Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Visa pour l’image 2019 : le palmarès

09/09/2019 | Benjamin Favier

L’ensemble des lauréats de la trente-et-unième édition du festival international du photojournalisme ont été dévoilés ce week-end. L’an prochain, la vidéo s’invite au palmarès.

Nous reviendrons plus longuement sur les temps forts de cette trente-et-unième édition dans notre numéro mensuel, et dès demain, au travers d’un entretien avec Jean-François Leroy, créateur et directeur du festival. Il a notamment annoncé la création d’une bourse dédiée à la vidéo, en partenariat avec Canon (il existe déjà un partenariat avec la marque pour le prix de la femme photojournaliste). En attendant, voici le palmarès des photographes primés à Perpignan. Chaque prix ou bourse est doté de 8000 € (à l’exception du prix ANI-PixTrakk, qui rapporte 5000 € au lauréat).

JPEG - 325.6 ko
Des migrants d’une caravane composée en majorité de Honduriens montent à bord d’un camion devant un parc éolien, sur la route entre Santiago Niltepec et Juchitan. Près de La Blanca, État d’Oaxaca, Mexique, 30 octobre 2018.
 © Guillermo Arias / AFP

Le Visa d’Or Paris Match, catégorie News a été remis à Guillermo Arias, de l’AFP, pour son reportage La Caravane. Il a photographié les conditions de vie de migrants en provenance d’Amérique centrale, au Mexique, jusqu’à la frontière avec les États-Unis.

JPEG - 517.9 ko
Dans une décharge située dans un marécage, un homme nettoie des sacs en plastique dont le colorant bleu va contaminer l’eau du lac. En s’établissant pour des raisons économiques dans une zone humide, filtre naturel des eaux de ruissellement, les oubliés de la croissance ougandaise la détruisent et contribuent à la pollution. Katabi, Ouganda.
 © Frédéric Noy

Le Visa d’Or Région Occitane / Pyrénées-Méditerranée, catégorie Magazine, a été attribué à Frédéric Noy, auteur du sujet La lente agonie du Lac Victoria. Le photographe documente les menaces qui pèsent sur la plus vaste zone de pêche en eau douce de la planète.

Le Visa d’Or d’Honneur du Figaro Magazine a récompensé le photographe américain William Albert Allard, pour l’ensemble de sa carrière.

Le Visa d’Or de l’information numérique France Info a été attribué à l’enquête Made in France. Le sujet traite de l’usage d’armes françaises dans la guerre qui sévit au Yémen depuis cinq ans. Il a été réalisé par Mathias Destal, Geoffrey Livolsi, Lorenzo Tugnoli (par ailleurs auteur d’un remarquable reportage photo, exposé à l’Ancienne université), Michel Despratx, Aliaume Leroy et Tom Flanery, pour le site français Disclose.

Le Visa d’Or de la presse quotidienne a été remis à Francesco Anselmi, pour un sujet sur les migrants d’Amérique centrale, publié dans Libération.

Le Visa d’Or Humanitaire du CICR (Comité International de la Croix-Rouge) est remporté par Abdulmonam Eassa, photographe syrien, auteur d’un reportage sur le quotidien des habitants, lors du siège de la Ghouta orientale, en Syrie, en 2018.

Le Prix de la ville de Perpignan Rémi Ochlik, qui récompense les jeunes talents, dont le travail a été publié ou non, a été décerné à Adriana Loureiro Fernandez pour ses images prises au Vénézuéla.

La lauréate de la bourse Canon de la femme photojournaliste avait été dévoilée en juillet dernier. Il s’agit d’Anush Babajanyan, membre de l’agence VII, qui reçoit la somme de 8000 €, pour mener à bien son projet sur les familles arméniennes nombreuses, dans le Caucase du Sud. Son travail sera exposé l’an prochain, à Perpignan.

JPEG - 403.1 ko
Des apiculteurs, supervisés par Russel Armin Balan, inspectent leurs ruches. Tinúm, Yucatán, Mexique.
© Nadia Shira Cohen
Lauréate 2019 du Prix Photo - Fondation Yves Rocher

Nadia Shira Cohen est la lauréate 2019 du Prix Photo - Fondation Yves Rocher. Elle reçoit une bourse de 8000 € pour réaliser son projet de reportage au Mexique, dans le Yucatán, sur les tensions entre les apiculteurs mayas et les mennonites qui cultivent du soja génétiquement modifié.

JPEG - 320.1 ko
Levée d’écrou pour Magalie. Après 4 ans derrière les barreaux, elle est libre. Reims, 11 octobre 2018.
© Axelle de Russé / Hans Lucas
Lauréate du Prix Pierre & Alexandra Boulat 2019 soutenu par la Scam

Le Prix Pierre & Alexandra Boulat revient à Axelle de Russé, de l’agence Hans Lucas, qui pourra ainsi conduire son projet de reportage Dehors, qui porte sur la vie des femmes en France, après une incarcération.

Le Prix Carmignac du Photojournalisme échoue à Tommaso Protti. Il a réalisé grâce à la bourse du Prix un reportage sur l’Amazonie, thématique à l’honneur pour la dixième édition de cette récompense.

Le Prix Camille Lepage revient à Thomas Morel-Fort, qui aura ainsi l’opportunité d’achever son reportage sur des domestiques philippines exilées, et l’impact de la situation au niveau économique, à la fois pour leur famille, et le gouvernement de leur pays d’origine.

JPEG - 316.4 ko
Araribóia, Brésil - Un membre de la garde forestière Guajajara dans un instant de silence triste à la vue d’un arbre abattu par ceux qu’ils suspectent être des trafiquants, dans la réserve indigène d’Araribóia, dans l’État de Maranhão.
Ces dernières années, les organismes brésiliens de protection de l’environnement et de protection des populations autochtones ont été fortement réduits, et les populations tribales de toute l’Amazonie forment de plus en plus de groupes d’autodéfense.
© Tommaso Protti pour la Fondation Carmignac

Enfin, le Prix ANI-PixTrakk est remporté par Nicolas Krief, dont le portfolio a séduit le jury de l’Association Nationale des Iconographes.

À cette longue liste de récompenses, s’ajoutera donc une bourse dédiée à la vidéo, l’an prochain. Les détails seront divulgués dans les semaines qui viennent, mais les séquences devront être courtes, de 2 à 5 minutes, nous a confié Jean-François Leroy. Si le festival s’était déjà ouvert à l’image animée en accueillant le webdocumentaire, il y a dix ans (depuis, c’est un prix « numérique » qui est remis), l’arrivée de la vidéo constitue un tournant important dans l’histoire du festival. Si vous vous rendez à Perpignan, vous pourrez encore voir les expositions de cette édition jusqu’au 15 septembre, gratuitement. La semaine scolaire se déroulera du 16 au 20 septembre.

- Le site de Visa pour l’image

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.