Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Le piqué

19/11/2010 | Jean-Marie Sépulchre

Ce zoom permet un usage expert du Nex et nous lui avons donc appliqué le protocole des appareils hauts de gamme, avec des mesures à partir de fichiers RAW. La conversion par défaut avec le logiciel fourni est décevante, le piqué est plus faible qu’en JPEG, lequel est assez doux. Au final les bons résultats sur ce critère s’obtiennent avec Ligthroom 3 par défaut, réglage de sortie « netteté pour tirage papier brillant ». Au final le piqué est toujours élevé au centre de l’image, et même excellent sur la plus grande partie du champ de 18 à 50 mm. A 18 mm les angles sont affaiblis par de l’aberration chromatique, mais à 35 et 50 mm on est au meilleur niveau partout en fermant d’un cran. A 100 mm et surtout 200 mm le rendement diminue, mais reste globalement très bon, au niveau des meilleurs 18-200 mm déjà testés. Le paysagiste regrettera cependant de ne pas pouvoir exploiter les angles à la plus longue focale, mais le reporter et le vidéaste ont plus tendance à centrer leur sujet et apprécieront que les meilleures mesures à 200 mm le soient à F6,3…même si cette pleine ouverture est bien modeste.


Ci-dessus : Carte de piqué : les cases bleues indiquent les très bons et excellents résultats.

- A 18 mm :

- A 35 mm :

- A 50 mm :

- A 100 mm :

- A 200 mm :

Les graphiques détaillés montrent bien l’écart entre le centre et la zone des tiers – partie privilégiée en vidéo ou reportage – et les angles, notamment aux plus grandes ouvertures.

Retard logiciel !
Ce n’est pas parce que je l’ai déjà écrit plusieurs fois que j’ai l’impression de radoter, mais Sony qui présente un dynamisme exceptionnel pour trouver de nouveaux concepts et de nouveaux produits est en retard sur le logiciel de conversion des RAW de ses appareils experts et pros, et même sur l’intégration dans le boîtier que quelques corrections logicielles, qu’offrent par exemple dans le même créneau de compacts Panasonic ou Samsung. C’est dans le domaine de la correction des aberrations chromatiques, présentes ici à 18 et 200 mm, qu’il serait important qu’une correction au moins manuelle figure dans le logiciel de conversion. Cette fonction existe en automatique dans les logiciels gratuits de Canon et Nikon…On notera aussi qu’un développement de RAW sous Lightroom 3 permet des performances exceptionnelles jusqu’à 6 400 ISO…et assez moyennes sous IDC.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Olympus
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Joomeo