Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

SIGMA Nikon

Le NIKON D6 dévoilé !

12/02/2020 | Jean-Marie Sépulchre

Annoncé en septembre dernier le Nikon D6 sera disponible au printemps au prix de 7 299 €...le même tarif que son grand rival Canon EOS 1D-X-Mark III. Il s’agit d’offrir les derniers perfectionnements de la gamme reflex aux pros du sport, sans pour autant révolutionner le genre. On en restera à 20 Mpxl, l’antique « norme agence » A3 à 300 dpi...Mais Nikon a peaufiné tous les détails du flag ship.

Présentation

Beaucoup rêvaient d’un reflex révolutionnaire, proposant une très haute définition et une cadence infernale, doté de la double visée optique et électronique, etc. Rien de tout cela en prenant en main un boîtier qui ressemble comme un frère au D5, avec un capteur et une ergonomie quasi-identiques. C’est sous le capot que des perfectionnements significatifs voient le jour en matière de capacité autofocus et de connectivité.

Le D6 s’adresse à une frange de la clientèle pro ou amateur passionné qui dispose vraisemblablement d’une (haute) gamme conséquente d’objectifs de course destinés au grand reportage, à la chasse photo en milieu hostile ou encore aux sports offrant des conditions de prises de vues délicates. On n’en est sans doute plus chez les deux seuls producteurs de ce type de « monobloc » de choc à imaginer que le nouveau modèle va provoquer des migrations d’une marque à l’autre...alors que les deux constructeurs ont communiqué sur l’avenir que dessinent les modèles mirrorless (sans miroir) et leurs nouvelles optiques dédiées. En revanche il s’agit de conserver les fidèles du reflex de course qui seraient tentés par les sans miroir...de course...produits par Sony. Et la présentation du D6 se double de celle du zoom 120-300 mm f/2,8 à lentille réfractive à faible longueur d’onde (SR). Si la gamme actuelle qui va du 200 mm f/2 au 800 mm f/5,6 en passant par les zooms FL 70-200 et 180-400 mm ne suffisait pas. L’outsider qui défie les deux poids lourds du puissant reflex pro ne dispose pas encore d’une gamme de téléobjectifs si étendue.

JPEG - 40.9 ko
- Ci-dessus : Le nouveau 120-300 mm f/2,8 semble taillé sur mesure pour les adeptes du 70-200 mm sur un D500...mais le tarif est hélas sans commune mesure.

Si la prise en main et la visée confirment le sentiment que l’appareil est convivial quoique construit comme un coffre fort pour conserver les images, on s’aperçoit en parcourant les menus et les fonctionnalités annoncées dans la fiche technique que si la mécanique a évolué pour gagner en vitesse de pointe (14 images seconde contre 12 pour le D5). Le nouveau module autofocus multicam 37K gagne en densité de couverture d’image (mais pas en largeur) alors qu’il ne comporte plus que 105 collimateurs contre 153. Mais tous sont désormais en triple croix et sélectionnables. Nikon utilise deux processeurs sur le D6, le premier gère la chaîne d’image, le second est exclusivement dédié à la gestion de l’autofocus. Selon nous, c’est cette conception qui explique que sur certains suivis délicats les modules AF des reflex haut de gamme de la marque restent plus performants que les capteurs des Z, qui intègrent des photosites de détection de phase plus nombreux, et surtout gérés par un unique processeur qui doit alors piloter toutes les fonctions simultanément en plus d’un affichage électronique fluide. L’appareil semble donc très ciblé « pure photography » pour des sujets difficiles. Même s’il conserve les fonctions vidéo du D5, il restera en retrait sur ce plan des performances d’un Z6 proposé dans un séduisant « kit cinéma » ou même d’un D780 car en visée écran il ne dispose pas de détection de phase pour son autofocus. Contrairement à son rival Canon.

JPEG - 54.7 ko
- Ci-dessus : Comme ses prédécesseurs le D6 est construit à partir d’une coque renforcée en magnésium.
JPEG - 72.5 ko
- Ci-dessus : Tous les points sensibles disposent d’une protection par des joints.
JPEG - 167.3 ko
- Ci-dessus : Comparaison entre la couverture AF du D5 et du D6 (© Nikon)
JPEG - 65.9 ko
- Ci-dessus : Exemples de configuration des groupes de collimateurs AF, 17 dispositions sont pré-programmées. (© Nikon)

L’appareil sera commercialisé au printemps 2020 au prix estimé de 7 299 € TTC.

- Le site de Nikon

Premier avis

Nous avons pu effectuer une prise en main très rapide au cours de la conférence de presse, avec des gymnastes dans un lieu mythique : la première salle de sport à avoir introduit le basket en France. L’éclairage n’étant cependant pas la qualité première de ce local situé en sous-sol, malgré l’apport de quelques projecteurs, il a fallu monter la sensibilité de base au moins à 6 400 ISO si l’on veut opérer au 1/500 s à grande ouverture (f/2,8) pour figer un peu les mouvements. En fait disposant du boîtier pour quelques minutes et quelques déclenchement seulement, j’ai préféré bloquer un couple vitesse / ouverture au 1/1000set à f/2,8 (par sécurité) et laisser le boîtier gérer les Iso de manière automatique.

Globalement pas besoin de mode d’emploi si on a connu la saga des Nikon D à 1 chiffre. Les commandes sont proches de celles du D4 et du D5 et il faut aller dans les menus pour découvrir les nouvelles configurations de l’autofocus pour lesquelles il me semble qu’un petit temps d’apprentissage sera nécessaire pour bien les appréhender. Pas de configuration par défaut par styles de photo (football, course auto, athlétisme...etc) comme le proposent par exemple Canon ou Olympus, il faudra construire sa stratégie de groupes de capteurs et de réglages avancés.

La cadence rafale s’élève à 14 im/s et le suivi AF de reconnaissance des visages ont été choisis avec très peu d’erreurs. Il arrive en effet que parfois les mouvements masquent le visage mais l’appareil le récupère ensuite. Pas encore de logiciel pour ouvrir les RAW, mais les JPEG sont « sans histoire » et plutôt prometteurs. En usage presse il n’y aurait aucune difficulté pour faire une couverture de magazine sans trace de bruit chromatique à 25 600 ISO, et la balance de blancs a toujours respecté les tons chair. Avec un lissage un peu fort du bruit de luminance à mon goût, mais il est comme toujours possible de se créer un profil personnalisé.

Nikon a indiqué avoir particulièrement soigné les réglages pour l’obtention de JPEG directs prêts à l’envoi par Wifi, pour lequel le boîtier est configuré sans accessoire. Toutefois le transmetteur Wifi optionnel WT-6 en accroît les performances et peut communiquer en FTP avec des serveurs. Pas besoin de post-traitement pour envoyer son reportage au média qui a passé la commande. C’est le but visé. On peut même enregistrer ses JPEG en deux tailles simultanément, de manière à envoyer les petites pour une publication en petit format et optimiser les grandes pour un usage à postériori.

Dans l’attente d’un test plus complet, le D6 nous semble apporter des améliorations au D5 sans pour autant « renverser la table ». Ce n’est assurément pas un reflex universel pour tous les usages, et surtout pas pour tous les budgets, mais peut-être le dernier de cette génération si l’on croit les annonces déjà faites par Nikon sur la possible sortie d’un Z ciblé grand sport. En attendant il nous semble prêt à assurer de nombreuses années de bons et loyaux services.

JPEG - 170.4 ko
- Ci-dessus : Une seconde et demie séparent la première et la dernière vue. 50 mm - 1/1000 s f/2,8 – 12800 ISO (Photo JMS)
JPEG - 183.9 ko
- Ci-dessus : Un peu moins de deux secondes entre la première et la dernière vue. 70 mm -1/1000 s f/2,8 – 25 600 ISO vue 1, 16 000 ISO vue 2, 10 000 ISO vue 3...les ISO automatiques ont évolué de 1,3 IL quand la danseuse s’est approchée des projecteurs éclairant la scène. (Photo JMS)

Fiche technique

Note à nos lecteurs : Fiche technique mise à jour le 12/02 à 14h14

  • Capteur : CMOS 24 x 36 mm, 20,8 Mpxl, format 3/2
  • Définition maxi. : 5 568 x 3 712 pixels
  • Définition vidéo. : 4K UHD 3 840 × 2 160 pixels, 24 p , 25 p, 30 p. Full HD de 24 à 60p
  • Monture : FX (avec optiques DX compatibles)
  • Stabilisateur : selon objectif
  • Tropicalisation : oui
  • Sensibilité : 100-102 400 Iso ; extension de 50 à 3,28 millions d’Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, NEF (RAW) 12 ou 14 bits, MOV, MP4
  • Mise au point : Autofocus détection de phase en visée optique, ponctuel AF-S, continu AF-C 3D et reconnaissance des visages et des yeux, mise au point manuelle assistée ; autofocus par détection du contraste sur écran arrière avec détection du visage ou suivi du sujet
  • Zone de Mise au point : 105 collimateurs en triple croix sélectionnables, 17 pré-seléctions de zones d’action des collimateurs
  • Illuminateur AF : Non sauf flash dédié
  • Sensibilité AF : -5 + 20 IL
  • Mesure de l’exposition : 180 kpts RVB matricielle, pondérée centrale, pondérée hautes lumières, spot sur le collimateur AF sélectionné
  • Compensation d’exposition IL : +/-5 IL par 1/3
  • Vitesses : 1/8000ème à 30 s

  • Vitesse de synchro X : 1/250 s et FP haute vitesse
  • Modes d’exposition : Auto, priorité vitesse, priorité diaphragme, programmée avec décalage, manuel
  • Correction d’exposition : -5+5 IL mode photo, -3+3IL mode vidéo
  • Modes Rafale : 14 im/s avec AE et AF actifs, 10,5 im/s en silence visée écran, 30 i/s en photos format 4K
  • Styles d’image : 8 Picture controls classiques (auto, standard, neutre, saturé, monochrome, portrait, paysages, plat) + 20 Picture controls créatifs
  • Balance des blancs : auto, préréglée (7), manuel (3), K
  • Flash : -
  • Prise flash : Griffe, prise synchro
  • Visée : Reflex optique par pentaprisme (100 %), grossissement 0,72× (dégagement oculaire 17 mm)
  • Moniteur : ACL TFT 3,2 pouces/2,36 Mpts tactile
  • Moniteur secondaire : 2 (rétroéclairés)
  • Stockage : 2x XQD ou CF Express
  • Connectique : USB type C, HDMI type C, Mini jack entrée et sortie son stéréo, Prise 10 broches télécommande, Ethernet RJ45
  • Télécommande : radio WR-1 en option
  • Logiciels : Nikon View NX-D, Nikon Capture NX-D
  • Interfaces : USB-C/USB 3.1 Gen 1, micro 3,5 mm
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui / Oui / Oui
  • Personnalisation : molettes, touches, configurations utilisateur, menu personnel
  • Alimentation : Accu Li-Ion EN-EL18c. Autonomie annoncée 3 580 vues (norme CIPA), 8 670 vues en rafale.
  • Accessoires fournis : Accus et chargeur, courroie, attache pour câbles
  • Dimensions/poids : 160 x 163 x 92 mm/ 1 450 g avec batterie et deux cartes CF Express
  • Prix : 7 299 € TTC

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP