Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Le Gorillapod, précieux compagnon

19/06/2009 | Benjamin Favier


7-14 mm F4 à 7 mm, 1/100e, F13, 100 Iso.

Ce n’est pas vraiment une surprise, la gestion du bruit n’est pas le point fort de l’E-620 (voir chapitre Gare au bruit !). Aussi, il convient de photographier le plus possible en basses sensibilités. Quand la lumière se fait rare, on peut solliciter le flash, d’autant que le reflex d’Olympus permet de piloter des modèles sans fil (de type R) depuis le flash intégré (lire Cahier technique page 50 dans le magazine). Mais si l’on souhaite travailler avec la lumière naturelle, alors le trépied s’impose. Il serait dommage de sacrifier la place conquise grâce au ratio poids/encombrement séduisant de l’E-620, en emportant un accessoire lourd et peu pratique à transporter. Aucun intérêt. Je me suis donc tourné vers le Gorillapod SLR-Zoom, qui peut supporter, d’après Joby, le fabricant, jusqu’à 3 kg (voir sur le site de Kerpix, le distributeur en France). Largement suffisant pour accueillir l’E-620 (475 g nu) avec un téléobjectif. Ce trépied léger offre une flexibilité intéressante et se marie très bien avec l’E-620. Le tout ne prend pas beaucoup de place dans le fourre-tout, et je n’hésitais pas à le sortir quand l’occasion se présentait. Autre avantage de ce couple de petit gabarit, la possibilité de jouir pleinement de l’écran orientable de l’E-620. Sur cette image, le boîtier est posé sur le Gorillapod au ras du sol. Grâce à l’écran, la composition devient facile. On peut ainsi faire des images sous des angles inhabituels, sans mettre le nez dans le sable (comme ici) ou dans la terre… À noter qu’il existe d’autres accessoires de fixation de petit format chez des marques commes Novoflex ou Trek-Tech, pour ne citer qu’elles…

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP