Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

SIGMA Nikon

Bonus Hors-série optiques : Bague TechArt Pro LM EA-7, le miracle de l’autofocus

06/12/2016 | SEPULCHRE Jean-Marie

Nous avons présenté la bague TechArt lors de nos reportages Photokina, puis évoqué sa prise en main dans notre numéro hors-série spécial optique, en kiosque aujourd’hui. La bague est désormais distribuée en France. Nous l’avons essayée sur le terrain.

Présentation

La bague Techart Pro LM EA-7 se distingue des multiples adaptateurs pour la série Sony A7 et APS-C de la série 6000 par une caractéristique encore unique sur le marché : elle transforme les optiques Leica M en objectifs autofocus, du jamais vu dans cette monture. Le principe est le suivant : à l’arrière la bague est équipée de contacts permettant d’activer l’autofocus des boîtiers Sony équipés de la détection de phase sur le capteur (A7 II, A7 R II, A6300, A6500…à l’avant sa baïonnette permet d’installer les objectifs Leica M. Mais cette monture avant est mobile, animée par un micro moteur elle permet d’avancer l’objectif et donc de permettre la mise au point à des distances plus proches que l’infini qui est sa position de repos par défaut. Si on règle l’objectif à sa distance minimale de mise au point, elle permet un effet proxi-photo accru. Cette fonction miraculeuse comporte deux limites : compte tenu de l’épaisseur limitée de la bague l’extension de la baïonnette est forcément limitée, donc les optiques compatibles en automatique vont du grand angle à 90 mm seulement, ce qui est d’ailleurs une pratique courante au Leica télémétrique. Ensuite la bague est prévue pour des objectifs ne dépassant pas 700 grammes ce qui exclut les longues focales, lesquelles n’existent pas en monture Leica M…mais dans d’autres montures pour lesquelles Techart nous ménage d’agréables surprises.

En effet, si à la place d’un objectif Leica M on monte une bague intermédiaire pour monter une optique de reflex sur Leica M, bagues qui se sont multipliées depuis que le M(240) autorise une visée live-view en plus du télémètre, le système va fonctionner et rendre autofocus votre objectif manuel d’autrefois, dès lors que les limites de focale et de poids sont respectées !

JPEG - 92.1 ko
Vue de la bague montrant l’emplacement du moteur et des autres composants.
JPEG - 209 ko
Notre historique Summicron « rigid » de 1954 noté 5 cm f/2 est devenu autofocus avec la bague Techart.

Prise en main et installation

La bague Techart est principalement construite en métal et inspire confiance, il suffit de la monter sur le boîtier puis de lui adjoindre un objectif Leica M pour commencer nos essais. Avant tout il faut mettre en œuvre quelques vérifications pour s’assurer de son bon fonctionnement : si la bague fonctionne de façon aléatoire avec plusieurs modèles de Sony A7, elle n’est réellement conçue que pour les modèles à détection de phase, à savoir uniquement les A7 II et A7 R II. Encore faut-il faire très attention aux firmwares : la bague doit utiliser le firware v4 et pour les boîtiers les premières versions ne sont pas compatibles, nous avons donc installé sur notre A7 II de test qui en était encore à la version…1.10 le firmware 3.30 disponible sur le site de Sony depuis le 18 novembre 2016. Dès lors, toutes les fonctions (AF simple et continu, stabilisateur) sont pleinement accessibles alors qu’on ne peut choisir la zone AF en détection de phase avec un firmware ancien.

Comme la bague ne peut commander de fermeture de diaphragme, les objectifs visés étant exclusivement manuels, la bonne utilisation impose de régler l’appareil en mode A et d’ajuster le temps de pose en jouant de la bague située sur l’objectif et sur les ISO. Avant de prendre la première photo on fera une petite manipulation cabalistique : on règle le diaphragme par la molette de l’appareil sur une valeur qui est en fait un code pour entrer la focale de l’optique dans la mémoire du boîtier, par exemple f/16 pour un objectif de 24 mm, f/22 pour un 35 mm, f/25 pour un 50 mm, f/29 pour un 90 mm…et on fait une photo qui sera inexploitable. Pour les focales intermédiaires non indiquées sur le notice (par exemple 40 ou 75 mm) on choisira la valeur la plus proche. Ensuite on ramène la molette d’ouverture du boîtier à f/2 et pour une exposition correcte elle ne doit plus quitter cette position pendant l’utilisation. Une pression sur le déclencheur doit commander la mise au point, et l’allumage des cadres et points vers dans le viseur, en mode AF-S mémorisé à mi course ou AF-C avec variation continue du point quand bouge l’appareil… ou le sujet.

Mises à jour firmware… école de patience

La première vérification indispensable est celle de la version du firmware qui est installée dans l’appareil, il convient de se connecter sur le site Sony et de télécharger le logiciel de mise à jour. Attention cependant à votre système d’exploitation, il n’est pas compatible avec les versions trop anciennes de Windows, une autre page de téléchargement est prévue pour les Mac. Ensuite on connecte l’appareil à l’ordinateur et on attend quelques longues minutes que l’opération se termine.

Au cas où la bague doit être aussi mise à jour, la procédure n’est pas la même alors qu’une procédure similaire par liaison USB aurait pu être envisagée par Techart. Le constructeur a mis en place une liaison par Bluetooh qui nécessite un smartphone sur lequel on installe l’application Techart disponible sur le web (http://techartpro.com/downloads-2/ ) et on choisit la version de firmware la plus récente disponible. Cette opération prend aussi quelques longues minutes et doit s’opérer avec la bague montée sur le boîtier lequel doit être en position Off.

JPEG - 97 ko
La mise à jour du firmware du boîtier s’opère en reliant l’appareil à l’ordinateur avec une prise USB.
JPEG - 320.6 ko
La mise à jour du firmware de la bague s’opère en Bluetooh avec un smartphone.

Incompatibilités à contourner

En théorie, n’importe quelle bague de compatibilité entre une monture de reflex et le Leica M peut être montée sur la bague Techart, permettant de rendre les anciens objectifs manuels autofocus. En pratique, certaines bagues ne se montent pas car elles accrochent le soubassement de la bague, là où se situe le moteur actionnant la baïonnette mobile. C’est par exemple le cas de la bague Novoflex permettant de commander la fermeture du diaphragme des objectifs récents G, la couronne crantée bleue est trop large pour le montage. Il faut utiliser une bague ordinaire Nikon AIS > Leica M sans commande de diaphragme qui de toute façon bénéficie d’une bague pour le réglage. Le même problème est à noter avec la bague Pentax K Novoflex elle aussi dotée d’une couronne de commande. Techart commercialise directement des bagues aux bonnes dimensions pour les montures courantes des seventies comme Canon FD, Exakta, Nikon F, Leica R, Pentax 42 à vis et K, Olympus OM, Contax Yashica mais aussi moins répandues comme Alpa ou Contarex !

JPEG - 246.7 ko
Le Leica Summicron pour reflex (monture SL 1964) fonctionne parfaitement avec comme intermédiaire une bague Leica R Novoflex, en revanche la bague Nikon de cette marque, dotée d’une couronne de réglage de diaphragme, est trop large pour être compatible, on se procurera alors une bague complémentaire Techart.

Sur le terrain

Nos essais ont été effectués avec plusieurs optiques Leica de 40, 50 et 75 mm et ont été très concluants en mode AF-S : la mise au point est très rapide et très précise sur non tests toujours effectués aux grandes ouvertures pour ne pas donner de tolérance à la profondeur de champ. Pour les moyennes et longues distances l’objectif doit toujours être réglé sur l’infini, pour les très courtes distances on peut faire une pré-mise au point manuelle approximative et la netteté sera ajustée au final par l’autofocus, sinon la mise au point minimale diminue avec la focale et ne serait plus que 1,80 m avec le 90 mm.

JPEG - 154.5 ko
Mise au point ponctuelle sur la boîte de soupe à la tomate et extrait 100% écran.

JPEG - 303.2 ko
Mise au point ponctuelle sur le centre de l’image et extrait 100% écran.

JPEG - 247.5 ko
Mise au point continue en proxi-photo et extrait 100% écran.

En mode AF-C la mise au point s’ajuste en permanence mais on n’en demandera pas trop au système, car la bague ne peut concilier déplacement très rapide et mise au point rapprochée, notre habituel test du train en rafale a montré les limites de la chose avec un Summarit 75 mm f/2,5 d’autant qu’il a été conduit dans les pires conditions pour l’autofocus, c’est-à-dire en contre jour franc sur un sujet assez sombre par contraste. En revanche l’autofocus continu suivra en portrait si le modèle se déplace un peu ou en proxi si un peu de vent agite les fleurs, en tout état de cause la capacité de mise au point sera suffisante en reportage social, et l’on songe rarement faire du sport rapide avec les courtes focales auxquelles la bague est dédiée.

JPEG - 120.6 ko
Première vue du test du train et extrait 100% écran.

JPEG - 116.3 ko
Dernière vue nette du test du train (vue n°8) et extrait 100% écran.

Note globale : 8/10

- Verdict technique : oui
- Coup de cœur : oui

Les + :

- Concept audacieux et réalisation efficace
- Autofocus rapide et précis en mode AF-S
- Possibilité de monter quasiment toutes les montures de reflex des années 70

Les - :

- Limitation de focale et de poids des objectifs
- Limites de l’autofocus sur les mouvements rapides
- Incompatibilité avec certaines bagues d’autres marques

Fiche technique

- Monture : Leica M
- Compatibilité boîtier : Sony E
- Compatibilité appareil : Sony A7 II, Sony A7R II), A6300, A6500
- Extension maximale de la baïonette : 4.5mm
- Mode Autofocus supporté : AF-S / AF-C
- Contrôle de l’ouverture : manuelle
- Poids maximum supporté : 700g
- Enregistrement Exifs : 10 menus
- Contrôle sans fil : bluetooth via Android/iPhone app
- Poids : 133g
- Dimensions 80 x 20 mm
- Accessoires : bouchons, boîte de rangement
- Fabrication : Chine 
- Prix : 499 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP