Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

ACDSee Photo Studio Ultimate 2022 : plus sélectif

01/12/2021 | LAURENT KATZ

Pour sa mise à jour annuelle, estampillée 2022, ACDSee Photo Studio Ultimate revisite la reconnaissance de visage, l’affichage global de la base de données et met l’accent sur les outils de masquage et de sélection pour ce qui concerne les principales nouveautés.

Ne tournant que sous Windows, en 64 bits, le logiciel n’est pas réservé aux dernière versions (10 et 11), car il fonctionne aussi sous des moutures aussi ancienne que les 7 (SP1), 8 et 8.1 ce qui est de moins en moins courant. Ce catalogueur, qui transcrit aussi les Raw, est un retoucheur complet aux visées créatives grâce à un mode d’édition intégrant une gestion des calques, des outils de dessin et de texte, des effets et des filtres. Sans oublier les fusions HDR et de mise au point, l’assemblage panoramique n’étant toujours pas introduit.

Nouveau visage de la détection

La section organisation ne bouge pas pour ce qui concerne le catalogage. Cependant, la détection et la reconnaissance de visage reposant sur l’IA ont été revues, avec une interface profondément changée (on pense à celle de Lightroom), laissant gérer l’ensemble des visages, via un nouveau pictogramme d’accès. Les visages reconnus, donc nommés, et les visages détectés, mais pas encore identifiés sont accessibles via deux onglets. Dans la section des visages identifiés, ces derniers sont regroupés sous une unique vignette qui monte combien de portraits correspondants à la personne sont marqués, indiquant également par un pictogramme que le logiciel a détecté des visages qui pourraient lui correspondre.

JPEG - 287.9 ko
En haut, deux onglets organisent les visages reconnus des autres, et des pictogrammes modulent l’affichage à la photo entière ou aux seuls portraits qu’elle contient (cliquer pour agrandir).
(photos LK)
JPEG - 157 ko
Pour chaque visage identifié, le logiciel montre quels portraits lui semblent relever de la même affectation (cliquer pour agrandir).
(photos LK)
JPEG - 305.2 ko
On voit ici qu’ACDSee Photo Studio analyse aussi les visages d’un groupe (cliquer pour agrandir).
(photos LK)
JPEG - 269.1 ko
La reconnaissance n’est pas toujours une science exacte, en témoignent les deux portraits suggérés par erreur (cliquer pour agrandir).
(photos LK)

Pareil pour le mode Medias qui, s’appuyant sur la base de données liée au catalogage, assure un affichage globale, multi-dossiers, avec un filtrage reposant sur les notes, les balises colorées… un tri ou des regroupements selon différents critères, comme les mots-clés ou certaines données de géolocalisation.

JPEG - 301.9 ko
L’onglet Media propose des regroupements, pour afficher le contenu des dossiers déjà parcourus et référencés dans la base de données (cliquer pour agrandir)
(photos LK)

Dernier point concernant la partie organisation/visionnage, l’affichage, sous Windows 10 ou 11 seulement, de fichiers SVG (Scalable Vector Graphics) décrivant des images vectorielles. Pas étonnant, car au fil des ans, le logiciel prend en charge les vidéos, les fichiers Word, Excel, PDF… en affichage seulement.

Masquage et sélection plus fins

En matière de traitement, on remarque, dans la section Développer, la présence d’une brosse pour appliquer localement la réduction du bruit. Cette réduction a aussi évolué, avec un curseur pour limiter la gamme de tonalité à laquelle s’applique le traitement du bruit de luminance et un second pour jouer sur la fréquence du bruit (grain fin ou grossier). Par ailleurs, pour les appareils Canon, Nikon, Pentax et Sony les hautes sensibilités sont prises en charge.

JPEG - 186.6 ko
Une brosse de réduction de bruit est accessible dans la section Développer, pour une application localisée (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Pour le reste, le masquage et la sélection font l’objet de nombreux apports. Pour commencer, un nouveau panier mémorise les sélections, pour les appliquer à une image, en tant que telle ou comme un masque. Mais il se vide dès que l’on passe d’une photo à l’autre.

JPEG - 225.7 ko
Un panier enregistre, à la demande, les sélections opérées sur une image (cliquer pour agrandir).
(Photo LK)

Du côté du masque Dégradé radial, qui traditionnellement délimite une zone elliptique ou circulaire, on note la faculté de la définir comme un rectangle (ou un carré) aux angles droits ou à coins plus ou moins arrondis en fonction d’un curseur nommé Perpendiculaire.

JPEG - 173.9 ko
Au besoin, le masque radial aux bords courbes se transforme en rectangle, à bords arrondis ou anguleux (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Une pléiade de changements s’applique au masquage selon la couleur ou la luminance. Laissant dans certains cas choisir le canal d’intervention (RGB ou TSL).

JPEG - 200.2 ko
Le choix d’un canal, en modes RVB, CMJN, Lab ou TSL, est prolongé par la création de la sélection ou du masque correspondant (cliquer pour agrandir)
(Photo LK)
JPEG - 321.9 ko
Ici, le masquage porte sur la luminance et la couleur, pour ne travailler que sur les zones de végétation. Voir l’effet dans les deux images ci-dessous (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 135 ko
L’image d’origine.
JPEG - 138 ko
L’image finale avec un assombrissement de la végétation.
JPEG - 145.4 ko
L’application d’une brosse non paramétrée provoque un débord de la correction d’exposition autour de la barque.
JPEG - 337.8 ko
Grâce au paramétrage de la luminosité et des couleurs, la brosse d’exposition du module Développer ne s’applique qu’à l’embarcation et ne déborde pas (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Il y a d’autres améliorations et vous trouverez la liste complète des nouveautés, améliorations et bogues subsistants ici. Par exemple une pipette RVB liée au réglage des courbes ou un bouton pour visualiser immédiatement le masque de sélection. Reste que l’on attend toujours un affichage Avant/après simultané dans les sections Développer et Éditer.

JPEG - 32 ko
Les nouveaux appareils pris en charge (cliquer pour agrandir).

Hors période promotionnelle, la version Ultimate est vendue 171,99 €, sachant qu’il existe un abonnement annuel pour 97 €, ou 9,9 € sur une base mensuelle, incluant également ACDSee Photo Studio 6 pour Mac, ainsi que Luxea Video Editor, Video Converter Pro associé à ACDSee Web, 50 Go de stockage et des installations sur cinq ordinateurs. Un abonnement Personnel (2 ordinateurs et 10 Go de stockage) revient à 75 € l’année ou 7,9 €/mois. Le logiciel est francisé, comme le manuel téléchargeable de près de neuf cents pages, ainsi que l’aide en ligne.

- Le site d’ACDSee Photo Studio Ultimate 2022
- Le site français d’ACDSee

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP