Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Agrément de prise en main : léger avantage Nikon

24/01/2008 | Jean-François Vibert

Canon EOS 40D : Aucun problème, avec ou sans le grip. La position des commandes a été améliorée et quelques boutons à double fonction ont été remplacés par des boutons uniques... Certains journalistes ont reproché aux EOS leur trappe de carte mémoire un peu légère, un détail qui tient pour moi de la légende. En posant côte à côte les deux boîtiers, je ne vois absolument pas en quoi celle du Nikon serait plus solide. D’ailleurs depuis sa première version sur l’EOS D30, je n’ai jamais eu de problèmes avec. Ni même jamais entendu parler du moindre souci concernant cette trappe. Je persiste à trouver pratique de l’ouvrir du seul pouce de la main droite, tandis que la main gauche s’empare d’une carte vierge pour faire l’échange.

Nikon D300 : La prise en main est tout autant excellente que celle du Canon, mais elle procure un je ne sais quoi d’encore plus agréable... Cela tient au revêtement caoutchouté plus épais qui est vraiment très antidérapant (même s’il ne glisse pas du tout, celui du Canon l’est un peu moins). Les boutons sont plus gros que sur le Canon, ceux qui utilisent des gants fins pour photographier en hiver apprécieront. De la même façon, les typos et les sigles sont plus gros et plus lisibles… Remarque assez personnelle : j’ai toujours trouvé la molette arrière des Nikon (commande par défaut de la vitesse) moins agréable à manipuler que la roulette arrière des Canon (commande par défaut de l’ouverture)… Peut-être à cause de sa position ? Ou peut-être est-ce une question d’habitude ?

Avantage : Très léger avantage pour le Nikon D300. Car dès que l’on s’est habitué à un boîtier, les différences s’estompent… C’est un détail, mais je trouve la trappe de batterie du Nikon plus facile à ouvrir que celle du Canon avec des ongles courts (je peste assez souvent contre l’ingénieur qui a dessiné celle de l’EOS). Par contre, il est moins rapide de sortir la batterie du Nikon (Canon offre un petit ergot à ressort plus efficace pour l’éjecter). Un partout, la balle au centre.

Les nikonnistes affirment ressentir un attachement quasiment "chernel" à leur boîtier... Et cela peut se comprendre après avoir passé quelques semaines avec le D300 ! On a du mal à la lâcher...

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP