Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

La vallée de Vinales

16/07/2007 | Michel Lion

© Wilfrid Hoffacker / Journal Photographique la vallée de Vinales quand l’aurore se dispute à l’aube.

Il est quatre heures du matin quand nous décollons de l’hôtel. Si une partie de notre itinéraire emprunte une large route en parfait état, les soixante derniers kilomètres sont plus chaotiques : la voie est défoncée et dans la pénombre la visibilité est réduite. Au détour d’un virage, nous sommes tirés de notre léthargie par un freinage appuyé. La seconde suivante, la voiture traverse une profonde saignée dans le goudron, dans un fracas qui nous fait craindre le pire. Nous sortons et inspectons le véhicule pour constater que rien de dommageable n’est arrivé. Notre journée a bien failli s’arrêter, alors que le soleil n’était même pas encore levé. Heureusement, nous repartons.

"Nous travaillerons donc avec des focales intermédiaires."

Lorsque nous arrivons sur le site, le jour pointe timidement. Entre chiens et loups, nous distinguons le panorama qui s’offre à nous : palmiers, montagnes aux formes étonnantes surmontées de plateaux, champs ocres, fermes et chemins de campagne dessinent un paysage rural caractéristique de cette vallée. Nous levons la tête. Par chance, le ciel est étoilé, … le soleil se lèvera dans un ciel pur. L’aurore envoie enfin ses premières lueurs. Un avant plan peu flatteur nous interdit le grand angle. Nous travaillerons donc avec des focales intermédiaires. Pour bénéficier de toute la netteté sur ce paysage qui s’étend à des kilomètres, nous décidons de fermer à f/11 (une valeur correcte pour une bonne profondeur de champ et à laquelle les objectifs sont généralement au meilleur de leurs performances). Nous affichons 100 Iso.

"Le GX10 possède un retardateur à 2 positions"

Dans cette lumière encore diffuse et avec nos diaphragmes relativement fermés, la vitesse chute franchement et nous sommes au delà des capacités du stabilisateur. Seuls nos trépieds permettent de travailler sereinement. Pour éviter toute vibrations de l’appareil pendant une pose longue, beaucoup de photographes utilisent le retardateur pour déclencher. En appliquant ce principe, nous découvrons une fonction intégrée très intéressante. Le GX10 possède un retardateur à 2 positions : 2 s et 10 s. La première option soulève le miroir dès la pression sur le déclencheur. Deux secondes plus tard, la photo est prise sans la moindre vibration puisque le miroir est déjà levé… bien vu ! Les déclenchements se suivent et nous testons différentes compositions. Cadrages larges pour embrasser le paysage, utilisation du télé pour isoler un détail ou encore tasser les perspectives…

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP