Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

HDRinstant d’HDRLog : la vidéo, c’est de la dynamique !

03/02/2014 | LAURENT KATZ

Uniquement proposé sous la forme d’une extension de Lightroom, HDRinstant combine une succession de photos extraites d’une vidéo, pour restituer un rendu HDR.

HDRinstant ne tombe pas du ciel. C’est une production émanant de Jacques Joffre, cofondateur d’HDRsoft à qui l’on doit Photomatix, l’un des meilleurs logiciels pour créer des images à dynamique étendue. Son principe est quelque peu différent, car il n’utilise pas de séquences d’expositions multiples (bracketing), mais une vidéo (voire une rafale d’images prises à une cadence élevée, comme le font de nombreux compacts et bridge). Qu’il faut commencer par importer dans Lightroom 4 ou 5, puis en extraire une plage d’images en Tiff 16 bits, idéalement entre 16 et 20 selon le tutoriel en ligne et en anglais.

L’interface est vraiment minimaliste et l’ergonomie en matière de prévisualisation est loin des canons d’un logiciel moderne. S’il existe des réglages afférents à l’empilement des images (alignement, images fantômes…), il n’y en a aucun pour maîtriser le rendu, ce compartiment relevant des outils de Lightroom. Le site présente quelques exemples montrant l’apparition des détails dans les ombres quand les zones de la vidéo sont assez bouchées. Les trois vidéos auxquelles j’ai appliqué le traitement d’HDRinstant (sous Windows 7 Pro) n’ont pu que produire une image… sans amélioration, identiques aux photos de base. Je vous conseille donc d’essayer la version de démonstration avant tout achat.

JPEG - 35.8 ko
La zone de visualisation sert à choisir une photo de référence pour le traitement anti-fantôme, mais ne sert pas à prévisualiser le résultat.

On peut s’interroger sur l’intérêt réel du logiciel, même quand il se traduit par un résultat visible. Le proposer sous la forme d’un plug-in Lightroom est pour le moins curieux et limitatif quant à son usage. Le photographe a tout intérêt à jouer la carte du bracketing, car on ne voit pas comment le plug-in pourrait récupérer des détails cramés dans les hautes lumières. Le vidéaste, lui, n’a pas forcément Lightroom dans son flux de travail (la Creative Suite d’Adobe offre d’autres outils). Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que la photo finale est en Full HD, au format 16/9, ce qui n’occupe qu’à peine 2 Mpxl. Recadrée en 3/2 ou en 4/3, il n’en reste grosso modo que 1,5. Suffisant pour un usage Web ou pour animer la page d’un réseau social ou le fond d’écran d’un téléphone ou d’une tablette, mais pas pour imprimer en A3. Produire HDRinstant sous la forme d’une application iOS ou Android eut été plus pertinent. Reste qu’avec une GoPro récente qui produit du 4K ou des rafales haute vitesse, la donne est plus intéressante. Le plug-in, en anglais comme le site web, est vendu 29 $ pendant la période promotionnelle en cours, dont la durée n’est pas mentionnée. Plus tard, ce sera 59 $.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Olympus
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Joomeo