Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Lytro offre des mises à jour majeures

10/07/2015 | Franck Mée

Lytro propose actuellement le seul appareil plénoptique grand public, l’Illum. La marque vient de lancer deux mises à jour majeures, l’une pour l’appareil améliorant notamment l’aperçu des images, l’autre pour le logiciel avec de belles évolutions du flux du traitement.

Vous le savez, nous suivons attentivement le développement de Lytro, société californienne spécialisée dans la photographie plénoptique, qui construit l’Illum testé dans MDLP n°73 et son logiciel associé Lytro Desktop, présenté dans notre dossier sur la profondeur de champ dans MDLP n°76.

Ce jeudi, Lytro a présenté deux nouvelles versions de ses logiciels : le firmware de l’Illum passe à la version 2.0, tandis que Lytro Desktop 4.3 apparaît.

Plus réactif, plus ergonomique

Avec la version 2.0, l’Illum deviendrait plus réactif, en particulier sur le plan de l’autofocus – qui réalise la pré-mise au point permettant de sélectionner la zone de « refocus » possible. Quelques détails d’interface ont également été retouchés, comme un affichage plus clair des contrôles (notamment pour l’assistance de mise au point) et la personnalisation du menu rapide.

C’est surtout en mode lecture que l’Illum évolue. Dans les versions précédentes, l’affichage des images ne permettait qu’une fonction : la correction de la mise au point, d’un tapotement du doigt sur l’écran.

Avec le micrologiciel 2.0, les possibilités de l’appareil se rapprochent beaucoup de celles offertes sur ordinateur. Tout d’abord, maintenir le doigt appuyé et le déplacer permet d’utiliser le changement de perspective (effet semblable à celui obtenu avec une optique à décentrement sur un appareil classique). Ensuite, une rotation à deux doigts permet d’ouvrir ou de fermer le diaphragme virtuel et donc de jouer sur la profondeur de champ (image ci-contre).

Il manque encore la gestion de la bascule et l’extension de la mise au point, deux fonctions-clefs pour peaufiner le rendu de ses images sur l’ordinateur, mais cette évolution marquante permet de donner immédiatement un meilleur aperçu des possibilités de l’appareil – croyez-en quelqu’un qui a passé deux semaines à expliquer à ses interlocuteurs que « en cliquant là, tu peux refaire le point, mais sur l’ordinateur il y a plein d’autres choses qu’on peut modifier » !

Flux de travail amélioré

Du côté de Lytro Desktop, la version 4.3 apporte également son lot de nouveautés, dont certaines qui répondent directement à nos critiques sur la version précédente du logiciel.

Le premier point qui rendait Desktop très agaçant était le temps d’importation des images : une fois la carte mémoire ou l’appareil connecté, il les rapatriait dans sa bibliothèque en les traitant au fur et à mesure. L’opération pouvait prendre plusieurs dizaines de minutes, même sur des configurations relativement généreuses. Desktop 4.3 offre une importation rapide où les images sont juste copiées et affichées dans la bibliothèque sous la forme d’un simple aperçu ; c’est ensuite, au moment d’éditer l’image, que vous demanderez son traitement.

Le deuxième point revu est l’intégration du flux de travail. La carte de profondeur (qui permet de corriger les éventuelles erreurs d’interprétation du relief) peut désormais être éditée directement dans le logiciel, sans imposer une exportation vers un éditeur externe.

Pour ceux qui souhaitent reprendre leurs images dans Photoshop, l’option a également été ajoutée : l’image est alors exportée comme une pile de calques directement vers le logiciel d’Adobe, avant d’être automatiquement récupérée à la fin du traitement – elle est dans ce cas enregistrée comme une copie, les options de retouche dans Desktop étant plus réduites avec une pile d’images « photoshopées » qu’avec les données du champ lumineux initial.

D’autres options ont également été revues, comme la possibilité de générer des couples stéréoscopiques pour des lunettes de réalité virtuelle (Oculus Rift, Samsung GearVR, etc.) ou des exports pour impression lenticulaire, qui permettent ensuite d’obtenir des tirages ou des livres photo visibles en relief.

Dans l’ensemble, ces deux évolutions semblent répondre efficacement aux principales critiques de l’appareil comme du logiciel et apportent des options supplémentaires pour les utiliser. Cela rassurera également ceux qui craignaient, après les dernières annonces de Lytro concernant ses études sur la vidéo, que le développement des appareils existants s’arrête : manifestement, le travail sur l’Illum continue bel et bien.

- Le blog de Lytro (en anglais)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP