Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Venus Optics Laowa 15 mm f/4 : grand-angle au rapport 1:1 !

24/06/2015 | Benjamin Favier

Nous n’avons pour l’instant pas testé de produits proposés par le fabricant chinois. Mais cette nouveauté ne va pas amoindrir notre curiosité…

Présentation

Nous avons déjà parlé d’une étonnante optique au rapport 2:1 signée Venus Optics. Et il y a deux mois, nous avons évoqué un astucieux flash conçu pour la macrophotographie, proposé par le constructeur chinois. Celui-ci pourra être employé avec le nouveau Laowa 15 mm f/4.

Car il ne s’agit pas uniquement d’un objectif grand-angle. Avec une distance minimale de mise au point de 12 cm, il permet de s’approcher très près. Il est courant de voir des modes macro offrant de très faibles distances minimales de mise au point sur des compacts au grand-angle. Mais pas au rapport 1:1, comme c’est le cas avec ce 15 mm, qui couvre le format 24 x 36. Sur un boîtier APS-C (ou en mode DX sur un reflex Nikon), une fonction de décentrement est utilisable (+/- 6 mm) pour des photos d’architecture, donc à des distances plus ordinaires ; cela fonctionne aussi en plein format, mais il faut composer avec un fort vignetage, indique Venus Optics dans la foire aux questions publiée en ligne. La mise au point est uniquement manuelle. Le réglage du diaphragme s’effectue via la bague dédiée, à l’avant de l’optique.

JPEG - 168.6 ko
Exemple de prise de vue macro avec le 15 mm f/4. © Venus Optics

La formule optique comprend douze éléments, dont trois verres à haute réfraction et un à faible dispersion, le tout réparti en neuf groupes. Le diaphragme comporte quant à lui quatorze lamelles ! À noter, la lentille frontale, plate, permet d’utiliser des filtres de 77 mm de diamètre, ce qui n’est pas courant à ce type de focale. Et le pare-soleil est amovible.

Ce modèle existe en montures Canon EF, Nikon F, Sony A et FE et Pentax K. Il coûte 479 $. Il est disponible en précommande et les envois débuteront fin juillet. Nous avons demandé un exemplaire de test…

- Le site de Venus Optics

Fiche technique

  • Prix : 479 $
  • Type : Optique grand-angle
  • Focale : 15 mm
  • Montures : Canon EF, Nikon F, Sony A et FE, Pentax K
  • Formule optique : 12 lentilles en 9 groupes
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : -
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/4
  • Ouverture minimale : f/32
  • Diaphragme : 14 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 12 cm
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre du filtre : 77 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 83,8 x 64,7 mm
  • Poids : 410 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Il me semble que le mouvement de décentrement est limité au sens verticale en cadrage horizontal. De plus il n’a pas de mouvement démultiplié.

    Sinon c’est peut être une optique "spéciale" intéressante surtout avec une visée électronique pour compenser la visée à ouverture réelle en fermant un peu de le diaph.
    Elle semble assez compacte.

    Si la qualité optique est là, ils ont une belle base pour faire une optique à décentrement pour formant m4/3 et apsc, un peu plus de cercle d’image, un peu plus de tirage optique ou gain de place pour loger un mouvement de rotation et un mouvement micrométrique, quitte à venir un rapport macro d’un demi.

  • Bonne nouvelle pour l’optique photographique qui renouvelle l’art du grand angle macro après l’étonnant 24/1.8 EX Sigma
    qui ne descendait qu’à 4:10 à l’époque.

    Pour autant, j’émettrai quelques réserves :

    - La formule optique me paraît un peu légère pour un UGA ; seulement 12 lentilles quand les 15mm d’ouvertures comparables réalisés dans le passé (sans asphérique)en utilisaient davantage avec des résultats... modestes.

    - Une seule lentille DPA quand les autres fabricants en utilisent au moins 2.

    - Pas de lentille asphérique dans la formule optique. Quel sera la distorsion de l’objectif à l’infini ???

    Bien sûr, on me dira que pour le prix, on ne peut pas demander la lune aux chinois...

  • On ne leur demandera pas la lune ni autre chose. Pas de distributeur en France, voire en Europe, SAV ???, firme inconnue par rapport à la qualité et à la durabilité des matériaux utilisés, et j’en passe. Comme disait ma grand mère, je ne suis pas assez riche que pour acheter bon marché... Je ne comprends d’ailleurs pas bien non plus pourquoi on nous propose ici des produits non distribués en Europe, sauf erreur.

  • Et la mondialisation ?
    Il y a eu le même problème avec Tokina ; ça n’a pas empêché certaines personnes en France d’acheter leurs produits
    ...à leurs risques et périls il est vrai. Je crois que celà a également le cas de Samyang qui a depuis trouvé un importateur.
    Quoiqu’il en soit, le produit sera testé et le bouche à oreille fera le reste si cet objectif fait ses preuves...

  • Cela ne va pas plaire à tout le monde mais peu importe :
    oui, le chat est bien nette et bien déformé (pauvre chat), oui, l’image est aussi nette qu’une belle toile cirée, oui, au rapport 1:1, c’est une réalisation amusante mais tout ceci est en complète contradiction avec les standards actuelles qu’on ne cesse de défendre à commencer sur ce site à l’aide de tests tous plus élogieux et prometteurs les uns que les autres...
    Vous êtes toujours en train de faire l’éloge d’optiques parfaites sans déformations, sans vignettage, sans ceci, sans cela et aujourd’hui, vous nous mettez en pâture une optique qui a le seul mérite de vous aider peut-être un jour à rentrer dans les réseaux du marché de l’art contemporain, du "foutage de gueule"...

  • Je pense que vous vous méprenez totalement sur mes intentions.
    Oui, je fais volontiers l’éloge d’optiques lorsqu’elles apportent quelque chose de nouveau sur le marché photo.
    C’est le cas du 11-24/4 L Canon ou 24-35/2 DG HSM A Sigma.
    La qualité optique de ces objectifs est bonne parce que les optiques japonaises répondent généralement à des critères
    qualitatifs très élevés.

    Pour ce qui est du 15/4 macro, il répond à une frange des photographes "macrophiles" qui souhaitaient ce type d’optique parce qu’il permet des arrières-plans "relativement nets", ce qui n’est pas le cas pour les 50/100/180 macro.
    De ce point de vue, c’est une bonne nouvelle.

    Les défauts que vous citez....n’en sont pas. Les "déformations" que vous observez ne sont en réalité que la restitution
    d’une perspective orthoscopique d’un chat photographié de très près (beaucoup plus qu’un objectif habituel).
    Vous observerez donc ce "défaut" des oreilles du chat avec
    n’importe quelle optique comparable au 15/4 macro (lorsqu’ils seront commercialisés !).

    Pour ce qui est des défauts optiques, j’ai déjà émis des réserves (voir message 2) et les journalistes de LMDP également.Les samples montrent... ce que Venus Optics veut bien nous montrer !
    Nous sommes tous impatients de voir un test détaillé de cette optique afin de savoir ce qu’elle a réellement
    "dans le ventre"...

  • Je ne m’adressai pas du tout à vous ;)
    Quant à votre propos sur la distance orthoscopique, il me semble que vous "enfoncez des portes ouvertes"...
    Mon propos voulait surtout attirer l’attention sur cette mode qui consiste à vouloir modifier la perspective et la profondeur de champs à l’aide d’objectifs extrêmes pour faire un genre, tenter de faire croire qu’on a un style, se donner l’illusion qu’on est plus créatif tandis qu’on ne fait qu’utiliser des trucs... Les propositions artistiques actuelles (peinture, photographie, etc.) reposent trop souvent sur des obsessions mégalomaniaques, des expériences, des astuces, l’envie de faire croire qu’on est plus original que le voisin à l’aide de subterfuges technologiques dont on nous abreuve régulièrement plutôt que sur un travail de fond, une véritable écriture créative.

  • Mouais , c’est ce qui se dit...
    Ceci dit , il y a des geeks parmi les meilleurs photographes professionnels !!!
    L’arrivée du numérique en 24x36 et de la fonction cinéma a permis le retour de la mode des objectifs Tilt-Shift ;
    ainsi,on a pu voir il y a peu de temps plusieurs pubs utilisant(avec talent) la bascule des objectifs TS pour créer des "effets maquettes" bien connus des photographes .

    Pour en revenir au GA macro, plusieurs photographes confirmés ont confirmé l’intérêt du 24/1.8 EX Macro sur un forum bien connu. Le mieux n’est pas l’ennemi du bien.
    Il ne faut pas se leurrer : L’arrivée de nouveaux objectifs et de tout un matériel annexe (flashs, tables de réglages, télécommande, caissons de plongée dédiés,etc...) a permis aux photographes de se diversifier et leur créativité a littéralement explosé au cours de ces dernières décennies.
    Il est loin le temps des Cartier Bresson et Cie qui se sont contentés d’un seul objectif pour faire carrière !

  • à eric-p
    leur créativité a littéralement explosé... ah bon ?
    "ainsi,on a pu voir il y a peu de temps plusieurs pubs utilisant(avec talent) la bascule des objectifs TS pour créer des "effets maquettes" bien connus des photographes"
    comme tu le dis si bien, des pubs sitôt vues, sitôt oubliées (vaut mieux !). Mais à part ça ?

  • @7
    "faire l’éloge ...."
    Il me semble qu’on confond souvent dans ces commentaires l’originalité et la difficulté technique avec la pertinence du produit. Je me répète mais au risque d’une collision frontale avec Éric P dont j’apprécie le ton modéré et adéquat depuis sa "rédemption", il faut quand même reconnaître que à la fois le poids et l’encombrement et surtout, surtout la pertinence d’un range aussi,limité ont été sérieusement critiqués par certains ténors du net, critique à laquelle je souscris sans faille. En effet, une réussite technique est une chose, l’usage du produit commercialisé en est une autre. Tout le monde sera d’accord pour dire qu’une optique de ce poids va faire piquer du nez un boîtier un peu "léger", et c’est la,tendance actuelle de faire léger à part les boîtiers pro tels le d4 et le d1 qui constituent des ventes marginales et ne peuvent donc entrer en c onsidération dans ce débat. Je persiste encore à dire que le déséquilibre du,binôme optique/boîtier est une cause de mévente : regardez les Sony a7 (il est vrai qu’il y a en plus un problème de qualité optique). Donc, s’extasier sur des performances et des chiffres, c’est bien mais tester la combo sur le terrain reste indispensable pour raison garder.

  • @Technicien
    Dans tous les domaines,l’optique photographique ne cesse de progresser et permet d’élargir le champ des possibilités aux photographes ou de faciliter certains travaux.
    Pour ce qui est du reste, c’est bien simple : TOUT a progressé !
    - Meilleurs capteurs
    - meilleurs logiciels
    - Apparition des drones
    - Flash dédiés
    - Capteurs IR dédiés pour la photo d’insevctes volants
    - obturateurs spéciaux
    - Etc..

    La profession de photographe elle-même est en perpétuelle évolution.

    Bien sûr, il ne suffit pas de se contenter du matos nouveau pour être créatif, le photopgraphe tient toujours un rôle actif (peut-être même plus qu’avant !)...

  • @11,

    On est un peu HS sur ce fil mais je vais vous répondre quand même !
    Nous sommes tous d’accord sur le fond que les derniers zooms GA sont "un peu lourds",je ne vous dit pas le contraire.
    Néanmoins, vous devez reconnaître avec moi que les opticiens ont changé de fusil d’épaule concernant ce fameux critère de poids auquel ....tout le monde n’adhère pas.
    Que se passe-t-il depuis quelques années ?

    Les photographes demandent des objectifs toujours plus performants...et sont manifestement prêts à fermer les yeux si
    le poids /encombrement dépasse les conventions habituelles !

    Canon n’a pas hésité à sortir un 24-70/2.8 de 950g en 2002 qui a été un succès commercial...en plus d’un bonus en terme d’image de marque pour Canon.
    La meilleure preuve ? Les autres ont suivi !
    Nikon 24-70/2.8 AFS en 2007 : 900g (50 g de gagné en 5 ans !!!)
    Zeiss 24-70/2.8 ZA SSM Sony en 2008 : 955g !!!

    Sigma a bien tenté un 24-70/2.8 "light"
    Version 2001 : 760g. Qualité optique "moyen-bon" carrière commerciale ? ANONYME !
    Version "24-60" (2004) : 592g plus léger que la version précédente
    ...mais un range réduit ! SANCTION COMMERCIALE IMMÉDIATE !!!
    Version 2008 : 24-70/2.8 EX DG HSM "light" (790g) QUALITÉ OPTIQUE INFÉRIEURE => SANCTION COMMERCIALE.

    Depuis, les opticiens ont "réfléchi" et ils préfèrent réaliser des optiques "lourdes" mais performantes plutôt que des optiques "plus légères" ...mais qui ne se vendront pas !

    Idem pour les zooms GA : La qualité optique a un prix et ....un poids :

    14-24/2.8 AFS Nikkor (2007) : 1 Kg !
    11-24/4 L EF Canon (2015) : 1180 g !!!
    15-30/2.8 VC USD Tamron (2014) : 1080g
    24-35/2 DG HSM A Sigma (2015) : 940g

    Pour en revenir au 24-35/2 DG HSM Art, oui le range est trop faible, oui le poids est trop élevé mais
    Sigma applique la fameuse devise "c’est en forgeant qu’on devient forgeron !".
    En clair, le véritable objectif de Sigma est sans doute de faire un 17-35/2 "dans le futur" et ils se font la main en attendant sur ce 24-35/2 qui ne demande qu’à être développé !

    Après tout , c’est exactement ler chemin qu’avait emprunté Canon en 1978 lorsqu’il a commercialisé son 24-35/3.5 en 1978 ! L’histoire a par la suite permis de démontrer le bien fondé de cette stratégie qui a abouti au 17-35/2.8 L EF de 1996 (à peine plus lourd !!!!)...

    Si Sigma parvient à relever ce défi, il aura sans doute réussi à conquérir une bonne partie de la clientèle professionnelle
    très attachée aux 16-35 / 17-35...