Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Yashica Y35 : film numérique

11/10/2017 | Sandrine Dippa

Après des semaines de teasers Yashica vient de dévoiler son « appareil photo révolutionnaire », le Y35. Le boîtier numérique fonctionne avec des digiFilm, des « films numériques » produisant différents effets allant du noir et blanc au grain prononcé.

En lançant le Y35 sur Kickstarter, Yashica amorce son retour. Douze ans que marque nipponne créée en 1949 avait arrêté la production d’appareils photo. Pour le Y35, un boîtier numérique se voulant « sans précédent », le fabricant mise sur un look rétro et un fonctionnement qui parlera peut être aux amateurs d’appareils argentiques : le boîtier s’utilise avec un digiFilm, une sorte de pellicule numérique avec laquelle vous pourrez donner différents rendus aux photos.

JPEG - 123.2 ko
Quatre digiFilms sont pour l’instant proposés : le 1 600 ISO, le noir et blanc, le 200 ISO et le format 6 x 6 carré.

Le Y35 est simple à utiliser : une fois deux piles AA, une carte SD et le digiFilm insérés, il suffit de régler sa vitesse (1s, 1/30s, 1/60s, 1/250s, 1/500s) et prendre la photo . Quatre modèles de digiFilms sont pour l’instant mentionnés : un ISO 1600 High Speed au contraste élevé adapté aux sujets en mouvement ; un ISO 400 Black and White, noir et blanc très contrasté ; un ISO 200 Ultra Fine couleur délivrant des images nettes et un format 120 (6 x 6) qui devrait plaire aux utilisateurs d’Instagram. L’enregistrement des images se fait par la suite sur une carte SD. Bien que toutes ses caractéristiques techniques n’aient pas encore été dévoilées (format des images enregistrées, fonctionnement du digiFilm, autonomie, construction... pour n’en citer que quelques-unes) à première vue, le Y35 ne renferme rien de révolutionnaire. L’appareil de 100 x 64 x 28 mm dispose d’une ouverture de f/2,8, d’un capteur 1/3,2 pouces de 14 Mpxl, d’un viseur intégré et d’une connectique USB pour transférer les données. Il autorise la prise de vue à 1 m du sujet.

JPEG - 30.7 ko
Le Y35 fonctionne avec deux piles dont l’autonomie n’est pas connue.

Lancé hier, l’objectif de financement (environ 86 600 €) a déjà été atteint. Il est possible de participer au financement jusqu’au 19 novembre. Les prix commencent à 124 $. Les envois sont prévus pour avril 2018 !

- Yashica sur Kickstarter

- Le site de Yashica

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • @ Eric P "ça ne marchera jamais"

    Gardons-nous de confondre nos voeux avec la réalité, et nous-mêmes avec ... les "autres".
    Le gadget est absolument ridicule, mais pas cher et tout est possible de nos jours ’grâce’ au financement participatif (qu’il convient, pour donner toute la mesure de son insondable infantilisme, de nommer en globish, la référence à la "foule" étant significative ... ).

    D’ailleurs, l’article indique "lancé hier, l’objectif de financement a déjà été atteint"...
    Alea jacta est !

  • Si si, pour les collectionneurs de Yashica.

  • 01 "Ça NE marchera jamais ! ;-)" mais ça fonctionnera certainement !

  • N’importe quoi !
    Si ça continue ils arriveront à réinventer l’appareil photos.

  • Sur un Leica M numérique, cela serait génial.
    Plus de moteur pour réarmer l’obturateur, donc moins de consommation électrique, plus léger, silence, le top.

  • @1
    Canon est bien parvenu à vendre de mauvais eos M :-)

  • « capteur 1/3,2 pouces »
    Je me trompe ou c’est ridiculement petit ???

  • Je ne me rallierai pas à l’enthousiasme général...un capteur de téléphone portable sans l’écran du téléphone, des énormes cartouches qui doivent contenir 10 lignes de code (Minolta avait inventé les cartes programme du temps de l’argentique, puis d’autres se sont aperçus qu’il suffisait d’un barillet pour choisir divers programmes dans la mémoire du boîtier). Face aux critiques ils ont déjà annoncé revoir leur prototype donc tout cela reste encore flou, mais ils ont de quoi partir en vacances à Acapulco pour reprendre les plans avec l’argent des généreux souscripteurs !

  • Le rétro se justifie si , comme Fuji, un fabricant parvient avec un style rétro à conserver toutes les fonctionnalités modernes. On est en 2017 et n’imagine pas aujourd’hui rouler avec une voiture sans direction assistée, avec double embrayage , sans GPS ou airco ou que sais je encore. La "mission" d’un journaliste photo est de nous dire si pour les 125 dollars, on en a pour son argent ou non et si avec ce "machin", on,peut avoir du plaisir à faire de la.photo. Mon avis : utilisez plutôt votre smartphone, au moins avec lui, vous pourrez envoyer vos,photos à vos amis...

  • Ils souhaitaient 86 000 $...ils ont récolté 1 million et leurs affirmations varient chaque jour (ouverture de l’objectif, autofocus ou non, diaph automatique ou vitesse automatique, etc...) donc je je serais tenté de n’accorder aucune crédibilité à leur prototype tel qu’il est dans les vidéos. Au moins si quelqu’un qui a donné 124 $ reçoit quelque chose il pourra l’exposer dans une vitrine après avoir fait une vingtaine de photos, s’il reçoit quelque chose. Il y a actuellement des plaintes sur Kickstarter sur le fait que le prototype est très indéfini...

  • Cette affaire ressemble à une arnaque (pour bisounours) comme l’a fort justement souligné JMS.
    Les déclarations de Yashica sur l’argent engrangé par Kickstarter n’engagent que ceux qui y croient.
    Franchement, quand je vois ce qu’un smartphone est capable de faire aujourd’hui ou même un Pentax QQ,
    je me demande qui peut sérieusement investir là dessus.
    Ou alors, j’ai sous-estimé le nombre de bisounours à l’échelle internationale !
    J’ai une idée : Je vais ressusciter une vieille marque française d’appareil photo, réaliser un proto virtuel
    puis lancer une opération "Kickstarter" afin de voir combien de bisounours français sont capables de mordre à l’hameçon !

  • Bonne idée Eric, je pense que Foca appartient toujours à quelqu’un mais tu devrais regarder à l’INPI si Savoyflex n’est pas disponible, ou bien Fex (gamme immense !) ....

  • Attention, faut pas donner des idées comme ça...
    Y en a qui risquent de manger des oranges pendant longtemps !

  • @eric-p Vous sous-estimez le nombre de bisounours. Il est immense !
    En témoigne, la startup juicero !
    http://siliconvalley.blog.lemonde.fr/2017/09/01/juicero-la-start-up-devenue-la-risee-de-la-silicon-valley-ferme-ses-portes/
    J’espère qu’on ne va pas le censurer mon lien. Il est instructif.

  • @8 Le M premier du nom n’étais pas un mauvais appareil. SImplement, il n’était pas conçu pour être utilisé par des experts.
    Le M5 est monté en "expertise". Il me convient parfaitement. Il n’est pas au format 4/3 et ses raw sont facilement développables (devinez qui je trolle ?)

  • @8

    Mauvais en quoi ?
    Canon a sorti un EOS "M" pour répondre à une certaine demande de la part de la clientèle alors qu’ils n’y croyaient pas trop et qu’une gamme mirrorless "homogène" risquait de provoquer la fuite de la clientèle
    Reflex vers le mirrorless. Canon voulait éviter ça et ils ont donc sorti un EOS M "service minimum", c’est à dire sans EVF. Par rapport aux reflex APSC, ça permettait de gagner du poids et de l’encombrement.
    Ensuite, Canon ne disposait pas encore des ADC présents sur les capteurs Sony ni du DPAF.
    Il était donc sans doute moins performant que des mirrorless Fuji ou Sony mais , au moins, les optiques tenaient à peu près la route, elles !

    C’est tellement vrai qu’une enquête au Japon a révélé que les ventes de mirrorless Canon dépassaient celles de Sony ou même Fuji vers 2015(Canon était classé 2ème cette année là en termes de ventes derrière ...Olympus !), malgré une gamme optique "M" famélique. Un exploit !
    Celà est certainement lié à la réputation "légendaire" des optiques Sony E (qui font rire tout le monde chez Canikon !).
    L’EOS M a également bénéficié de "L’effet marque", du réseau de distribution Canon, au fait "qu’on ne prête qu’aux riches et....que l’immense gamme EOS EF/EFS s’adapte via une bague.

    Pour le Yashica, il n’y a aucune chance que le "miracle EOS M", bien que l’appareil était généralement jugé "moyen", puisse se reproduire.
    Les miracles ne sont pas éternels, c’est bien connu...