Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Z Camera E1 : vidéo 4K et capteur 4/3" dans un boîtier compact

21/07/2015 | Franck Mée

Z Camera est un projet Kickstarter chinois. Son objectif : fournir une caméra 4K / appareil photo 16 Mpxl, sur monture Micro 4/3. Rien d’original ? Si : la compacité du produit, dépourvu de poignée et prévu pour être utilisé avec différents supports.

Vu de face, avec un objectif pancake, la caméra E1 rappelle un peu le Canon PowerShot N : un boîtier ultra-compact qui dépasse à peine autour de son optique. Mais il s’agit bien d’un appareil à objectifs interchangeables ; en cela, elle se rapprocherait du Sony QX1 et de l’Olympus Air A01. Sauf qu’elle intègre un écran et des touches de contrôle…

La E1, proposée par le Chinois Z Camera, est donc à la croisée des chemins : elle peut cadrer et fonctionner en toute autonomie, mais sa compacité (75 x 56 mm, pour 50 mm d’épaisseur) la destine naturellement à prendre place dans un ensemble, montée sur un pied ou accrochée sous un drone par exemple – elle dispose d’ailleurs d’une entrée d’alimentation, pour ceux qui voudront dépasser les 45 min d’autonomie annoncée de la batterie.

Sur le plan technique, outre la monture Micro 4/3, c’est un capteur Panasonic qui est à l’œuvre, en fait probablement le même que dans les Lumix GX7, GM1 et consorts. Le traitement d’images est confié à une puce ARM A9, sans que plus de détails soient fournis. Au programme des possibilités : photos 16 Mpx (avec possibilité d’enregistrer au format Raw DNG), vidéo Full HD à 60 im/s et surtout vidéo 4K DCI à 24 im/s ou 4K UHD à 30 im/s. En somme, c’est un Panasonic GH4 débarrassé de sa poignée, de son viseur, de ses commandes, et réduit à sa plus simple expression.

Pour les réglages, la E1 compte essentiellement sur un périphérique Android ou iOS, via une application dédiée. Petite curiosité : outre la classique liaison WiFi, une connexion Bluetooth Low Energy est également proposée. Celle-ci, déjà vue sur le Samsung NX1, permet de réduire la consommation de la batterie, de mieux gérer la mise en veille et de simplifier l’appairage ; à terme, elle devrait également permettre de synchroniser et contrôler trois caméras depuis un seul périphérique. Au passage, Z Camera compte publier le kit de développement logiciel, permettant à d’autres programmeurs d’ajouter des fonctions ou de supporter de nouveaux appareils.

Limites évitables

Des déceptions ? Oui, au moins trois. D’abord, la sortie HDMI est limitée au 1080p60 : la E1 ne permet donc pas d’enregistrer un flux 4K propre sur un support externe. Quant à l’enregistrement interne, sur carte Micro SD, il est limité à un débit de 60 Mbps avec compression H.264, des valeurs très ordinaires qui ne séduiront peut-être pas les cinéastes et les vidéastes exigeants.

Ensuite, l’écran arrière est limité à 320 x 240 pxl, une définition que nous n’avions plus rencontrée depuis des lustres – 640 x 480 pxl est vraiment considéré comme le minimum syndical de nos jours !

Enfin, le capteur Panasonic MN34230 ne dispose pas d’un obturateur global. Sur le GH4, nous avions noté un « rolling shutter » assez visible sur les mouvements panoramiques, et la E1 ne devrait logiquement guère faire mieux…

Le temps de démarrage annoncé à 7 s est lui aussi un handicap mais, d’une part, il pourrait évoluer avec les firmwares et, d’autre part, il conviendra de voir si la sortie de veille ne permettra pas de contourner cette faiblesse.

Il n’empêche qu’à partir de 599 € (ou 799 € avec le Panasonic 14 mm f/2,5), les possibilités de cette petite caméra dépassent largement celles de l’Olympus Air A01, au moins en vidéo, et pourraient intéresser certains utilisateurs. En précommandes sur Kickstarter, elle devrait être disponible en fin d’année.

- Le projet Z Camera E1 sur Kickstarter (en anglais)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.