Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Canon EOS 6D Mark II : un air de famille

29/06/2017 | Benjamin Favier

Quatre ans et demi après le 6D, Canon propose une version Mark II de son reflex plein format « abordable ». Une évolution bienvenue et très attendue par les aficionados de la série EOS. Parmi les principales nouveautés, l’arrivée d’un écran orientable, d’un système AF plus ambitieux et d’un nouveau capteur. Il s’avère philosophiquement très proche du 80D, à la différence notable que le 6D Mark II embarque un Cmos 24 x 36.

Présentation

Septembre 2012. Avec l’EOS 6D, Canon répond du tac au tac à Nikon, qui vient de sortir le D600. Ces deux reflex 24 x 36 se démarquent des autres modèles plein format par un tarif plus maîtrisé, situé autour des 2000 €. Un an plus tard, Sony entrait dans la danse avec les A7 et A7R, bousculant quelque peu les deux acteurs historiques.

JPEG - 209.9 ko
La prise télécommande a été ramenée sur le devant de l’appareil, pour laisse de la place à la charnière de l’écran LCD.

Depuis, Nikon a sorti un D610 (qui avait pour principale mission de faire oublier le fameux « dust-gate ») et un D750. Tandis que Sony a multiplié les sorties, avec des A7 de seconde génération stabilisés, et plus récemment un A9, situé dans une autre sphère tarifaire. N’oublions pas non plus Ricoh, qui a sorti l’an dernier le Pentax K-1, vendu 2000 €. Pendant ce temps, Canon n’a pas réagi sur ce segment, se concentrant sur sa gamme hybride, ses EOS APS-C et sur les séries 5D et 1D X.

JPEG - 312.9 ko
On retrouve les commandes propres aux reflex EOS experts sur le dessus. À noter, par rapport à l’EOS 6D, l’apparition d’une touche près du déclencheur, pour accéder aux différentes zones de l’autofocus.

Patience de mise

Mais on se doutait bien – en tout cas nous l’espérions – qu’un successeur du 6D verrait le jour. D’autant plus que la sortie du 7D Mark II, cinq après le 7D, avait prouvé qu’il fallait parfois faire preuve de patience… Quatre ans et demi, en l’occurrence, se sont écoulés depuis la sortie du 6D. Un reflex sobre, voire minimaliste par certains aspects (l’autofocus notamment), mais que nous avons beaucoup apprécié à la rédaction (lire test dans notre numéro 53, paru en mars 2013), notamment grâce à une ergonomie très intuitive et une excellente qualité d’image. Cette version Mark II repose sur une philosophie similaire. Malgré de nombreuses évolutions, logiques, au vu du temps écoulé, et qui augurent d’une polyvalence accrue par rapport à son prédécesseur, ce reflex reste sage par de nombreux aspects.

PNG - 72.7 ko
Nouveau capteur de 26 Mpxl, avec la possibilité d’opter pour des Raw de taille intermédiaire, M-Raw et S-Raw.

26 Mpxl et Dual Pixel AF

Avec une définition de 26,2 Mpxl, Canon propose une définition inédite en 24 x 36. Pour rappel, celui du 6D comportait 20 Mpxl. Le Cmos du 6D Mark II intègre un filtre passe-bas. Il s’intercale entre le capteur de 22 Mpxl du 5D Mark III et celui de 30 Mpxl du 5D Mark IV. Les 5DS/5DS R conservent le record de définition pour un capteur 24 x 36 (50 Mpxl). La plage de sensibilité du capteur Cmos du 6D Mark II s’étend de 100 à 40 000 Iso par défaut. Il est possible d’aller au-delà, de 50 Iso jusqu’à 51 200 Iso (H1), voire 102 400 Iso (H2).

PNG - 80.8 ko
Par défaut, la plage de sensibilité s’étend de 100 à 40 000 Iso.
PNG - 98.3 ko
Les différentes corrections optiques disponibles dans les menus de l’EOS 6D Mark II.

Dual Pixel AF et Digic 7

En toute logique, à l’instar des derniers EOS, le 6D Mark II intègre la technologie Dual Pixel AF, d’une redoutable efficacité pour faire automatiquement le point en LiveView, mais aussi en vidéo, avec des optiques appropriées. Ainsi que le processeur Digic 7. Pourtant, il n’est toujours pas possible de développer les Raw depuis le boîtier, ce que permet pourtant le G7 X Mark II, doté du même processeur. Le 77D, récemment testé, souffre du même inconvénient. On accède par contre à la fonction Détails fins, apparue sur le 5DS, ainsi qu’à la fonction de balance des blancs avec priorité aux blancs. Quant à la fonction Dual Pixel Raw, elle reste la propriété du 5D Mark IV. Tout comme la possibilité de filmer en 4K… Ce qui laisse songeur, en 2017, quand on connait le savoir-faire de Canon dans le domaine de la vidéo.

PNG - 92.8 ko
Toujours pas de 4K, alors que Canon a doté ses 5D Mark IV et 1D X Mark II de cette définition…
PNG - 90 ko
Il est possible d’ajuster la vitesse du suivi continu en vidéo.

On se contente ici de tourner en 1080p à 50 im/s (format MP4), alors que le time-lapse vidéo génère des séquences… en 4K (au format Mov) ! Il sera possible de connecter un micro externe, mais il n’y a toujours pas de prise casque. Contrairement à ce que nous avions observé sur le 6D, l’activation du WiFi ne bloquera pas l’accès au mode vidéo. Au contraire, il sera possible de piloter le boîtier à distance pendant un tournage depuis l’application Camera Remote, en WiFi (NFC) ou en Bluetooth avec la télécommande RB-E1, dévoilée en même temps que les EOS 800D et 77D. Toujours en vidéo, l’absence de stabilisation en interne sera en partie compensée par un mode électronique sur cinq axes, qui entraîne un recadrage, plus ou moins important selon le mode choisi.

JPEG - 212.3 ko
Toujours un seul compartiment pour SD, uniquement compatible avec la norme UHS-I.

Rafale et autofocus

Le 6D Mark II s’annonce plus véloce que son prédécesseur : la cadence passe de 4,5 à 6,5 im/s, ce qui place le 6D Mark II en concurrence directe avec le Nikon D750… et l’EOS 5D Mark III (6 im/s). Canon annonce que le 6D Mark II engrange quelques 150 Jpeg ou 21 Raw, à la définition maximale : il est toujours possible d’opter pour une taille de format brut intermédiaire (M-Raw et S-Raw). L’unique compartiment pour carte mémoire accueille des cartes SD. Il est limité à la norme UHS-I. Le système autofocus, très critiqué sur le 6D, passe de neuf collimateurs à quarante-cinq, tous croisés. Parmi eux, vingt-sept sont sensibles à f/8.

PNG - 71.8 ko
Contrairement à l’EOS 5D Mark IV, le 6D Mark II ne possède pas de volet dédié à l’autofocus dans les menus. Pour accéder aux réglages fins, il faut passer par les menus C.Fn.

Le collimateur central est aussi sensible que celui du 6D, à - 3 IL (tous les autres à - 0,5 IL). Hélas, toujours pas de joystick pour les contrôler. On retrouve bien sûr les modes One Shot, Ai Servo et Ai Focus. Il sera possible de procéder à des micro-ajustements de l’AF dans les menus au besoin. Le système autofocus s’appuie sur la détection de couleur et de visage (tons chair), comme celui du 5D Mark IV. L’obturateur plafonne lui à 1/4 000s.

JPEG - 348.8 ko
En l’absence de flash intégré, il faudra faire appel aux modèles Speedlite comme le 270EX II ici.

Visée reflex et LiveView

Il ne sera pas possible de piloter les collimateurs via l’écran LCD, en sollicitant la visée reflex. Celle-ci repose sur un pentaprisme couvrant 98 % du champ (97 % sur le 6D), avec un grossissement de 0,71x et un dégagement oculaire de 21 mm. L’écran LCD mesure 7,7 cm, avec une définition de 1 040 kpts. Il est totalement orientable, comme sur les reflex APS-C de la marque, ce qui est une première sur un modèle 24 x 36 Canon.

Il est en outre tactile, que ce soit lors de la prise de vue ou pour naviguer dans les menus, ce qui est un bon point de marqué par rapport au D750, privé de cette technologie. En revanche, ce dernier reprend la main dans le domaine du flash : Canon se prive toujours de cet attribut sur ses EOS plein format, et c’est fort regrettable. La syncho X est limitée à 1/180s.

Construction et batterie

Le 6D Mark II est paré de joints contre l’intrusion de poussières ou d’humidité. Canon ne fournit pas de précision sur leur nombre, mais indique que le niveau de construction se situe entre les EOS 80D et 5D Mark III. L’accu employé est l’EP-E6N, inauguré sur l’EOS 7D Mark II et plus endurant que l’EP-E6 du 6D. Mais il est toujours possible d’utiliser ces deux modèles de batterie sur l’EOS 6D Mark II. Par contre, un nouveau grip est proposé, le BG-E21, uniquement compatible avec le 6D Mark II.

Parmi les autres fonctions, citons le module GPS, désormais compatible Glonass. Un intervallomètre figure dans les menus, comme une fonction HDR ; tous deux sont déclinés à la sauce vidéo. Au niveau de la connectique, on note que le 6D Mark II reste à la norme USB 2 et qu’il ne sera pas possible de le recharger par ce biais.

Le 6D Mark II devrait être disponible fin juillet, au prix de 2 109 € nu. Un kit sera proposé avec l’EF 24-105 mm f/3,5-5,6 IS STM, pour 2 509 €.

- Le site de Canon

Premier avis

Le premier EOS 6D aura eu une longévité assez exceptionnelle pour un boîtier numérique. Comme l’EOS 7D avant lui, mais aussi à l’instar du 100D. Ainsi, Canon ne se presse pas pour renouveler certains modèles. Au risque, avec le temps, de voir ses reflex qualifiés de dépassés vis-à-vis de la concurrence. Face à des boîtiers plein format tels que le Nikon D750, le Pentax K-1 et les Sony A7, le 6D avait du mal à rivaliser en termes de caractéristiques. Pourtant, en dépit d’un système autofocus trop limité (mais performant en basse lumière), le 6D constitue une excellente opportunité de goûter au format 24 x 36 en numérique. Pour du reportage, du portrait ou du paysage, il fait largement l’affaire : il s’avère très compact avec l’optique 40 mm f/2,8 STM. 

Mais depuis la sortie du très bon, mais trop cher 5D Mark IV, d’aucuns guettaient l’arrivée du successeur du 6D, avec son lot d’évolutions. Dual Pixel AF, processeur Digic 7, capteur plein format de 26 Mpxl, Rafale à 6,5 im/s, écran orientable dans toutes les directions et tactile : sur ces points, ce Mark II est au rendez-vous et il fait office d’un 80D au format 24 x 36. Nous avions d’ailleurs beaucoup aimé ce reflex, en raison de sa grande polyvalence. Hélas, Canon demeure conservateur et a bridé le 6D Mark II sur de nombreux points. Si on peut comprendre qu’il ne fallait pas « tuer » le 5D Mark IV, la comparaison avec la concurrence, notamment les Sony A7, ne joue pas en faveur de Canon.

En premier lieu, l’absence de définition 4K en vidéo est difficilement justifiable. Canon la réserve à ses reflex professionnels, les EOS 5D Mark IV et 1D X Mark II en l’occurrence, et préserve ainsi ses caméras professionnelles, notamment la série des C. Reste qu’avec ses caractéristiques (Dual Pixel AF, écran orientable et tactile, compatibilité avec toute la gamme EF, stabilisation électronique), le 6D aurait fait un très bon compagnon des deux reflex pros sur un tournage. Pour ce qui est de la couverture en visée reflex, pourquoi ne pas avoir opté pour les 100 % ? Cela n’aurait pas fait d’ombre au grand frère pour autant. En outre, se priver de flash sur ce genre de boîtier est dommage. Le Nikon D750 paraît ainsi mieux loti avec un viseur à 100 %, un flash, un système AF à 51 collimateurs, un double lecteur de cartes (un seul, de type UHS-I sur le 6D Mark II)… Reste qu’en LiveView, le Dual Pixel AF devrait donner au 6D Mark II une longueur d’avance. Enfin, à l’heure actuelle, le large choix en matière d’optiques reste un argument important face aux hybrides, même si les optiques en monture FE se multiplient.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 24 x 36 de 26,2 Mpxl, avec filtre passe-bas
  • Définition maximale : [3/2] 6240 x 4160 pixels
  • Montures/Coefficient : Canon EF/1x
  • Sensibilités : 100-40 000 Iso (L:50, H1 : 51 200 Iso ; H2 : 102 400 Iso)
  • Vidéo : 1080p, 50 im/s
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (M-RAW et S-RAW), MP4, MOV
  • Protection du boîtier : Oui, contre la poussière et l’humidité
  • Stabilisateur : -
  • Visée : Pentaprisme 98 %, grossissement 0,71x, dégagement oculaire 21 mm
  • Moniteur : LCD orientable et tactile 7,7 cm (3 pouces), 1040 kpts
  • Flash intégré : -
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui/Oui/Oui
  • Autofocus : 45 points à détection de phase, tous croisés ; 27 sensibles à f/8 ; collimateur central à - 3 IL ; tous les autres à - 0,5 IL ; Dual Pixel AF en LiveView
  • Vitesses : 1/4000s - 30s, pose B
  • Rafales : 6,5 im/s (150 Jpeg, 21 Raw)
  • Balance des blancs : Automatique, Lumière du jour, Ombre, Nuageux, Tungstène, Éclairage fluorescent blanc, Flash, Personnalisé (2500 k - 10 000 k)
  • Réglages divers photo et vidéo : Styles d’image, Modes Scènes, intervalomètre, time-lapse vidéo 4K, HDR, vidéo HDR, exposition multiple
  • Stockage : SD (UHS-I)
  • Interfaces : mini jack 3,5 mm, USB 2.0, HDMI Type C
  • Alimentation : LP-E6N ; environ 1200 vues (norme Cipa)
  • Accessoires : Courroie, accu, chargeur, Digital Photo Professional 4
  • Dimensions/Poids : 144 x 110,5 x 74,8 mm / 765 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



FujiFilm
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

SAMYANG