Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Le test des briques

27/09/2008 | Jean-Marie Sépulchre

Les prises de vues ont été faites par temps ensoleillé ce qui accentue les contrastes et les ombres, d’autant que le réglage « landscape » donne un rendu très « diapo » qui plaira aux paysagistes argentistes. Ne perdons pas de vue que si vous regardez ces crops en 100% sur un écran 72 dpi c’est l’extrait d’une image qui fait 2,10 m de large sur 1,40 m de haut que vous scrutez !

Toutes les images ont été découpées au centre et dans l’angle supérieur droit du champ. Les photos sont présentées à f/2,8 et à f/8.


De gauche à droite, cadrage 24 mm et cadrage 70 mm

Une des difficultés du test des briques avec une telle résolution du capteur est de discerner quels détails ne se verront qu’à l’écran, et quels détails figureront sur le papier. Des essais de tirage nous montrent que les détails les plus fins apparaissent mal sur des agrandissements même de format important, faute de précision de la machine et même en utilisant une loupe. Nos jugements portent donc sur une utilisation au format nominal A2, sachant que le classique tirage d’exposition A3+ (30 x 45 cm) implique une plus petite taille de fichier, ce qui fera automatiquement disparaitre non seulement les plus fins détails, mais aussi les petites lignes d’aberration chromatique ou d’accentuation si elles sont visibles à l’écran.

- 24 mm :


24 mm, en haut pleine ouverture, en bas f/8

La netteté apparait très élevée sur tout le champ, même à pleine ouverture (contour des feuilles et balustrades dans les angles) ; on note la présence de petites franges d’aberration chromatique mais de taille si réduite qu’elles n’apparaîtront pas sur des tirages au format natif.

- 35 mm :


35 mm, en haut pleine ouverture, en bas f/8

A 35 mm le piqué est quasiment équivalent à pleine ouverture et à f/8, que ce soit au centre oi dans les angles de l’image, et ce à un niveau très élevé. Les mesures sur briques recoupent exactement les mesures sur mire.

- 50 mm :


50 mm, en haut pleine ouverture, en bas f/8

A 50 mm on évitera la pleine ouverture pour des paysages très détaillés jusque dans les angles de l’image, mais le piqué au centre est déjà d’un très haut niveau. En pratique, il vaut mieux fermer à f/5,6 pour unifier le piqué, qui devient très également dans les angles à f/8. A noter qu’un peu d’accentuation locale (ainsi que procède DxO quand le module de correction existe) serait sans inconvénient à f/2,8 car l’aberration chromatique n’apparaît pas sur nos essais à cette focale.

- 70 mm :


70 mm, en haut pleine ouverture, en bas f/8

A tous les diaphragmes la zone centrale de l’image est de haut niveau en reportage, très bon à f/2.8 le piqué devient excellent à f/4 avec le même niveau que celui qui est montré ci-dessus à f/8. Par contre ce piqué est vraiment en retrait dans les angles extrêmes et l’écart se fait sentir à toutes les ouvertures, même si ce qui apparaît clairement sur briques et sur mire est peu sensible sur un tirage A2 : la machine de tirage n’est pas capable de reproduire les détails les plus fins qui figurent sur le fichier, et une accentuation destinée à souligner les détails moyens (par exemple les traits des briques et des rampes de balcon) permettra un tirage très satisfaisant.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP