Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Canon EOS 100D : le reflex jivaro

21/03/2013 | Franck Mée

Le succès des compacts à objectifs interchangeables vient de l’encombrement trop important des reflex. Répondant à ce constat, Canon présente un reflex aussi compact que possible : l’EOS 100D, techniquement très proche des autres EOS grand public mais au volume réduit à l’essentiel.

Présentation

Les photographes rebutés par le volume s’orientent vers des compacts à objectifs interchangeables. Ceux qui veulent un reflex composent avec un appareil encombrant. Tel est le résumé du marché actuel. Quant à ceux qui tiennent à une visée reflex mais veulent un appareil le plus petit possible, que leur reste-t-il ?

Le Canon EOS 100D est fait pour eux. À l’intérieur, il est très proche de ses frères : son capteur APS de 18 Mpxl est issu de celui de la gamme amateur, l’autofocus à neuf points dont un en croix ressemble beaucoup à celui de l’EOS 600D, le viseur est identique au reste de la famille...


Comparaison : EOS 100D vs EOS 700D

Autrement dit, à l’usage, l’EOS 100D est bien un reflex, avec les avantages que cela suppose : visée optique et autofocus continu efficace en rafale notamment. Sur certains points, il va même plus loin que le nouvel EOS 700D : il dispose d’un mode de déclenchement discret, ralentissant le mécanisme d’obturation pour limiter le bruit, et la zone d’autofocus hybride a été sensiblement élargie pour couvrir 80 % du champ horizontalement et verticalement.

Petit Poucet

Malgré ces spécifications au niveau de ses frères, l’EOS 100D est petit. Beaucoup plus petit. Avec 11,7 cm de largeur et 9,1 cm de hauteur, il gagne environ un centimètre dans chaque dimension par rapport aux autres reflex amateurs de Canon. Il est aussi sept millimètres plus étroit et huit millimètres plus bas qu’un Pentax K-r et reste légèrement plus compact qu’un Sony Alpha 37.

Record de compacité, comme l’annonce Canon ? Cela va tout de même dépendre de la façon dont on compte. Le feu Olympus E-420 faisait la même hauteur et, s’il était plus large, il était bien moins épais (5,3 cm contre 6,9 cm) et son objectif de kit était nettement plus compact que le 18-55 mm f/3,5-5,6 IS STM qui accompagnera le Canon.

En kit, l’Olympus tenait donc moins de place dans un sac ; mais Canon aura beau jeu de répliquer qu’il n’est plus produit, n’avait pas de stabilisation et souffrait de limitations techniques (capteur et viseur plus petits notamment).

Le revers de la médaille

L’opération de compactage ne semble finalement avoir eu que peu d’effets secondaires. Face à l’EOS 700D, les limitations de l’EOS 100D sont assez peu gênantes : le micro intégré est monophonique (mais la prise pour un micro stéréo est toujours là), la rafale est à peine moins vive (4 im/s contre 5 im/s), l’autofocus n’a qu’un point croisé au lieu de neuf et l’écran est fixe.

Un handicap tout de même : l’EOS 100D n’a pas la même batterie que les autres reflex. Il emprunte celle de l’EOS M, sensiblement plus petite. La perte d’autonomie reste toutefois limitée : 380 vues, au lieu de 440 sur l’EOS 700D.

Proposé à 799 € avec le nouvel objectif 18-55 mm IS STM, l’EOS 100D sera sensiblement plus cher que l’EOS 600D, qui devrait rester au catalogue pour l’instant.

Premier avis

Avec l’EOS 100D, Canon tente un pari : le mini-reflex qui fait tout comme un grand — sauf peut-être l’autonomie. Au même moment, d’autres constructeurs n’ont pas hésité à augmenter le volume de leurs reflex pour améliorer la prise en mains, expliquant que les utilisateurs à la recherche de compacité étant voués à s’offrir des compacts à objectifs interchangeables.

L’EOS 100D ressemble donc beaucoup à la réponse d’un fabricant de reflex à l’attaque des COI. Paradoxalement, c’est six mois après l’EOS M qu’il arrive, comme si Canon avait si peu confiance en celui-ci qu’il souhaitait prévoir une deuxième réplique au cas où. Et au passage, l’arrivée de ce mini-reflex va mettre à mal les espoirs de ceux qui souhaitent un EOS M plus expert, similaire à l’Olympus OM-D ou au Sony NEX-6 par exemple.

Reste que l’EOS 100D est un reflex d’entrée de gamme assez agréable : la prise en mains, quoique déroutante au début, n’est pas mauvaise, la poignée étant très travaillée pour offrir finalement une préhension correcte. L’ergonomie est conforme aux habitudes de la marque et la construction est plutôt bonne. Petit frère de l’EOS 700D, il pourrait être le remplaçant logique du vieillissant EOS 1100D en entrée de gamme ; son prix est hélas trop élevé pour le présenter ainsi.

Au final, ce boîtier techniquement étonnant et plutôt réussi semble n’avoir pas vraiment trouvé sa voie, misant sur l’argument de la compacité à l’heure où d’autres types d’appareils (y compris chez Canon) le maîtrisent bien mieux, sans pour autant arriver à se placer en entrée de gamme grand public.

Fiche technique

Canon EOS 100D

  • Capteur : Cmos APS-C, 18 Mpxl
  • Wi-Fi, GPS : -
  • Définition maximale : [3:2] 5 184 x 3 456
  • Vidéo : 1080p (24, 25 ou 30 fps, H.264)
  • Format de fichier : Jpeg, Raw, Mov
  • Objectifs : monture Canon EF ou EF-S
  • Stabilisation : -
  • Écran : LCD 3 pouces/1040 kpts tactile, format 3:2
  • Viseur : couverture 95 %, grossissement 0,87x, dégagement 19 mm
  • Mesure de lumière : TTL 63 zones
  • Modes d’exposition : Auto, sans flash, Auto créatif, PASM, modes Scènes
  • Sensibilités : 100–6 400 Iso et H-12 800 Iso
  • Balance des blancs : auto, prédéfinies (6), mesurée ; compensation bleu/ambre et magenta/vert
  • Vitesses : 30 s - 1/4 000e
  • Rafale : 4 im/s
  • Flash : pop-up, NG=9,4 pour 100 Iso
  • Divers : mode HDR, 7 filtres créatifs
  • Stockage : SD, SDHC, SDXC
  • Connectique : mini HDMI, Hi-speed USB, entrée micro, griffe flash
  • Accu : Li-Ion
  • Dimensions/poids : 116,8 x 90,7 x 69,4 mm / 407 g (sans objectif)
  • Prix : 799 € avec EF-S 18-55 mm STM

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP