[ Accueil ]

[ Club ]

[ ]

[
0
]

Voir le sommaire complet illustré

ABONNEZ-VOUS !
Profitez de 32 % d’économie en souscrivant à notre offre d’abonnement de 1 an (4 numéros) au prix de 19 euros TTC.
Je souhaite m’abonner au magazine Workflow

L E S O M M A I R E

ACTUALITÉS


Retour sur l’actualité marquante de ces trois derniers mois.

À SUIVRE

ADOBE CREATIVE CLOUD : LA POLÉMIQUE


Alors que nous attendions l’apparition d’une version 6.5 ou 7 de la Creative Suite, Adobe a créé la surprise et la stupéfaction en annonçant début mai à l’Adobe Max la sortie de son Creative Cloud. Un changement radical de politique pour l’éditeur qui ne proposera désormais qu’un accès par abonnement à son panel de logiciels professionnels. Explications…

L’EXPO


- Portrait(s), rencontres photographiques de Vichy : Du 14 juin au 1er septembre, la ville de Vichy se met aux couleurs de la photographie en proposant une manifestation sur la thématique du portrait. Un premier rendez-vous axé autour de huit expositions en intérieur et en plein air.

LES APPS DU MOIS


- Les Apps du mois : Perfect B & W, PicsPlay Pro, Wireless Transfer, TouchRetouch sont les 4 applications que nous avons choisies de vous présenter dans ce numéro sous le regard expert de Laurent Katz.

MAKING OF : TOUTES LES COULEURS DE KENZO PAR GOUDE


C’est d’un grand X dessiné pour Kenzo que Jean-Paul Goude nous a redonné les vraies couleurs de la saison printemps-été. À nouveau, la magie de l’inventeur de la French Correction a fait des merveilles. La haute-couture de l’image version Broadway réveille une fois encore la ville !

DOSSIER #1 : TOUT SAVOIR SUR LE DIAPORAMA


22 PAGES ■ Qu’est-ce que le diaporama ? ■ Quel logiciel pour quel résultat ? ■ Comment vous y prendre pour réaliser votre premier montage ? ■ Diffusion : où et comment partager vos créations ? ■ Les conseils de Laure Gigou, réalisatrice, présidente d’association et conférencière ■ Rencontre avec Jean-Paul Petit à l’occasion du trophée de Paris ■


Peut-être avez-vous souvenir des longues « soirées diapo » bercées par le ronronnement du projecteur de diapositives et le claquement du tiroir du
passe-vue… L’image désuète du diaporama est aujourd’hui totalement dépassée par la richesse fonctionnelle des logiciels modernes. Ils permettent de réaliser des montages dynamiques, accompagnés d’effets spectaculaires sur les images et de bandes sonores rythmées. Cette abondance de fonctionnalités ne doit pas faire oublier qu’un bon diaporama est avant tout un récit, une histoire.



- Qu’est-ce que le diaporama ? : Si le diaporama est stricto sensu un enchaînement de photos, il est bien plus que cela, le passage de l’argentique au numérique ayant fait souffler un véritable vent de créativité sur la discipline, tant pour les outils que les œuvres produites.



- Quel logiciel pour quel résultat ? : L’offre de logiciels pour enchaîner les photos est pléthorique, qu’il s’agisse de programmes dédiés ou de fonctions incluses dans les catalogueurs. Voici quelques pistes pour ne pas vous y perdre, quand les capacités des uns et des autres s’adressent à des publics différents.



- Comment vous y prendre pour réaliser votre premier montage ? : Proche du montage vidéo, la constitution d’un diaporama commence par la création et la mise en scène d’un scénario. Avec quels outils ? C’est ce que nous allons voir derechef…



- Diffusion : où et comment partager vos créations ? La création de votre diaporama est terminée ? Comment l’exporter pour le transmettre à vos proches ou au Web ? Par quel canal le diffuser et avec quel matériel le visionner ? WorkFlow vous dit tout… ou presque.



- Les conseils de Laure Gigou, réalisatrice, présidente d’association et conférencière : Laure a découvert le diaporama dans les années 1960 à l’occasion de tournées Kodak. Depuis, réalisatrice, présidente d’association, conférencière, formatrice et voyageuse, elle enchaîne les rôles.



- Rencontre avec Jean-Paul Petit à l’occasion du trophée de Paris : C’est à l’occasion du Trophée de Paris que nous avons rencontré l’un de ses organisateurs, Jean-Paul Petit, animateur de l’atelier audiovisuel d’Objectif Image. Dialogue à bâtons rompus !

DOSSIER #2 : REGARDS D’ARTISTES HORS NORMES


10 PAGES ■ Patrick Swirc ■ Morgane Denzler ■ Aline ahond ■ Louise Molière


Pour certains, la photographie s’arrête à la prise de vue ou au tirage. L’image se suffit alors à elle-même. Pour d’autres, c’est au contraire le diamant brut qu’il faut tailler, polir. C’est l’origine de la création, la matière première d’une réalisation qui s’insère à la fois dans les arts plastiques et le numérique. Cette photographie réinventée constitue le point commun des quatre artistes que nous vous présentons dans les pages qui suivent. Chacun à sa manière, ils utilisent la matière photographique, film ou papier, comme un élément de base qu’ils vont mettre en scène, modeler, découper, recomposer.



- Patrick Swirc : S’il est avant tout célèbre pour ses photos de mode et ses portraits de stars publiés dans la presse, Patrick Swirc possède aussi un univers personnel foisonnant où se mêlent réflexions intimes et travail plastique. Il a accepté de nous rencontrer pour nous parler de ses « carnets ».



- Morgane Denzler : Six mois au Liban auront laissé une trace indélébile dans l’esprit et dans l’oeuvre créative de Morgane Denzler. Des centaines de clichés qu’elle a réalisés sur place, la jeune femme exploite aujourd’hui le potentiel narratif pour réaliser des installations autour de la thématique du temps et de la mémoire.



- Aline Ahond : Prenez une photo. Découpez-la en petits morceaux, isolez des éléments et regroupez-les par couleur ou par texture. Telle est la base de travail d’Aline Ahond qui, à partir de fragments de photos, compose des scènes, entre le rêve et la réalité. Ouvrez grands les yeux et plongez dans le monde d’Aline !



- Louise Molière : En flânant sur le site du journal Libération, peut-être avez-vous déjà regardé le « scrap news » de la semaine. Cette idée originale de montage et de collage de photographies est celle d’une jeune cinéaste, Louise Molière. WorkFlow est allé la rencontrer à Libération pour assister à la réalisation de son scrapbooking de l’actu.

DOSSIER#3 : LIGHTROOM 5, DE NOUVELLES FONCTIONS, POUR QUOI FAIRE ?


12 PAGES ■ Voyagez léger avec les aperçus dynamiques ■ Le pinceau qui duplique ou corrige ■ Upright : du redressement à la correction ■ Ces petits riens qui font la différence ■ Lightroom 5, une mise à jour indispensable ?■


Un an seulement après la sortie de la version 4 du logiciel de catalogage d’Adobe, c’est déjà au tour de la version 5 de faire son apparition. Cette nouvelle mouture apporte son lot d’outils spécifiques et de fonctionnalités utiles. Proposé à moins de 130 €, alors que la suite de logiciels contenant Photoshop passe en abonnement sous la version Creative Cloud, Lightroom
est une alternative qui satisfait de plus en plus de photographes amateurs ou
professionnels, dont les fonctionnalités suffisent à une grande majorité des actions opérées sur les images. Plus que jamais, l’application se présente donc comme un incontournable du flux de travail. Après un conséquent dossier sur le logiciel dans notre premier numéro de WorkFlow, nous avons pris la décision de nous focaliser sur les nouveautés de la version 5.



- Voyagez léger avec les aperçus dynamiques : Les aperçus dynamiques et le flux de travail hors-ligne constituent très certainement la nouveauté la plus importante de Lightroom 5 avec, pour cible, la mobilité des photographes.



- Le pinceau qui duplique ou corrige : Le pinceau de retouche des tons directs n’est plus ! C’est sans regret pour l’ancien nom que nous passons au pinceau de suppression des défauts qui permet, en plus du nettoyage des poussières, d’éliminer des détails indésirables dans l’image.



- Upright : du redressement à la correction : Si l’outil Transformation, qui permet de corriger la perspective, nous a toujours laissés sur notre faim, son équivalent automatique, Upright, est un condensé d’efficacité et de rapidité, contribuant ainsi à accélérer le flux de travail de Lightroom.



- Ces petits riens qui font la différence : Comme toutes les versions qui l’ont précédé, Lightroom 5.0, c’est aussi à côté d’outils d’appel une quantité de petites nouveautés et d’améliorations saupoudrées partout dans l’application.



- Lightroom 5, une mise à jour indispensable ? : Lightroom 5.0 étant enfin disponible, nous avons pu le prendre en main et le tester en situation réelle de post-production. Compte rendu sur un logiciel qui a atteint la maturité, plein de promesses tenues, mais aussi de quoi agacer l’utilisateur.

COUP DE COEUR : FOTOR


- Fotor : Multiplateforme, Fotor existe sous des formes adaptées pour Windows 7 et 8, OS X, iOS et Android, plus une version en ligne. Tout cela en totale gratuité !

TUTORIELS / PAS-à-PAS

21 PAGES ■ Liste des tutoriels : Photoshop CS 6 ■ DxO Optics Pro 8 ■ Gimp 2.8 ■ RawTherapee ■ PaintShop Pro X5 ■ Nik/Google ■ TuneUp Utilities 2013.


- TUTORIEL #1 : Photoshop CS6
Créez un reflet sur un objet
Créez facilement un reflet sur vos photos en apprenant à maîtriser l’outil Lasso polygonal, les calques, les masques de fusion et les dégradés.


- TUTORIEL #2 : Gimp 2.8
Découpez et redimensionnez
Certains ne recadrent jamais une photo et l’impriment toujours en pleine page. Pour les autres, les outils de recadrage et de redimensionnement de leur éditeur favori font partie des essentiels. Voyons comment découper et modifi er la taille d’une image sous Gimp.


- TUTORIEL #3 : DxO Optics Pro 8
Optimisation du piqué et outils d’accentuation
Grâce à ses modules optiques, DxO Optics Pro 8 est capable d’optimiser et homogénéiser le piqué et la netteté d’une image. Ce tutoriel vous explique comment cela fonctionne, tout en faisant également le tour des autres outils d’accentuation.


- TUTORIEL #4 : RawTherapee
Sublimez les couleurs de vos paysages.
Vous avez pris des photos au format Raw ? Pourquoi ne pas profiter d’une solution gratuite pour en extraire la substantifique moelle ? C’est désormais chose possible grâce au logiciel dont nous vous proposons ici l’une des fonctions phares.


- TUTORIEL #5 : PaintShop Pro X5
Créez illico presto une superbe compo dynamique
La dernière version du logiciel de traitement griffé Corel apporte son lot de nouveautés et d’améliorations. Parmi ces dernières, une palette de fonctions HDR pour obtenir des contrastes différenciés tout en faisant ressortir les détails.


- TUTORIEL #6 : Nik/Google
Les points de contrôle U Points
Les points de contrôle (U Points) de Nik Software n’ont pas d’équivalent sur le marché du logiciel de traitement d’images qui se contente de solutions plus classiques comme le pinceau.


- TUTORIEL #7 : TuneUp Utilities 2013
Bichonnez votre PC !
Avec TuneUp Utilities 2013, apprenez à prendre soin de votre PC afin qu’il soit toujours au meilleur de sa forme. Pas besoin d’être un pro de l’informatique pour y parvenir, l’application offrant de nombreux conseils et automatismes. Suivez le guide…

DE VOUS A NOUS



Profitez de l’expertise des membres de la rédaction pour résoudre vos problèmes en matière de postproduction numérique.

LES TESTS

25 PAGES ■ Liste des tests : le service de blogs JUX ■ Topaz B&W Eff ects 2.1 ■ Samsung S27B971D ■ Eizo ColorEdge CS230 ■ Sony Vaio Tap 20 ■ LaCie 2big NAS ■ Plustek OpticFilm 120 ■ Livre Photoservice Folio ■ Papiers Barytés Permajet ■ OBM Fine Art Museum


- TEST#1 : Le service de blogs JUX
Jux a été lancé en août 2011 par le fondateur de LimeWire, l’Américain Mark Gorton. Autant dire que notre homme possède une solide expertise dans l’échange de fichiers. Le site se présente comme un générateur de blog
dont l’atout majeur se situe dans la présentation de vos galeries.


- TEST#2 : Topaz B&W Eff ects 2.1
L’éditeur du logiciel appartient au sérail des quelques spécialistes qui
offrent une famille complète de plug-in de traitement d’image, comme Nik Software et onOneSoftware. Il propose ici un plug-in ambitieux qui va bien au-delà d’une simple transcription monochrome.


- TEST#3 : Samsung S27B971D
Avec le S27B971D, le géant sud-coréen possède de quoi faire trembler les ténors. Doté d’une résolution record et d’un design original, cet écran cherche à séduire les photographes avec une colorimétrie irréprochable.


- TEST#4 : Eizo ColorEdge CS230
Depuis de nombreuses années déjà, le fabricant nippon soigne la réalisation de ses produits de haut de gamme, ne laissant aucun détail au hasard. S’il occupe la dernière marche parmi les écrans à vocation professionnelle, le ColorEdge CS230 ne déroge pas à l’excellence de ses aînés.


- TEST#5 : Sony Vaio Tap 20
À mi-chemin entre le PC tout en un et la tablette, le Tap 20 de Sony a pour ambition d’attirer à lui les utilisateurs qui ont besoin à la fois d’une tablette grand écran et d’un PC compact. Y parviendra-t-il ? Pour le savoir, nous l’avons testé.


- TEST#6 : LaCie 2big NAS
Avec son design atypique, ses performances très honorables et son interface d’administration réussie, le 2big NAS de LaCie est un disque réseau qui séduira les utilisateurs qui n’ont pas de connaissances techniques approfondies.


- TEST#7 : Plustek OpticFilm 120
L’OpticFilm 120 de Plustek apporte un peu de fraîcheur dans un univers
déserté par la plupart des fabricants et où règnent désormais les multifonctions et autres numériseurs d’entrée de gamme.


- TEST#8 : Livre Photoservice Folio
Il y a au catalogue du laboratoire Photoservice.com un large choix de livres
albums, de la collection Prestige à la jaquette personnalisable en passant par les collections Élégance et Classique dotées de traditionnelles couvertures en cuir ou en tissu. Nous avons choisi de tester la gamme Folio, caractérisée par sa couverture cartonnée entièrement personnalisable.


- TEST#9 : Papiers Barytés Permajet
Permajet dispose d’une intéressante gamme de papiers barytés aux différences subtiles dans laquelle chaque type de papier possède un rendu et un caractère qui lui sont propres. Une gamme homogène qui devrait combler les attentes des amoureux du rendu baryté.


- TEST#10 : OBM Fine Art Museum
Proposé sous son propre label par Objectif Bastille, l’OBM Fine Art Museum est un papier qui se place frontalement en concurrent d’un certain Photo Rag Ultra Smooth (Hahnemühle) dont les qualités ne sont plus à démontrer.

REPORTAGE : Michel MALLARD, directeur artistique d’expo


Les sens de la mode
Suivre Michel Mallard, c’est bouger à la vitesse du monde, sur un shooting à Paris, accrochant une expo à Londres, participant à une manifestation au Luxembourg. Entre NY, Lausanne, Oslo et Tokyo, le directeur artistique utilise au quotidien le roaming des opérateurs pour faire du monde son terrain de jeu. Le passeport de ce natif mexicain est la photographie qu’il conjugue dans toutes les langues de la création.

Vous pouvez laisser vos commentaires dans le forum associé à la présentation de ce sommaire. Elles sont bienvenues et représentent pour la rédaction un précieux échange pour que le numéro à venir soit toujours et encore "meilleur " que le précédent ! Merci

WF Numéro 4

par Michel Lion - 

Workflow - 

8.5 €.

Article épuisé

■ Actus ■ Les Apps du mois ■ Making Of : Kenzo ■ Regards d’artistes ■ Dossiers : Le Diaporama ■ Lightroom 5 : De nouvelles fonctions pour quoi faire ? ■ Retouche Photo : Photoshop CS 6, DxO Optics Pro 8, Gimp 2.8, RawTherapee, PaintShop Pro X5, Nik/Google, TuneUp Utilities 2013 ■ Tests : le service de blogs JUX, Topaz B&W Eff ects 2.1, Samsung S27B971D, Eizo ColorEdge CS230, Sony Vaio Tap 20, LaCie 2big NAS, Plustek OpticFilm 120, Livre Photoservice Folio, Papiers Barytés Permajet, OBM Fine Art Museum

Workflow est-il gagné par la nostalgie à l’occasion de la parution de son 4ème numéro ? Rien n’est moins sûr ! Il est vrai qu’en consacrant son dossier principal à l’art du diaporama (plus de 20 pages), la rédaction revisite avec un plaisir non dissimulé le mythe des « séances diapo d’antan ». C’est à la découverte d’un art et d’un plaisir toujours aussi « vivant » que la lecture de ce dossier passionnant vous convie. Certes les outils ne sont plus les mêmes et les moyens de diffuser ses œuvres se sont multipliés, pour le plus grand plaisir (...et le nôtre) des adeptes de ces séances. Workflow fait donc le tour de la question et vous révèle pourquoi cet art est toujours aussi pratiqué par ses aficionados, et a su se renouveler avec les technologies numériques. Un dossier qui se complète admirablement avec notre guide sur les vidéoprojecteurs paru dans le No 58 de MDLP, actuellement en kiosques !
Workflow fait également le point sur une polémique grandissante : la nouvelle tarification proposée par Adobe. Entre incompréhensions, craintes de tarifs abusifs, et politique exclusive nombreux élèvent la voix à ce sujet. La rédaction revient sur ces faits avec de nombreux témoignages d’experts à l’appui. Lightroom 5 étant disponible, Workflow détaille précisément les nouveaux outils de cette nouvelle mouture et pose la question : cette mise à jour est-elle indispensable ? Enfin dans un dossier de 10 pages Workflow vous invite à partager l’univers de quatre artistes hors normes. Chacun à leur manière, ils exploitent le médium photo comme une matière brute à partir de laquelle ils façonnent leur univers artistique. Surprenant ! Ce numéro est donc un manifeste technique et artistique pour vos images. Plus que jamais Workflow est une invitation donner une autre dimension à vos clichés : diaporama, carnets, galerie, collage, etc, autant de facettes d’un flux de travail qui se réinvente chaque jour et ou seule votre imagination semble être la limite. Bonne lecture !

Commenter ce produit

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

4 commentaire(s).

Messages

Voir tous les commentaires

Messages

  • Je pense qu’il y a une coquille à la page 108 dans le test de l’écran EIZO CS230 : vous indiquez un contraste de seulement 450:1 ... à ce prix là, je pars en courant :-)
    - Je suppose que c’est plutôt 950:1 ?
    - A l’extrème rigueur 850:1, mais ce serait vraiment décevant pour un écran en 2013 !

    Sinon, je trouve que cet article manque un peu de precisions :
    - Le delta E de 1.9 est mesuré avec les réglages usines ou après étalonnage avec la Spyder4 (le texte est un peu ambigu) ?
    - D’après la doc EIZO, le logiciel gratuit "Color Elements" sait gérer la sonde intégrée (reference du point blanc et programmation de la période du contrôle) ?

    Ceci étant, je suis tout à fait d’accord avec vous : à ce prix là, c’est vraiment une honte que le "vrai" logiciel "Color Navigator" ne soit pas livré !
    A noter que l’on trouve cet écran sur le net à 575 €, c’est déjà mieux pour faire avaler la pilule du logiciel à 186 € !!!.

    • Bonjour,
      pour ce qui est du taux de contraste de 450 : 1, il ne s’agit pas d’une coquille, mais d’une valeur mesurée à la luminosité maximale par défaut de 135 cd/m2. C’est une valeur plus qu’honorable pour un écran à dalle IPS car il ne faut pas oublier que les taux de contraste déclarés par le fabricant font toujours référence à la luminosité maximale que l’on peut obtenir avec l’écran, souvent éblouissante (ici 300 cd/m2)....

      Pour ce qui est de la mesure de l’homogénéité du rétroéclairage, nous l’avons mesurée une fois l’écran calibré avec le logiciel Spyder4 Elite. Attention, il ne s’agit pas de valeurs maximales pour la précision des couleurs, mais d’une mesure de l’écart entre la restitution du centre et de la périphérie de la dalle. Or, cet écart ne varie pas en fonction du logiciel de calibrage, mais il s’agit d’une caractéristique physique de la dalle ;-)

      Quant au logiciel ColorNavigator Elements, c’est un logiciel qui s’appuie sur une comparaison visuelle entre une image affichée sur l’écran et une image imprimée. La sonde intégrée, bien qu’elle puisse être gérée par "Elements", corrige alors uniquement les éventuelles modifications de l’écran (point blanc et luminosité max.) par rapport à la cible de calibrage, obtenu avec l’outil de mesure le plus imprécis qui soit : l’oeil humain.

    • Merci pour cette réponse très rapide :-)

      Je suis quand même étonné par la valeur de 450:1 à une luminosité d’étalonnage ; la plupart des tests sur des écrans similaires de cette qualité indiquent bien sûr que le taux de contraste diminue quand on étalonne à une valeur d’éclairage "réaliste" (ce sont les lois de la physique), mais pas dans ces proportions là, d’autant que le point noir diminue aussi en valeur absolue (et donc augmente le taux de contraste). A moins que le point noir soit mauvais ? Quelle valeur avez vous obtenu ?
      Cela voudait dire que l’on perdrait environ 50% de contraste à 135 cd/m², sachant que beaucoup d’étalonnage sont réalisés à des valeurs plus basses comme 100 ou 120. Ce qui voudrait dire que le taux sera encore plus faible à ces valeurs là : pas très rassurant quand on investit cette somme là ? J’ai loupé quelque chose ?

      Ma remarque concernant "Color Elements" concernait uniquement la possibilité de régler la référence luminosité/point blanc avec la sonde intégrée, APRES avoir fait un étalonnage avec une sonde et un logiciel externe : c’est le scénario pour quelqu’un qui a déjà une sonde et qui voudrait différer l’achat du "vrai" logiciel Eizo à plus tard (186 € pour écrire dans la LUT et activer l’étalonnage matériel c’est une somme).

      Quant à la possibilité d’une comparaison "à l’oeil" avec "Color Elements", EIZO ferait mieux de ne pas la mentionner sur un produit à ce niveau de prix : ce n’est tout simplement pas crédible.

  • Bravo

    Je viens de recevoir ma copie ce matin. J’habite le Québec. Sans abonnement je devais attendre plus d’un mois pour en avoir une copie en kiosque.

    Merci