Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Apple brevette un zoom périscopique à miroir stabilisé

26/02/2015 | Franck Mée

C’est un brevet sur l’utilisation d’un miroir basculant pour stabiliser l’image dans un appareil photo. Mais c’est aussi la présentation d’un module périscopique proposant un zoom stabilisé et un ensemble de trois capteurs. Solution idéale pour un smartphone orienté photo ? En tout cas, le brevet vient d’Apple.

Le brevet américain n°2015/0042870, déposé par Apple, est sobrement intitulé « actionnement du basculement d’un miroir ». Il présente une solution de stabilisation originale pour les objectifs périscopiques – ces optiques cachées dans le corps des appareils baroudeurs comme les Ricoh WG et les Olympus TG.

Au lieu de déplacer un groupe de lentilles ou le capteur de l’appareil, c’est donc le miroir qui se trouve à l’entrée de l’objectif qu’Apple emploie pour stabiliser l’image lorsque le photographe bouge pendant le déclenchement. Le brevet décrit plusieurs variantes du mécanisme, avec différents points de pivot, ainsi que les systèmes magnétiques contrôlant la position du miroir.

Où ce brevet devient particulièrement intéressant, c’est qu’il ajoute au simple mécanisme de miroir stabilisé une description de l’ensemble de l’appareil. Derrière le miroir, il installe logiquement un zoom optique, composé de deux groupes mobiles.

Ensuite, il intègre un ensemble de trois capteurs, placés autour d’un prisme séparateur chromatique. Rien de vraiment neuf : c’est classique sur les caméscopes dits « 3-CCD » ou « 3-MOS », l’emploi de trois capteurs permettant d’utiliser des capteurs monochromes plus sensibles et de ne pas perdre de lumière en ajoutant une matrice de filtres, comme sur les capteurs simples. À qualité égale, il est ainsi possible d’utiliser des capteurs plus petits : l’encombrement global est supérieur à cause du prisme séparateur, mais l’épaisseur du module peut être diminuée.

L’ensemble décrit donc de manière très détaillée un module réunissant la Trinité des capteurs de smartphones : zoom optique, stabilisation et compacité dans au moins une dimension (peu importent largeur et hauteur, mais l’épaisseur est réduite autant que possible). Venant d’Apple et sachant que la photographie a été un élément important des argumentaires commerciaux des derniers iPhone, les perspectives ouvertes sont intéressantes.

Reste, outre les éternelles questions de l’industrialisation et du coût, une remarque inévitable : les optiques périscopiques sont, généralement, sensiblement moins lumineuses que les zooms télescopiques classiques, eux-mêmes limités par rapport aux focales fixes. Alors que des ouvertures à f/2 ou f/2,4 sont monnaie courante sur les smartphones milieu et haut de gamme, il paraît peu probable que le module présenté propose une ouverture correcte. Le gain offert par le tri-capteur compensera-t-il ? Rien n’est moins sûr…

- Le brevet US 2015/0042870 (en anglais)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP