Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Jodi Bieder lauréate du World Press Photo 2010

11/02/2011 | Benjamin Favier

La photographe sud-africain remporte le prestigieux prix pour ce portrait de Bibi Aisha, une jeune Afghane mutilée, exilée aux États-Unis. Cette image a fait la Une du magazine Time en août 2010.

Depuis sa création en 1955, le premier prix du World Press récompense souvent le travail d’un photographe ayant couvert une zone de conflit. Rwanda, Irak, En parcourant les archives, on voit des clichés forts, poignants, parfois d’une violence insoutenable. Ces dernières années, le jury donnait la part belle à des images qui suggéraient les situations catastrophiques plus qu’elles ne les montraient. À l’instar des jeunes Libanais au volant d’une belle voiture, en pleurs dans un décor en ruines ou des cris de détresse de ces femmes iraniennes en pleine nuit sur un toit de Téhéran.

Photo : Jodi Bieber, South Africa, Institute for Artist Management/Goodman Gallery for Time magazine.

Icône

Ce portrait de la photographe sud-africaine Jodi Bieder fait partie des photos les plus fortes jamais primées. David Burnett, président du jury, justifie ce choix en ces termes : « Cette image fait partie de celles - et on en compte peut-être seulement une dizaine en tout - auxquelles on peut faire référence en disant « tu sais, la photo de cette fille… », en sachant exactement de quoi il s’agit. »
Les autres membres soulignent la force de cette image et insistent sur le message qu’elle véhicule, en ce qui concerne la maltraitance des femmes à travers le monde. Ruth Eichhorn souligne la « dignité » du sujet, ce qui donne une dimension « iconique » à l’image. Et en Afghanistan en particulier. Bibi Aisha, âgée de 18 ans, originaire de la province d’Oruzgan, au nord du pays, avait quitté son domicile, se plaignant des violences infligées par son mari. Elle se réfugia dans sa famille. Une nuit, des Talibans ont demandé à ce qu’elle soit jugée. Suite au verdict, le beau-frère de Bibi la maintenait immobile pendant que son mari lui coupait les oreilles et le nez. Elle fut ensuite abandonnée et secourue par un régiment de l’armée américaine. Elle passa un certain temps dans un refuge pour femmes à Kaboul, avant de s’envoler pour les États-Unis où elle subit plusieurs interventions chirurgicales. Elle y vit désormais. Cette image fut publiée en couverture du magazine Time en août dernier, dans lequel on pouvait lire ce reportage.

Triplé

Jodi Bieder a déjà remporté huit World Press dans divers catégories. Parmi les autres lauréats de cette édition 2010, on note une nouvelle fois la présence d’Olivier Laban-Mattei, de l’Agence France Presse. C’est la troisième fois de suite que le photographie français figure au palmarès. Il empoche le premier prix dans la catégorie « General News Stories » pour une série d’images prises en Haïti, à la suite du tremblement de Terre survenu en janvier 2010.

Photo : Olivier Laban-Mattei, France, Agence France-Presse.

Même événement, autre prix : la série de photos de Daniel Morel intitulée Minutes after the earthquake, remporte le premier prix dans la catégorie Spot News Stories. Le photographe haïtien vient de sortir vainqueur d’un procès qui l’opposait à l’AFP. L’agence avait distribué ses images, piratées par un certain Lisandro Suero sur TwiPic, la plate-forme dédiée aux images sur Twitter. Lorsque Daniel Morel a réclamé un dédommagement, l’AFP lui a rétorqué que les clichés étaient libres de droits. Un tribunal new-yorkais en a récemment décidé autrement.
Enfin, saluons la présence d’un autre Français, Corentin Fohlen, primé derrière Morel pour son reportage sur les révoltes survenues à Bangkok, en Thaïlande, en mai 2010.

- Le site du World Press Photo

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP