Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Vincent Laforet

02/10/2008 | Benjamin Favier

Reverie, son court-métrage réalisé avec le Canon EOS 5D Mark II, a fait le tour de la toile. Mais avant tout, Vincent Laforet est bel et bien photographe.

En préambule du site, une vidéo. Si vous ne l’avez pas encore fait, acceptez l’invitation « Click to Play », au centre de l’écran. Le court-métrage Reverie laisse entrevoir le potentiel décoiffant du successeur tant attendu de l’EOS 5D, au moins sur le plan de la vidéo.
Mais pour mieux apprécier le travail de l’artiste américain, ne manquez pas le making of. Aussi ludique, plus instructif que le film lui-même. Utilisation d’Aperture 2.0 et Final Cut, choix des optiques, des angles de prise de vue : vous saurez tout sur les dessous du projet.

Un site superbe

Une fois le film visualisé, ne partez pas ! Le meilleur est à venir… cliquez sur Enter site. Lors de chaque visite, une nouvelle image s’affiche sur un fond gris foncé et garnit la page d’accueil. Le nom du photographe et un Index complètent une interface épurée à souhait. En déroulant ce dernier, plusieurs galeries s’offrent à vous. Au programme, photos de sport (golf, baseball, natation, football), reportages au grand air (Alaska, Suède), commerciales (Apple lui doit sa fameuse pub réalisée sur le haut du Chrysler Building, à l’occasion du lancement du logiciel Aperture), mais aussi d’actualité. Car depuis 2006, Vincent Laforet travaille assidûment pour le New York Times.
On navigue ainsi d’un univers, d’un genre à l’autre : le museau au grand-angle de chiens de traîneaux en Suède, des portraits de réfugiés afghans mués en coiffeur de rue pour gagner leur vie au Pakistan, les ravages de l’ouragan Katrina, survenus en Louisiane en 2005, photographiés peu après, puis un an plus tard, ou encore les perspectives insolites inspirées par la métropole new yorkaise, où il réside. Les galeries sont bien équilibrées, avec une moyenne de dix images pour chacune d’elles.

Jeune talent

Photographe touche-à-tout, Vincent Laforet, âgé de 33 ans seulement, fait admirer son sens de la composition et sa créativité aussi bien dans le domaine publicitaire qu’à travers ses travaux journalistiques. Ses images offrent une richesse visuelle fascinante. L’information n’est pas négligée pour autant. En bas à droite de l’écran, en cliquant sur Caption, des légendes font leur apparition. Pas toujours. Il arrive aussi que les photos se suffisent à elles-mêmes.

À visiter également, le blog de l’artiste, alimenté presque quotidiennement.

Le site de Vincent Laforet

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.