Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Zeiss plane avec une focale standard haut de gamme

09/10/2013 | Benjamin Favier

Le célèbre opticien allemand dévoile une nouvelle famille d’objectifs : nommée Otus, elle est inaugurée par ce 55 mm lumineux.

Présentation

Après les Touit 12 et 32 mm, optiques hybrides lancées par Zeiss au premier semestre, le fabricant allemand dévoile l’Otus 55 mm f/1,4. Cette focale fixe haut de gamme est conçue pour les reflex 24 x 36 Canon et Nikon. Elle inaugure ainsi une nouvelle famille d’objectifs, Otus, une famille d’oiseaux comprenant une cinquantaine d’espèces de petit-ducs, qui appartient à la famille des strigdae, principalement constituée de rapaces nocturnes, nous apprend Wikipedia.

D’où une grande ouverture. Outre sa luminosité, cette focale standard brille par une formule optique Distagon, normalement réservée aux grand-angle Zeiss (les autres optiques étant estampillées Planar). Sur le blog de la marque, le Dr. Aurelian Dodoc insiste sur la volonté d’offrir « un niveau de performance homogène sur l’intégralité de l’image, bords compris », d’où le choix de la structure Distagon au détriment de Planar.


En bleu, les lentilles asphériques, en violet, celles à faible dispersion. Document Zeiss

Il vante également une excellente gestion des défauts optiques, aberrations chromatiques en tête, ainsi qu’un contraste élevé, même aux plus grandes ouvertures. Ce que nous ne manquerons pas de vérifier lors d’un test. Contrairement aux deux Touit, cet Otus fonctionne uniquement en mode manuel, avec une large bague de mise au point : à noter, la longueur du fût (141 mm) ne varie pas au gré de la mise au point, comme c’est le cas sur les optiques standards traditionnelles, le déplacement des lentilles étant géré en interne. Ce 55 mm bénéficie également d’une échelle des distances ainsi que d’une bague de diaphragme (seulement en monture F, les 55 mm pour Canon n’en ont pas), les repères étant gravés en jaune. La distance minimale de mise au point est de 50 cm. L’optique est entièrement construite en métal, tout comme le pare-soleil fourni avec. La commercialisation devrait débuter d’ici la fin du mois, annonce Zeiss, au prix élevé de 2940 €.

- Le blog de Carl Zeiss

Fiche technique

Zeiss Otus 55 mm f/1,4

  • Type : focale fixe compatible 24 x 36
  • Montures : Canon EF (ZE), Nikon F et FX (ZF.2)
  • Focale : 55 mm
  • Focale sur APN APS-C : 88 mm (Canon) ; 85 mm (Nikon) en éq. 24 x 36
  • Ouverture maximale : f/1,4
  • Ouverture minimale : f/16
  • Construction optique : 12 lentilles en 10 groupes
  • Protection : NC
  • Zooming : -
  • Motorisation : -
  • Stabilisation : -
  • Diaphragme : oui (seulement pour Nikon)
  • Distance minimale de mise au point : 50 cm
  • Accessoires : pare-soleil fourni
  • Diamètre du filtre : 77 mm
  • Dimensions (L x ø) : 141 mm x 92 mm
  • Poids : 970 g
  • Prix : 2940 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Belle, très grande et très chère bête, risque malgré tout d’être bonne.

    Comme quoi il y a toujours une place pour l’apsc.

  • Avec de telles optiques, se trouver bloqué sur un système par une bague de fixation est intolérable.
    Pourvu que la possibilité offerte par Sigma de transmuter (en usine) les bagues Nikon et Canon (et d’autres ?) me semble impératif.
    On n’investit pas dans ce genre de joujou pour un boitier déterminé.

  • Meuh késke vous raconté ???
    Il est pô cher ce Zeiss !
    Il est 2x moins cher que le récent 45/2.8 S Leica ou le 50/2 Asph. Leica !!!

    À vrai dire, j’étais assez perplexe lorsque Zeiss a annoncé le développement de cette optique à la dernière Kina.
    je m’attendais à un poids/encombrement comparable au 35/1.4 Distagon : On est bien au delà !!!

    1 Kg ?! Je suis même étonné que les journalistes ne réclament pas un collier de pied ! ;-)

    140mm d’encombrement ?Il rentrera pas à la verticale dans un sac photo. :- /

    AF à l’huile de coude ? Bonjour les rafales !

    Reste les performances optiques à PO et f/4 assez impressionnantes (Les meilleures que j’ai vues sur un f/1.4) qui font qu’un certain nombre de photographes sont prêts à pardonner tous les défauts de l’Otus !

    Message aux APSCistes : Cet objectif mérite bien un boîtier FF, convertissez-vous à la sainte religion 24x36 !

    • Mettre 2940euros dans un 55mm ouvert à f/1.4 sur un boitier Canon ou Nikon - même FF - c’est simplement du délire. Alors sur un APS …
      C’est vrai que Leica se permet de tels tarifs. Mais pour équiper leurs boitiers. Le prix du boitier étant à l’avenant. Quand on met 5000 ou 6000 euros dans un boitier, 3000 euros pour un 55mm peut être envisagé.
      Certes la qualité optique est surement au rendez-vous – c’est le moins que l’on peut espérer à ce prix là – mais c’est oublier qu’un objectif ce n’est pas que ça (surtout à ce prix là). C’est aussi des caractéristiques différentes et moins courantes pour augmenter les possibilités photographiques. La rareté pouvant justifier un tarif élevé.
      Et là, qu’apporte ce 55mm f/1.4 : rien. L’équivalent Canon est à 350euros et il fait la même chose.
      2940 euros pour un 55 ouvert à f/1 pourquoi pas, mais un f/1.4 c’est n’importe quoi.
      Gg.

    • Le 45 s de chez Leica est destinée au moyen format et il est donc hors propos de la citer en comparaison ici.

    • Si effectivement vous pensez qu’un 50 mm Canon fait la meme chose, alors oui, c’est du délire. Mais ne pensez pas à la place des autres. Si certains jugent apres l’avoir testé que le 55 mm vaut la peine, alors c’est parfaitement leur droit de l’acheter s’ils ont le.budget. J’en ai marre de lire des réactions de ce genre. Il y a des objectifs a tous les prix pour tout lemonde, riches et moins riches. Si vous gagnez 2500 euros par mois, vous trouverez que c’est du délire. Su vous en gagnez 10.000, l’objectif vous le regarderez avec un autre œil. Si tout le monde gagnait moins de 2000 euros, tout le monde achèterait un 50 F1.8.
      Quant au prix du boitier, je ne suis pas d’accord. On peut très bien mettre une optique chère sur un boitier bon marché. la seule.chose qu’on doit changer apres quelques années, c’est le boitier. Nikon planche d’ailleurs sur un boitier avec capteur interchangeable. Ce serait la solution idéale. Là où je suis d’accord, c’est sur le fait qu’une optique, ce n’est pas que du verre : il y a l’équilibre dans la prise en main, la douceur de la,bague de MAP, la mécanique interne, le poids, etc..

    • Je ne voulais heurter personne par mes propos. Je voulais seulement souligner que pour une optique destinée à des appareils de cout raisonnable (ce qui est le cas de 90% des appareils Canon et Nikon) le prix de cet objectif est disproportionné.
      Il est vrai que la qualité mécanique et l’onctuosité des bagues font parti du plaisir d’utilisation d’un objectif (surtout en MAP manuelle) et que cela justifie un surcout. Mais ne me dites pas que la qualité des photos sera supérieure qu’avec la gamme pro de Canon ou Nikon.
      Maintenant je peux comprendre que cette objectif puisse faire rêver et que certaines personnes est les moyens de se l’offrir.
      Gg

    • Je ne l’ai pas testé moi même, alors je ne pourrai pas vous dire cela -que la qualité des photos sera supérieure, hé ! Mais Lloyd Chambers semble penser que si (en anglais, désolé) :
      http://www.bhphotovideo.com/indepth/photography/hands-reviews/zeiss-otus-55mm-f14-apo-distagon?BI=2466&KBID=3296

      Il semble même penser que c’est la meilleure optique jamais produite pour un reflex... et puis il y l’usage possible en vidéo, les bagues de map tamron ou canon ne sont pas adaptées à la vidéo...

    • Et dans la vidéo qui accompagne l’article, le commercial de chez Zeiss explique quelle est la cible pour cet objo : les photographes pros qui passent du moyen format argentique avec genre un Hasselbald et des optiques Zeiss au full frame...

    • Mouais. Du super 24x36 hein !
      Sinon, je pourrais vous citer un certain nombre d’objectifs Leica M qui dépassent laaaargement les 3000 €.
      Chez Canikon, les tarifs officiels de lancement des zooms classiques sont également comparables à 3000 € (24-70/2.8 L II, 70-200/2.8 L IS II et probablement le successeur du 16-35 II ).
      Le tarif du 85/1.2 L II était également comparable à sa sortie...

      Tout ça pour dire que le tarif de cet Otus est bien étudié et peut trouver sa cible (les pros et les amateurs fortunés ou passionnés).

      Contrairement à ce qu’indique un intervenant, on ne peut pas comparer la qualité d’image d’un 50/1.4 EF à 7 lentilles sans asphérique ni lentille DPA.
      Le 50/1,4 EF voire le 50/1.4 AFS sont des objectifs sympas à utiliser, très pratiques (AF & motorisation ultrasonique) mais qui montrent leurs limites à PO :
      De l’aberration de sphéricité à volonté (qui se traduit par ces "fameuses" franges pourpres assez inesthétiques), une chute des performances à PO dans les coins voire les bords, un piqué toujours inbsuffisant dans les coins aux ouvertures moyennes.

      La MTF indiquée par Zeiss indique clairement les ambitions de cet objectif aux professionnels et aux connaisseurs qui ne vont pas manquer
      de passer cet objectif "sur le grill" (en clair avec un D800 E !) et les langues vont (en principe !) tomber par terre.

    • Je n’ai pas ce problème, j’en suis resté au MF argentique !
      Et j’en suis très content ;)

    • Ca me fait rire les "3000 euros pour un 55mm f/1.4" c’est du délire... Personne vous oblige à l’acheter, on peut toujours faire de la photo avec du matériel moins coûteux, mais si on veut l’excellence optique/mécanique, ben faut mettre le prix, quand on prend un Canikon 50mm f/1.4, y’a du plastok partout avec des verres synthétiques. Ici comme chez Leica c’est du tout manuel avec une mécanique en purement métallique et des verres très travaillés et en verre minéral haute densité, ben ça se paye, la façon de travailler longue et le "sans compromis" auss. Une twingo c’est pratique et pas cher et vous emmenene de A vers B, c’est pareil chez Mercedes même si c’est plsu cher mais on n’a pas la même qualité de prestation ni la même bangole. Niveau n’en parlons même pas, les Canikon ne tiennent pas la comparaison. Mais soit, on préfère acheter une ouverture qu’une mécanique/verrerie de qualité.
      J’ai du Nikon, Canon et Leica depuis 25 ans, aujourd’hui je préfère mettre 2000 € chez Leica que chez Canikon, la décote n’est pas la même ni la pérénité de l’optique non plus, j’utilise des optiques des années 60 (50mm summicron rigid en l’occurrence) qui fonctionnent comme au premier jour sur mon M 240 là où les optiques actuelle comme mon 35mm L au bout de 5 ans commence à fatiguer. Il sera remplacé par le Zeiss 35mm f/1.4 et ça sera aussi bien voir mieux.

    • Je pense que l’intervenant dont il est question c’est moi. Lorsque je disais que le Canon 50 f/1.4 fait la même chose, je parlais bien sûr des possibilités photographiques et non de la qualité optique. Toutefois, je reconnais que mes propos étaient un brin provocateur. Le but étant de me rebeller contre la sacro-sainte qualité optique qui est devenue un critère de sélection beaucoup trop important à mon avis au détriment des caractéristiques. Certes sur mire la différence est mesurable, mais dans la vraie vie les différences de qualité optique sont moins sensibles. Il y a 20ans, les objectifs étaient moins performant à pleine ouverture – on achetait un 50 f/1.2 pour l’utiliser à partir de f/2 et on en avait un peu sous le pied pour les situations d’éclairage difficile – pourtant cela n’empêchait pas de faire des photos de qualité.
      J’ai la joie de posséder des objectifs série L de Canon et j’avoue qu’ils sont supérieur aux objectifs de gamme amateur (coté optique mais aussi en AF). Donc, évidemment, si des personnes sont intéressaient par ce Zeiss, je n’ai pas de leçon à leur donner. Le but de mon intervention n’étant pas de reprocher quoi que ce soit.
      Gg

    • Moi aussi j’ai un 50/1.4 EF que j’utilise sur 5D.Marche bien pour ce que j’en fais.
      La qualité optique n’est pas forcément un critère fondamental pour tout le monde.Certains achètent un objectif pour son rendu particulier ou d’autres critères.

      j’ai désigné les 3 caractéristiques qui risquent de freiner la carrière commerciale du Zeiss Otus.
      Le tarif est un 4ème motif mais pas forcément aussi important étant donné le nombre élevé d’objectifs qui se vendent dans cette gamme de prix.
      Pour ce qui est du succès commercial, il sera limité malgré tout mais le but principal pour zeiss est ailleurs : Redorer son blason face à une industrie japonaise
      toute puissante

  • Devant pareil prix c’est otus et bouche cousue !

    • Il y a toujours des gens qui ne comprennent rien à pas grand chose. Il y a toujours eu de l’entrée de gamme du moyen de gamme et du haut de gamme et même du très haut de gamme. Sans doute que je ne pourrai jamais me le payer mais au moins laissez-nous le droit de rêver !!!!

    • C’est pas la question de savoir si on gagne 2000 € ou 10.000 € par mois : c’est un objectif destiné à certains professionnels qui en ont besoin. Les professionnels récupèrent la TVA, donc ça fait déjà 19,6% en moins, et le déduisent de leur chiffre d’affaire, et ce sur plusieurs années selon la loi d’amortissement qui va bien.
      Moralité ces pros paient moins d’impôts (pour ceux qui en paient, les temps étant durs !), ce qui adoucit un peu la facture salée.

      Donc il est inutile de passer des heures à débattre pour savoir si le prix de ce 55 mm est justifié ou pas. Personnellement pour mon besoin il n’a pas d’intérêt, mais si Zeiss l’a fait c’est qu’il y a un besoin, ils ne sont pas totalement débiles.

    • Mais cet objectif n’est pas du "super haut de gamme" !
      Allez consulter les tarifs des zooms ciné Zeiss et je vous promets que cet objectif vous semblera presque "bon marché" !

      Ce qui fera le succès de cet objectif, c’est surtout ce qu’il sera capable de produire à pleine définition par rapport aux autres objectifs du marché.

      Si cet objectif fait ses preuves, le client ne regardera pas à la dépense car cet objectif deviendra un "must".

      Comme on dit, quand on aime....

    • Meme un professionnel hésitera a acheter ue telle optique. Ce ne sont pas les 19,6 pçts de TVA qui vont y changer quelque chose. Tout dépend de ce que sa clientele lui demande et quel est son créneau, et surtout, cela dépend de son chiffre d’affaire. De plus en plus de photographes louent des optiques spécifiques pour réduire les couts.
      A la limite il y aura plus d’amateurs fortunés qui achèteront cette optique que de professionnels, c’est ce qui se passe avec Leica. Seuls les naïfs croient le contraire.

  • Ah les pauvres gueulent et les riches se frottent les mains... et les photographes ?

    • ben ils glandent pas ici, ils font de la photo... J’y retourne moi... Salut !

    • Tiens d’ailleurs, en parlant de faire de la photo, cette sortie de poids lourd (dans le sens 38 tonnes) me fait penser de ne pas oublier d’acheter un Lensbaby... merci les opticiens allemands !

      Parce que les marques photo qui ont pour unique plan marketing de côtoyer les magazines de mode à côté des Ladurée, Louboutin et autres iTrucs, ou bien de faire mousser dans les pubs de Chanel, le tout pour le plus grand bonheur des bobos dont la plupart sont plus en quête de lifestyle que de l’exercice réel de la photo : très très peu pour moi.
      Après si un photographe pro arrive à trouver un intérêt à ce type d’optique, voire même à la rentabiliser en peu de temps, bah ma foi, grand bien lui fasse. Personnellement, j’aurais investi dans autre chose.

      Mais comme le disait à juste titre l’immense et incommensurablement célèbre (bien que très poilu) philosophe Baloo : Il faut se satisfaire du nécessaire.
      Et la prochaine fois, je citerais Talleyrand, mais avant les couleurs d’automne canadiennes m’appellent. Et ça ça compte infiniment plus plus que n’importe quel fétichisme d’ordre matériel.

  • J’aime lire pour m’informer mais...
    Un bon outil doit être celui qui possède le meilleur rapport qualité/prix tout en gardant à l’esprit que le but est d’obtenir une écriture qui nous parlent davantage par son contenu que par son apparence.
    Je ne me lasse pas de lire et de relire les images de Weiss, Ronis, Boubat, Doisneau, Kertész, Cartier Bresson, Lartigue, Sieff (j’en oubli tant..) tandis que j’oublie vite ces images bien lisses, cirées à souhait, plates, froides, parfaites dont on nous gave sans cesse pour vendre de la technologie à tout prix...
    La photographie devient de plus en plus synonyme de technologie, de nouveauté, de buzz, d’ostentation, c’est bien regrettable.

    • Bien parlé.
      Ce n’est pas la qualité optique de l’objectif qui fait pas la valeur de la photo quand on a du talent.

    • Oui, certes m’enfin... une bonne partie des photographes cités travaillaient au Leica, ce qui se faisait de mieux et de plus cher à l’époque... ou avec un moyen format Hasselblad et des optiques... Zeiss ! Bien sur que l’on ne juge pas un grand photographe sur le coût de son matériel et que quelques uns d’entre eux ont marqué l’histoire avec des polaroids par exemple. Mais pourquoi toujours crier au loup et opposer photo et technologie, qui ont cheminé ensemble depuis plus de 150 ans ?

    • Vous oubliez Rollei et bien d’autres boîtiers (y compris des reflex qu’utilisaient également des photographes comme Willy Ronis) qui n’avaient pas de pastille...
      Il ne s’agit pas d’opposer quoique ce soit ou qui que ce soit mais seulement de relativiser, de raison garder et d’apprécier même le matériel le plus simple.
      Il y a une surenchère technologique associé à une technique commerciale qui surf sur des phénomènes de mode face auxquels il faut savoir nuancer et raison garder.
      Ce n’est pas être contre le progrès, c’est juste remettre à leur place certains choix, certaines priorités, certaines "valeurs".

    • Oui, mais c’est la qualite de l’objectif qui fera la difference entre une photo publiable ou non, utilisable ou non dans le milieu professionnel. La difference fondamentale entre un zeiss de ce prix et un autre 50 mm est le degré de correction des défauts, ericP l’a bien ecrit, surtout a pleine ouverture. Si on a besoin d’une photo hyper nette prise avec un boitier dépourvu de stabilisation, il est utile d’avoir une optique de ce type. Reste maintenant le probleme des capteurs "forcés" par rapport aux grandes ouvertures, c’est un autre débat, je vous renvoie aux forums dédiés à cette problematique.

    • Les pros utilisaient les Leica pour les raisons suivantes : compacité donc discrétion, robustesse, qualité des optiques. Aujourd’hui, on est dans un autre registre. les Leica sont devenus bruyants, moins fiables et les optiques certes de qualité sont moins "douces" que les anciennes.
      Ici, ce qui va pénaliser l’amateur au sens noble du terme dans l’achat du 50 mm, c’est moins le prix que le poids : un kilo ! Un tel objectif sur un d3s et apres moins de deux heures a l’épaule, moi , je déclare forfait parce que bien sur avec mon 50 mm, il me faudra encore prendre un grand angle et un tele.

    • De quel milieu professionnel parlez-vous ?
      Il existe des reproducteurs mais également des écrivains qui n’ont que faire de certains aspects modes et/ou vendeurs.
      La photographie ce n’est pas seulement un outil de promotion, ce peut-être également une forme d’écriture - et là - la perfection optique n’est pas forcément le Graal...
      La photographie n’est pas seulement l’expression d’un consumérisme ambiant.

  • Cette optique est superlative a tout point de vue.
    Superlative par le poids (mais ce superlatif là, on aurait put s’en passer ...)
    Superlative par la construction (d’après DigiLyod meilleure que les distagon qui sont déjà très onctueux )
    Superlative par le prix, si on les compare a un 50 planar, mais pas tant que cela, si on regarde la conception et le côut du verre.
    Superlative par la correction de l’aberation chromatique longitudinale (purple fringing) point faible de toute les optiques ouvrant en dessous de F2
    Superlative par l’homogénéité des performances a PO (du jamais vu a F1,4 me semble t’il)

    Celui qui aura le budget, qui aime cette focale, pourra tout a fait être légitimement tentée par cette optique. Après tout dans 30 ans elle sera toujours aussi bonne, alors que bien des générations de boitier se seront succédés.

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE