Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

5.En action

23/05/2007 | Michel Lion


©Jérôme Bessone

En terme de configuration menu , quels choix privilégies-tu : priorité ouverture ? sensibilité ISO, balance des blancs… ?

Je travaille beaucoup en priorité vitesse, car j’aime le flou dans l’image. Je trouve que cette notion apporte à celle-ci de l’animation, de la vie.
Ensuite je m’amuse beaucoup avec la sensibilité ISO. Un des avantages du numérique est de pouvoir passer de 100 à 1600 ISO d’une image à une autre. Mais je reste assez puriste dans l’âme en essayant de réaliser mes photos comme avec un appareil argentique. C’est vrai que l’on a tendance à faire plus d’images avec le numérique, à vouloir essayer plus de choses grâce à la technologie que nous apporte ces reflex. J’essaie vraiment de rester concentrer sur l’image, de retranscrire sur la carte mémoire l’image que j’ai en tête, sans pour autant me dire que j’ai de la marge. La concentration fait partie intégrante de mon univers quand je réalise mes images.

Les reflex modernes tendent vers une compacité de plus en plus accrue. Le D40x ne déroge pas à la règle.Est- ce dérangeant ?

Oui, cette règle est pour moi dérangeante. Comme je l’ai expliqué auparavant, j’aime travaillé avec un boîtier lourd et imposant.


©Jérôme Bessone

Ton reportage comporte surtout des images décalées, ou on reconnaît aisément « ta patte ». Peux-tu nous en dire plus sur la manière dont tu as conduit ta séance photo à bord ?

Comme à chaque fois que je pars en reportage j’essaie de ne pas trop regarder ce qui a été fait ou pas fait par les autres photographes. Quand je suis arrivé sur le maxi trimaran j’ai beaucoup regardé ce qui se passait autour de moi sans prendre de photos.
Je respecte toujours cette démarche : OBSERVER...
Une fois les images en tête je commence mon travail : Photographier. C’est parfois compliqué, parce qu’entre l’oeil humain et l’optique photographique, le champ de vision est totalement différent... J’ai rencontré une autre difficulté : m’approprier cet univers en très peu de temps et jusqu’alors inconnu pour moi…Ensuite, il y a mon regard, ma sensibilité par rapport à l’événement. J’ai imaginé différents sujets et je suis parti avec l’idée de travailler sur le côté humain et le rôle du marin.
Une fois à bord, j’ai vu tout autre chose… Groupama 3 est une véritable force, il s’impose totalement, encore plus quand on est sur l’eau. C’est alors que j’ai voulu montrer une certaine douceur et sa poésie quand il navigue... J’espère que c’est réussi !!!

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP