Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

G700, compact risque-tout chez Ricoh

27/08/2010 | LAURENT KATZ

Étanche et antichoc, la principale vocation de cet APN n’est pas d’accompagner le plongeur, mais plutôt de servir le baroudeur ou le responsable de chantier quand il cherche à photographier dans des conditions difficiles.

Ici, pas de mode automatique pour décider quel mode automatique il faut privilégier. Pas de programme-résultat adapté aux photos d’anniversaire ou au bord de mer. C’est l’appareil des travailleurs qui doivent enregistrer des photos pour l’avancement d’un chantier, montrer des équipements urbains en situation ou enregistrer les dégâts dans une zone sinistrée. C’est pour cela qu’il accepte aussi des cartes Sansdisk SD de type Worm (write one read many) ineffaçables ou qu’il enregistre du texte (en N&B, plus propice à un traitement dans un logiciel d’OCR). Et qu’il sait photographier une carte de visite, un document, ou un écran de présentation de biais, pour triturer les pixels, et rendre le tout rectangulaire. Comme la plupart des modèles Ricoh dont c’est une marque de fabrique. Ricoh n’est pas un spécialiste de l’équipement bureautique pour rien.

L’appareil est étanche jusqu’à 5 m (pendant deux heures), supporte les poussières et certains produits acides et résiste à une chute jusqu’a 2 m (1,5 m si le complément grand-angle (22 mm, eq. 24 x 36 est monté).


Parmi ses fonctions, on notera aussi l’intervalomètre (5 s à 3 h, par incréments de 5 s) ou la faculté de le toiletter à l’éthanol et à l’acide hypochloreux qui, nous apprend Wikipedia, agit comme oxydant, déodorant et désinfectant. Les commandes sont surdimensionnées, de sorte qu’il reste utilisable avec des gants. Ce qui confirme que l’appareil convient mieux au chantier boueux qu’aux soirées mondaines. Même si son zoom 5x (28-140 mm, eq. 24 x36), son capteur de 12 Mpxl et son afficheur de 3 pouces/920 kpts le placent dans la catégorie des compacts à tout faire. On remarque juste l’absence d’une vraie stabilisation, confiée à un avatar numérique.

Parmi les fonctions originales, la capacité de verrouiller son emploi par un mot de passe et de limiter les commandes accessibles ; la lecture des codes à barres à une (celui des articles en magasin) ou deux dimensions (le rectangle à pixels comme sur un billet de train commandé sur le WXeb) ; le contrôle de modification de l’image originale via un logiciel Windows ; l’enregistrement de notes dans les données de l’image ; un usage spécifique de PictBridge pour sortir des formulaires sur un multifonction Ricoh. Voila qui explique un prix élevé, pour un modèle dédié à l’entreprise plutôt qu’au grand public : 549 € ttc (sortie courant septembre).

Principales caractéristiques
- Capteur : CCD 1/2,3e de pouce, 12,4Mpxl
- Définition maximale : [4/3] 4 000 x 3 000, [3/2] 3 984 × 2 656
- Vidéo maxi : 720p (HD)/M.Jpeg (AVI)
- Zoom : F3,5-5,5/28-140 mm, éq. 24 x 36
- Mode macro : 1 cm (GA), 15 cm (télé)
- Mise au point : AF multizone ou centré, snap, infini, manuelle
- Stabilisation : oui (numérique)
- Écran : LCD 3 pouces/920 kpts
- Modes d’exposition : programmée, programmes-résultats (5)
- Sensibilités : 64 –3 200 Iso
- Balance des blancs : auto, prédéfinie (5), manuel (1), bracketing
- Vitesses : 8 s - 1/1 500e s
- Rafale : oui (12 Mpxl)
- Flash : 0,2 -10 m (GA), 0,4 – 6,2 m (Télé) pour IsoAuto
- Divers : prise en charge de codes à barres, intervalomètre
- Stockage : mémoire interne (103 Mo), SD/SDHC ou SD Worm
- Protection : étanche 5 m, antichoc (2 m), antipoussière, -10° à +40°
- Sorties : Hi-speed USB, A/V
- Accu : Li-Ion ou 2 piles/accus AAA
- Dimensions/poids : 118,8 x 71 x 41 mm/310 g (avec accu et SD)

- Le site américain de Ricoh décrivant le G700

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Concours CEWE