Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

SIGMA Nikon

Appel au soutien pour Joao Silva, photojournaliste

08/12/2010 | Benjamin Favier

Joao Silva a perdu ses deux jambes lors de l’explosion d’une mine en Afghanistan, en octobre dernier. Des proches du photojournaliste ont créé un site Internet pour réunir des fonds et le soutenir dans sa terrible épreuve.


« I’m good. I’m good baby. » En substance, tout va bien. Ce sont les mots adressés au téléphone à Michele McNally, directrice photo du New York Times, par Joao Silva, relate un article du Los Angeles Times daté du 26 octobre. Le photographe, en reportage en Afghanistan pour le quotidien américain, vient de sauter sur une mine, le 23 octobre, près d’Arghandab, au sud du pays. Carlotta Gall, la rédactrice qui l’accompagnait, s’en sort indemne. Ils étaient tous les deux « embedded » (embarqués) au sein de la quatrième division d’infanterie de l’armée américaine. Le photographe sud africain a « toujours eu un penchant pour le danger et le risque, mais il n’est pas inconscient », écrit à son sujet le photographe Greg Marinovitch sur son blog. Ce dernier, est à l’origine de la création du site, avec sa femme Leonie. Très proche de Silva, il faisait aussi partie du Bang Bang Club (groupe de photographes sud africains né lors de la couverture des conflits ethniques en Afrique du Sud avant les premières élections démocratiques de 1994, autour duquel gravitèrent des photographes comme James Nachtwey). Un film éponyme a d’ailleurs été réalisé cette année. Silva a collaboré sur le tournage.
Actuellement hospitalisé à Washington, Joao Silva a quitté l’unité de soins intensifs le 2 décembre. Il a perdu ses deux jambes. Dans une courte vidéo sur Lens, blog du New York Times dédié au photojournalisme, on le voit, entouré de sa femme et de Michele McNally, consulter les images qu’il a prises avant et après l’explosion. Il s’exprime difficilement.
L’association Support Joao Silva Photojournalist a pour but de soutenir le photographe et sa famille dans leur épreuve. Elle est gérée par l’ONG Hekaya Digital Storytelling. Le New York Times se charge de régler toutes les factures médicales. On peut ainsi faire un don, acheter des tirages, ou écrire un message.
Une initiative qui mérite d’être saluée. Le site de Joao Silva permet de mesurer le courage dont il a fait preuve dans toutes les zones de conflits où il s’est rendu.

- Le site de l’association Support Joao Silva Photojournalist
- Lens, blog du New York Times dédié au photojournalisme
- Le site de Joao Silva

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP