production non-destructif et réversible. Vous pouvez également travailler par lots (voir encadré ci-dessous).

Correction Upright par lots
Upright autorise la correction par lots grâce au système de synchronisation du module Développement. Après avoir sélectionné un lot d’images incluant l’image source, cliquez sur Synchroniser : la boîte de dialogue Synchroniser les paramètres s’ouvre. La première chose à faire est de tout désactiver, car elle conserve les réglages précédents à la fermeture. Dans la section Corrections de l’objectif, vous trouverez deux options : Mode Upright et Transformations Upright, dont le fonctionnement diffère. En Mode Upright, chaque image va être corrigée individuellement en fonction de son contenu, tandis qu’en mode Transformations Upright, toutes les images de destination seront corrigées de la même manière que l’image source.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.