Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

Conclusion et Informations

01/04/2008 | Sébastien ABRIC

Même s’il propose quelques fonctionnalités intéressantes, Lightzone est à des années-lumières de Lightroom et d’Aperture, aussi bien en terme de gestion de votre banque d’images que de votre flux de travail. Mais il faut prendre les choses avec du recul. Il y a encore deux ans, ce logiciel était totalement inconnu et la petite société californienne (même si elle a de nouveaux investisseurs), ne possède pas la même expérience que des rouleaux compresseurs du marketing et du traitement numérique que sont Apple ou Adobe… Malgré tout, LZ propose des outils et des fonctions de retouches sélectives dont ne disposent pas ces logiciels et il n’est pas absurde de l’associer en tant qu’éditeur externe (ce que je fais avec Lightroom...). Vous avez alors un ensemble cohérent et performant. Cela s’avère encore plus vrai avec des logiciels comme DPP, Capture One ou Expression Media pour ne citer qu’eux.

Toutefois, un paramètre doit être pris en compte. À la question « Lightzone est-il un logiciel de retouche ? » La réponse est « non ! ». Il ne faut pas confondre retouche et post-traitement. Même si les deux peuvent se combiner lors du flux de travail, ces opérations n’en sont pas moins différentes. En retouche, ce sont les éléments présents sur votre photo qui vont être modifiés (suppression, ajout, changement de formes, de couleur, encadrements, ajout de texte…), alors que le post-traitement consiste à modifier les informations qui composent votre image (luminosité, contraste balance des blancs, netteté…). Photoshop, PaintShop Pro sont des logiciels de retouche, alors que CameraRaw, Lightroom, Capture One, DPP ou DxO sont des logiciels de posttraitement.

Du côté des reproches, on regrette l’absence de corrections des défauts optiques ainsi que quelques améliorations de confort (une visionneuse à la Lightroom pour affiner l’accentuation). Néanmoins, le logiciel est bien né. À peine deux ans après sa sortie, il nous propose un panel d’outils relativement complets et performants (RELIGHT, édition sélective, mode noir et blancs complets…). Vous l’aurez compris, la force actuelle de ce logiciel tient dans ses possibilités d’édition. Même si la mode et la demande du public tendent vers une solution tout-en-un permettant la gestion du flux de travail numérique sous une interface unique, nombre d’éditeurs n’ont pas sauté le pas ou leurs essais restent encore bien timides. C’est là qu’intervient LZ. Il est un parfait complément à tous ces logiciels. Par contre, si vous ne jurez que par Linux, il est incontournable !

Les caractéristiques :

Lightzone est disponible en deux versions Full et Basic, aux prix respectifs de 175,57 € et 105,33 €. Le change aidant, ces tarifs baissent tous les jours…
Comme toute application graphique, 2 Go de mémoire vive sont un minimum et un processeur dual-core est préférable. D’ailleurs, il nécessite un jeu d’instructions SSE2 que ne possèdent pas tous les processeurs simple coeur. La version d‘évaluation, valable 30 jours est complète et sans restrictions. LZ tourne aussi bien sous Windows (XP et Vista) que sous MacOS (Java 1.5 Release 5 indispensable) ou sous Linux.
La liste des appareils pris en charge est longue et évolue constamment. Elle est régulièrement mise à jour et disponible sur le site de Light Craft

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP