Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Bonus : Sony Alpha 7 vs Alpha 7R, quelles différences ?

20/12/2013 | Franck Mée

En même temps que l’Alpha 7, testé dans notre numéro 62, Sony lance l’Alpha 7R. Les deux boîtiers sont identiques mais les capteurs sont différents : 24 Mpxl pour l’un, 36 Mpxl pour l’autre. Un face-à-face s’imposait…

À ma gauche, le Sony Alpha 7 : capteur 24 x 36 mm de 24 Mpxl équipé d’un filtre passe-bas, autofocus hybride à détection de contraste et corrélation de phase, rafale à 5 im/s, 1 500 €. À ma droite, l’Alpha 7R : capteur 24 x 36 mm de 36 Mpxl sans filtre passe-bas, autofocus à détection de contraste, rafale à 4 im/s, 2 100 €.

En dehors de cela et d’un détail de construction interne, les deux boîtiers sont identiques, comme nous le notions lors du lancement des Sony Alpha 7 et Alpha 7R. Nous avons testé les deux modèles simultanément, avec le Sony FE 28-70 mm f/3,5-5,6 OSS. Vous retrouverez notre avis dans le n°62 de MDLP, actuellement en kiosques ; ci-dessous, nous ne parlerons donc que des différences entre les images des deux appareils.

JPEG - 117.8 ko
Image complète. À gauche : α7 ; à droite : α7R

L’exposition est sensiblement identique sur les deux modèles. En Raw (tous les curseurs à zéro) ou en Jpeg, teintes et luminosité sont identiques et les zones brûlées sont les mêmes : malgré ses photosites plus petits, l’Alpha 7R n’a pas de différence notable de dynamique avec l’Alpha 7.

JPEG - 103.5 ko
Extrait à 100 % du centre. À gauche, α7 ; à droite, α7R.

Le niveau de détail disponible est logiquement supérieur sur l’Alpha 7R. À 100 %, les fentes du volet central sont encore bien visibles sur celui-ci, alors que l’image de l’Alpha 7 ne les montre plus.

Attention cependant : pour mettre cette différence en évidence, il a fallu mettre l’objectif à 70 mm et à f/8. Au grand-angle, où le piqué de l’objectif est moins marqué, l’écart de définition utile est quasiment invisible, de même qu’aux grandes ouvertures. En outre, regarder tels quels les extraits ci-dessus revient à placer le nez sur la feuille pour observer des tirages en qualité photo de 34 x 50 cm (à gauche, pour l’Alpha 7) et de 41 x 62 cm (à droite, pour l’Alpha 7R) ! Autant dire que vous ne ferez pas cela tous les jours…

Quid du moiré, direz-vous ? Et bien, nous n’en avons pas eu de gênant, et les légères traces observées sont autant apparues sur l’Alpha 7 que sur l’Alpha 7R. En pratique, sans doute le problème n’apparaît-il en 36 Mpxl qu’avec des détails trop fins pour que l’objectif les retranscrive fidèlement ; et sur le 24 Mpxl, son arrivée sur des détails un peu plus grossiers est compensée par le filtre passe-bas.

JPEG - 102.4 ko
Extrait 100 % à 1600 Iso. À gauche : α7 ; à droite : α7R.

La gestion de la sensibilité est souvent critiquée sur les capteurs les plus denses — ceux qui ont le plus de pixels par rapport à leur surface. À 1600 Iso pourtant, trouver une différence est difficile : Alpha 7 comme Alpha 7R commencent à lisser et à brouiller les textures les plus fines, mais ni l’un ni l’autre ne montre de bruit excessif et les deux fournissent de très belles images. À 3200 Iso, les deux lissent un peu plus et les Jpeg sont moins agréables : pour les tirages en très grande taille, un traitement personnalisé des Raw sera bienvenu…

JPEG - 101.6 ko
Extrait 100 % à 6400 Iso. À gauche : α7 ; à droite : α7R.

À 6400 Iso, le traitement agressif abîme l’image équitablement sur les deux modèles. Les marbrures sont peut-être un peu plus visibles sur l’Alpha 7R à 100 %, mais une fois ramené à la même taille de tirage les deux appareils sont difficiles à départager.

Sur le plan chronométrique, les deux jumeaux sont des appareils plutôt réactifs hormis au démarrage. L’autofocus de l’Alpha 7 est un peu plus efficace que celui de l’Alpha 7R, mais celui-ci ne démérite pas ; de toute manière, ceux pour qui la réactivité et le suivi de sujet restent des critères primordiaux auront intérêt à opter pour un reflex.

L’enregistrement des fichiers sur la carte ne bloque pas l’appareil et n’est donc guère gênant. En Raw + Jpeg, chaque image fait environ 30 Mo sur l’Alpha 7 contre 48 Mo sur l’Alpha 7R : dans les deux cas, c’est lourd et des cartes SD un peu musclées sont conseillées.

Au final, l’Alpha 7R n’est logiquement conseillé qu’à ceux qui ont réellement besoin de 36 Mpxl et qui s’offriront des optiques capables de faire la différence. Pour ceux qui recherchent les avantages du 24 x 36 mm (profondeur de champ à cadrage égal notamment) en se contentant d’optiques grand public, l’Alpha 7 paraît sans nul doute un meilleur rapport qualité/prix.

- Le site de Sony

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP