Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

DxO Optics Pro 8 pour les photographes

25/03/2013 | LAURENT KATZ

Jean-Marie Sepulchre est-il un extra-terrestre ? On s’interroge quand, coup sur coup, il publie un livre sur le D600 et son parc optique, suivi par un ouvrage dédié au logiciel de DxO.

Que le lecteur potentiel se rassure, si JMS passe une partie de ses nuits (en fait je n’en sais rien), ce n’est pas pour jouer au moine copiste et recopier le mode d’emploi de DxO Optics Pro 8 à la lueur d’une bougie. Son livre, uniquement disponible en version numérique (format PDF), s’il décrit de fond en comble le logiciel, va bien au déla. L’auteur éclaire le lecteur de sa connaissance de l’univers DxO, ce qui se manifeste par des encadrés et des confrontations avant/après venant illustrer de nombreux réglages. Et il en remet une couche pour les sceptiques sur l’intérêt de travailler en Raw plutôt qu’en Jpeg. D’une part pour garder un maximum d’informations, d’autre part parce que DxO Optics Pro, offre le maximum d’interventions à partir d’un Raw immaculé.

La force de l’exemple

La section consacrée à l’usage expérimenté consacre une grande partie, avec force copies d’écran, aux corrections tonales qui depuis Lightroom 4 et Capture One Pro 7 ont fait l’objet d’évolutions significatives dans moult logiciels. C’est aussi l’occasion de montrer combien le programme sait éradiquer le bruit, avec un rendu, que l’on peut qualifier d’impressionnant, de photos de courses nocturnes de voitures, prises au Nikon D4 à 51 200 Iso. Des numérisations d’une pellicule Superia 800 montrent combien le numérique offre des images bien moins bruitées à des Iso plus élevés. Une bonne partie est aussi consacrée au plug-in DxO FilmPack 3, qui simule les films argentiques, avec là encore de nombreux exemples comparatifs des différents rendus.

« Abondance de biens peut nuire » écrit l’auteur. Ce que confirme la page 220, où l’explication d’un autoréglage est illustrée par une copie d’écran montrant qu’effectivement on peut se perdre dans les palettes, et encore, celles-ci ne sont-elles pas toutes déployées. C’est pourquoi JMS prenant pour base des ajustements du contraste, de la saturation et de la netteté, détaille plusieurs méthodes. Et il commente les autoréglages pour mieux en cerner l’usage selon les types de photo.

Vient un dernier commentaire, un livre électronique vaut-il 19,9 € ? Si l’on s’en réfère au contenu et aux pertinentes plongées dans les profondeurs des réglages, assurément oui. Voilà un débat, concernant bien d’autres livres d’ailleurs, qui s’inscrit sur le prix des objets immatériels, souvent difficile à juger objectivement. Plutôt que de partir sur cette polémique, je voudrais attirer l’attention que le PDF étant un format multimédia et interactif, il est étonnant de ne pas en trouver une indexation permettant de naviguer de manière plus fine entre les pages. À la manière du sommaire qui, d’un clic sur une ligne envoie vers la page concernée. Voire d’illustrer certains thèmes par une petite vidéo ou un diaporama.

Sommaire

  • Installer et configurer DxO Optics Pro 8
  • Caractéristiques et ergonomie
  • Corrections « premiers pas »
  • Corrections générales en « Utilisateur expérimenté »
  • Corrections de détail en « Utilisateur expérimenté »
  • Simuler un film argentique
  • Hiérarchiser et automatiser les corrections
  • Traiter, imprimer et exporter ses images

-  Dx0 8 pour les photographes par Jean-Marie Sepulchre

  • Format PDF
  • 250 pages, 21 x 29,7 cm
  • 19,99 €
  • Éditeur : Eyrolles
Lien commercial :
- Acheter le livre DxO 8 pour les photographes, par Jean-Marie Sepulchre aux éditions Eyrolles

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP