Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Cojimar, terre de pêche

28/05/2007 | Michel Lion

Le lendemain matin, nous filons sur Cojimar. Ce port de pêche, au demeurant très simple, était l’endroit qu’avait choisi Hemingway pour amarrer le Pilar, son bateau de pêche. La Terrasse, un restaurant modeste, offre une vue dominante sur le port. C’est ici qu’Hemingway venait déjeuner, s’entretenant volontiers des heures durant avec les anciens sur la meilleure façon de pêcher le marlin. À sa mort les pêcheurs ont coulé le fer des différents bastingages et autres hélices de gouvernail pour réaliser un buste d’Hemingway. L’hommage rendu est très symbolique, le regard de l’écrivain tourné vers le large. Après quelques images réalisées pour illustrer cette filiation, nous cherchons un visuel qui puisse symboliser une des plus grandes œuvres d’Hemingway : Le vieil homme et la mer. Mais la mer est aujourd’hui un sujet sensible et son accès est sérieusement réglementé, car des Bolseros tentent encore de rejoindre les USA sur tout ce qui peut flotter. Comme nous prenons des largesses avec notre planning initial, nous n’avons pas les autorisations nécessaires pour pénétrer la pêcherie d’État, ni partir en mer avec les pêcheurs. Nous sommes donc contraints à chercher une image qui pourrait rentrer dans cette évocation de l’œuvre d’Hemingway.


©Bruno Calendini / www.studionature.com

Bruno découvre alors ce pêcheur mutilé, qui en dépit de son handicap continue de jeter son filet dans les eaux du port. Sous la forme d’un diptyque, il évoque le combat du vieux pêcheur contre la douleur, qui veut absolument ramener ce marlin gigantesque au risque d’y perdre une part de lui même. Wilfrid est parti sur une vision plus fidèle du livre qui raconte le choc des générations entre un jeune pêcheur et son aîné. L’image qu’il propose est une habile composition autour de cette confrontation : l’enfant au premier plan s’efface devant les efforts d’un pêcheur dans sa barque qui tire son filet. Nos pérégrinations à Cojimar seront aussi l’occasion de quelques portraits de pêcheurs ; l’un se promène avec une dorade coryphène dans la rue, un autre empoigne le même poisson pour s’embarquer dans une vieille voiture américaine. Les contrastes sont bien réels, et nous multiplions les portraits de ces hommes liés à la mer. Les images, volées au gré des rencontres, racontent que Cojimar vit encore et toujours au rythme de la pêche, comme du temps d’Hemingway…


©Bruno Calendini / www.studionature.com

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP