Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Le piqué

17/06/2011 | Jean-Marie Sépulchre

L’objectif a été essayé sur un Nikon D3 (le capteur des D700 et D3s procure exactement le même piqué) et sur un Nikon D5100 dépourvu de toute mesure de lumière avec un ancien Nikkor manuel et parfaitement à l’aise en priorité ouverture et mesure matricielle avec ce Voigtländer. Pour le D3 ce sont les Raw convertis en Jpeg avec le logiciel du constructeur qui ont été mesurés, mais pour le D5100 qui a une vocation beaucoup plus grand public ce sont les Jpeg natifs qui ont été utilisés, et ces résultats seront quasiment identiques avec le D7000 doté du même capteur.
Les résultats sont très bons en 24 × 36 du moment que l’on ferme le diaphragme, car si le piqué est excellent au centre dès la pleine ouverture il ne sera homogène en paysage qu’à partir de F8. Mais avec le capteur APS-C qui, en recadrant limite beaucoup les défauts des bords du champ, et malgré le pouvoir séparateur beaucoup plus élevé, les mesures sont tout simplement excellentes, avec un champ très bien couvert dès F4 et un piqué maximal sur toute l’image entre F5,6 et F11.


Carte de piqué : les cases bleues indiquent les très bons et excellents résultats.


Piqué selon l’ouverture pour Nikon D3/D700 (format A3).


Piqué selon l’ouverture pour Nikon D5100/D7000 (format A3+).

Idéal en vidéo ?

Avec son écran orientable et le choix de la cadence de prise de vues (cinéma ou télévision) le Nikon D5100 est particulièrement agréable en vidéo, et malgré ce que l’on peut comprendre d’une mode d’emploi pour le moins confus, il est parfaitement possible de filmer en mode vraiment manuel en maîtrisant la vitesse et l’ouverture, car par l’activation de la fonction « f2 AEL/AFL temporisé » on peut choisir une ouverture et une vitesse (préférer 1/50ème à 1/100ème pour des images bien fluides) avant de passer en Live-View, puis mémoriser le réglage avant de filmer. Avec un objectif manuel on ajuste doucement la mise au point pour passer du flou au net, mais le 20 mm cadrera comme un grand angle naturel, avec très peu de déformations, et en fermant le diaphragme autour de F8 ou F11en hyperfocale l’ensemble de la scène paraîtra très nette sans le risque de pompage d’autofocus et de bruits mécaniques que donnerait le zoom de base positionné à 20 mm.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Olympus
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Joomeo