Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

7.Fenêtre sur cours

01/02/2010 | Benjamin Favier

Gérard Lefort, rédacteur en chef du service photo à Libération, écrit ceci, en décembre 2006, dans les colonnes du quotidien : « On note aussi que la profusion des moyens photographiques (du numérique au téléphone portable) a démultiplié la paranoïa des contrôleurs d’images. Plus personne ne peut garantir qu’une image "sale" ne va pas passer le barrage des filtres médiatiques. » Les exemples cités précédemment semblent accréditer cette thèse. Alors si le contrôle est impossible, quelles solutions reste-t-il pour ne pas se laisser abuser par les images ? Tous les interlocuteurs sollicités dans le cadre de cet article verraient d’un bon œil l’arrivée d’une matière consacrée au sujet, dans les écoles. « Quand Le Point fait un photomontage de Sarkozy en Napoléon, je suis sûr que si on faisait un micro-trottoir, la moitié des gens penserait que l’image est vraie. L’image, omniprésente dans notre société, n’est pas enseignée dans notre système scolaire. Pourquoi ne pas l’aborder au sein d’une discipline, de la sixième à la troisième par exemple ? », risque Olivier Roller.

JPEG - 21.3 ko
L’hebdomadaire Le Point (08/01/2009).

Valérie Boyer approuve : « Ce serait un minimum. À un moment donné, il faut savoir distinguer le virtuel du réel. On reçoit plus de 2000 signaux publicitaires par jour ! » Pour Stéphane Baril, la chose est évidente : « Il faut insister sur l’éducation. Multiplier les initiatives comme celle de Dove. Montrer des avant/après, des clips éducatifs dans les écoles. On peut comparer cette problématique à la sécurité routière. Ce n’est pas parce qu’une voiture peut rouler à 200 km/h qu’il faut le faire. » Les propos de Frédéric Buxin tendent vers la même idée, ne serait-ce que pour rappeler l’essence même de la photographie : « Trop souvent, les gens ont l’impression que photographier se résume à appuyer sur un bouton. La photographie est une réflexion, une œuvre de l’esprit, protégée par le code de propriété intellectuelle. »
Alors que Photoshop s’apprête à fêter ses vingt ans d’existence et que la pratique de la retouche fait partie intégrante du paysage photographique, il est tout de même étonnant que le moindre incident lié à la modification d’images suscite toujours autant de cris d’orfraie. L’instauration d’une discipline à l’école permettrait-elle d’avoir une meilleure lecture ? Dans le supplément Télévision du journal Le Monde daté du 1er février 2010, un article consacré au Forum de l’image, institution qui œuvre régulièrement auprès des jeunes avec un regard pédagogique sur l’image, relate les propos de la directrice générale, Laurence Herszberg, au sujet d’interventions dans les établissements scolaires : « Les enseignants ont rattrapé le retard technologique et se sont rendu compte que c’était le moyen idéal (Le téléphone portable, NDLR) pour initier les élèves à l’éducation à l’image. Pas besoin d’équiper les jeunes en caméras. Ils ont tous des portables, y compris dans les banlieues. » On apprend également que des membres de l’Éducation Nationale assisteront à la sixième édition du festival Pocket Films. Le signe d’une envie d’aller plus loin ? Voilà en tout cas un chemin plus raisonnable que la voie législative, qui restreindrait la pratique de la photographie, ne faisant que renforcer la suspicion et la paranoïa ambiante sur l’authenticité des images. Retouchées ou pas.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Concours CEWE