Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Imprimer ses photographies

10/06/2014 | LAURENT KATZ

Malgré Instagram et Facebook, Flickr et autres Smugmug, la sortie papier d’une photo a toujours belle allure. Mais comment optimiser l’image et la traiter pour la préparer au mieux avant l’ultime sortie ? Réponses en 284 pages.

Disons-le d’emblée, le livre s’adresse surtout aux professionnels, à ceux qui pratiquent « l’impression haut de gamme », précise l’auteur dans son préambule. D’ailleurs quand il s’agit de causer pilote d’impression, ce sont les Canon iPF6400 et Epson Stylus Pro 4900 qui sont pris en exemple… Nombre de lecteurs se sentiraient plus impliqués si une Canon Pixma Pro 9500 MkII, une Epson Stylus Photo 2880 ou Stylus Pro 3880 avaient été citées. L’auteur affirme qu’il a « choisi de proposer un ouvrage suffisamment générique pour que son contenu puisse s’adapter à d’autres logiciels » que Lightroom et Photoshop. C’est vrai, le sujet est couvert sous tous les aspects : adaptation tonale et colorimétrique, accentuation et réduction du bruit, choix du papier, paramétrage de l’imprimante. Mais les manips sont détaillées dans la galaxie Adobe, l’auteur n’ayant pas pris le temps de faire quelques incursions dans un Capture One Pro ou un Aperture.

Chaque section manque cruellement de quelques pages récapitulant les points essentiels, qui ne ressortent pas assez du livre. Ce sera au lecteur de se faire des fiches pour y faire référence le moment opportun. Et si l’auteur s’appuie sur sa pratique, il se défausse ici et là sur le fait qu’il n’a pas l’expérience de tel ou tel logiciel. Ainsi ne trouvera-t-on rien sur DxO Labs, qui est loin d’être manchot quand il s’agit de débruiter le Raw ou appliquer des conversions monochromes.

La gestion des couleurs fait l’objet d’une section fort copieuse, dont les premières pages trop théoriques dégagent un mortel ennui qui risque d’en décourager plus d’un, alors qu’il faudrait convaincre que c’est indispensable et pas si compliqué. L’auteur sait pourtant être agréable à lire, le chapitre initial sur les étapes historiques de l’impression à jet d’encre en témoigne, on y apprend comment Nash, du groupe Crosby, Stills and Nash, est devenu un spécialiste de l’impression couleur.

De précieux renseignements sont pourtant dispensés au fil des chapitres, avec des pistes pour choisir le mode de rendu, l’espace de couleur ou gérer au mieux la résolution. Ce qui est dommage est que les informations cruciales qui font le sel et la richesse du livre ne ressortent pas assez du reste. Un exemple. La notion d’IRC (indice de rendu des couleurs), qui dans la pratique doit être supérieur à 90 pour un éclairage servant à juger les couleurs d’un tirage, peut facilement échapper au lecteur. Autre pépite, le schéma de gestion du flux de production mériterait aussi de figurer dans une annexe récapitulative, comme nombre d’avis judicieux éparpillés dans les encadrés. En clair, l’ouvrage, empreint de la forte érudition et de l’expérience technique, paraît touffu dans son propos. Une autre réflexion sur les niveaux de lecture aurait pu aboutir à une autre organisation, plus efficace pour le lecteur en mal de connaissances.

- Sommaire

  • Qu’est-ce que l’impression numérique ?
  • La gestion des couleurs
  • Préparer des images pour l’impression
  • Imprimer
  • Optimiser la qualité d’impression
  • Créer un flux de production pour l’impression

-  Imprimer ses photographies, de Jeff Schewe, traduction-adaptation de Volker Gilbert

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP