Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

FastRawViewer : évaluation du Raw sur le terrain

28/05/2014 | LAURENT KATZ

En déplacement, pour effectuer un editing minimal sur les photos fraichement enregistrées sans passer par la case Lightroom, cet utilitaire pour OS X ou Windows, en phase de bêta test, se montre prometteur.

FastRawViewer (FRV) est téléchargeable ici selon votre configuration. Pour OS X, c’est une version 64 bits (compatible 32 bits), tandis que sous Windows, quatre versions cohabitent. En 32 ou 64 bits. En mode OpenGL ou Direct X selon votre carte graphique, dont le logiciel tire parti pour accélérer l’affichage. Presque tous les fichiers Raw sont reconnus. Ceux des récents capteurs X-Trans de Fujifilm le sont, mais pas les Foveon des appareils Sigma.

JPEG - 133 ko
Exposition et balance des blancs sont ajustables, stockées dans le fichier XML, comme la note et l’étiquette de couleur.

L’éditeur, LibRaw, propose aujourd’hui son produit en version préliminaire. L’interface est du genre minimaliste, cachant une multitude de raccourcis-clavier, configurables par l’utilisateur. Elle présente un énorme défaut (pour l’instant puisque la version n’est pas définitive) : l’absence de visualisation en planche index. FRV se contente de montrer, photo après photo, le Raw (il affiche aussi les Jpeg), l’histogramme du Raw et des statistiques sur les zones écrêtées (blancs cramés et noirs bouchés), cela pour chacun des canaux RVB. Des modes spécifiques visualisent les zones surexposées ou sousexposées, tandis qu’un focus peaking sert à se faire une idée de la netteté des contours et des micros détails, individuellement ou simultanément, selon ce qui est établi dans les Préférences. La fenêtre de dialogue de ces dernières montre un niveau de paramétrage très fin, pour jouer sur de nombreux aspects, comme le gamma d’affichage, la couleur du fond, l’usage ou non des vignettes imbriquées... Par ailleurs, les palettes latérales, détachables, peuvent être réordonnées ou inhibées selon les circonstances.

JPEG - 104 ko
Des couleurs matérialisent à la demande les zones de sur/sous-exposition.

Les principales données Exif sont montrées, rien n’étant offert pour une gestion des IPTC. Affectation d’étoiles et de couleurs sont au programme, ainsi qu’une correction de l’exposition et de la balance des blancs. Que les aficionados de Lightroom ne s’inquiètent pas, employer FastRawViewer n’est pas une perte de temps puisque les étoiles, les classements par étiquettes de couleurs, les corrections d’exposition et de balance des blancs ne sont pas perdues. Le logiciel les range dans le fichier annexe XML, de sorte que Lightroom les récupère. Au chapitre des raccourcis, une commande éclaircit l’image, pour jauger plus facilement du bruit dans les zones sombres, tandis qu’un autre alterne entre Raw et Jpeg du même cliché.

JPEG - 132.2 ko
Un focus peaking à deux niveaux, les contours (comme ci-dessus) ou les détails fins, assure une évaluation de la mise au point.

FRV a été conçu pour afficher vite l’image Raw et non la vignette Jpeg imbriquée dans le fichier brut, comme le pratique une majorité de visionneuses. Il offre aussi une fonction pour envoyer des photos, par exemple celles qui sont rejetées ou retenues, vers des dossiers spécifiques. Et il permet d’appeler un éditeur externe parmi ceux qui sont détectés sur l’ordinateur lors de l’installation.
L’outil est simple, encore perfectible d’ici sa sortie. Un parcours rapide du site ne fournit pas d’indication sur la nature commerciale ou gratuite de la version définitive.

- Le site de FastRawViewer

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP