Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Exposition La Petite Robe Noire : trois questions à Liu Bolin

20/02/2015 | Sandrine Dippa

Jusqu’au 6 avril 2015, La Maison Guerlain met à l’honneur sa Petite Robe Noire à travers une expo photo. Liu Bolin, le photographe chinois qui a imaginé l’installation rendant hommage au fameux parfum, nous explique le sens de sa démarche.

Le 5 février dernier, le parfumeur Guerlain inaugurait dans ses espaces, en collaboration avec l’artiste Liu Bolin et la Maison européenne de la photographie, une exposition consacrée à La Petite Robe Noire. L’occasion de redécouvrir un parfum culte à travers une œuvre inédite de l’artiste chinois et des tirages vintages (Henri Cartier-Bresson, Diane Arbus, William Klein, Irving Penn, David Seidner, Helmut Newton, Jeanloup Sieff, Mario Giacomelli…) issus des archives de la Mep.

JPEG - 217 ko
Liu Bolin / Courtesy Galerie Paris-Beijing

À la fois photographe, sculpteur et peintre, Liu Bolin est depuis 2005 un adepte du body art et du « happening contestataire ». Réalisées sans retouches, ses photographies le représentent le plus souvent camouflé, que ce soit dans un supermarché, dans un graffiti ou devant une cabine téléphonique londonienne. C’est en usant de ces mêmes techniques que l’artiste a réalisé l’œuvre visible jusqu’au 15 avril dans le cadre de l’exposition. Représentant Bolin et son épouse dissimulés au milieu de milliers de roses et de flacons de parfum, ce projet est avant tout un hommage à l’amour.

- Qu’évoque pour vous le mythe de la Petite Robe Noire et de la Maison Guerlain ?

Liu Bolin : Guerlain, c’est une très longue histoire avec le parfum, les roses et l’amour. La Petite Robe Noire représente la France, la société française et le respect de la femme. Il s’agit donc de l’hommage que la France peut rendre à la femme à travers La Petite Robe Noire. Ces deux aspects m’ont beaucoup touché.

- Comment avez-vous élaboré l’œuvre autour de La Petite Robe Noire ?

L.B : J’ai rencontré Guerlain pour la première fois en mars 2014. Leur histoire m’a plu. À travers cette œuvre, j’ai voulu rendre hommage à mon épouse et à nos dix ans de vie commune. C’est d’ailleurs la première fois que je pose avec elle. La convaincre de participer n’a pas été simple, mais monsieur Boillot, le directeur général de Guerlain, a fini par être persuasif ! Sinon, pour réaliser cette photo, j’ai commencé par faire quelques croquis puis j’ai commandé des milliers de roses. Je voulais une façon simple de rentrer dans le thème de Guerlain et de l’amour. Les roses sont la façon la plus évidente d’illustrer ce thème.

JPEG - 681.5 ko
Liu Bolin, Hiding in the City Paris, Love, 2014
© Liu Bolin / Courtesy Liu Bolin / Galerie Paris-Beijing
Collection Guerlain

- Pouvez-vous nous en dire plus sur les aspects techniques ?

L.B : J’ai d’abord dessiné la structure en fer qui a ensuite été construite par des amis. Puis j’ai photographié les milliers de roses que j’ai utilisées pour le fond. J’ai disposé les flacons de parfum sur le décor. La peinture sur nos vêtements et nos corps a quant à elle pris plusieurs heures à être posée ce qui a été très délicat et long, d’autant plus qu’on devait éviter de bouger. Contrairement à l’habitude, on a utilisé des pinceaux très fins pour pouvoir reproduire tous les détails visibles sur les bouteilles de parfum. La réalisation de cette image m’a pris près de deux mois, dont cinq jours de prise de vue.

- Propos recueillis par Sandrine Dippa

Informations pratiques

- Exposition La Petite Robe Noire
- Jusqu’au 15 avril 2015
- 68, avenue des Champs-Élysées, 75008 Paris
- De 10h à 20h, entrée libre

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages