[ Accueil ]

[ Club ]

[ ]

[
0
]

Voir le sommaire complet illustré


PARTIE #1 : LE PANORAMA DES OBJECTIFS EN 2021


Toute l’offre et les gammes des fabricants en un clin d’œil : ■ Olympus ■ Lumix ■ Canon ■ Fujifilm ■ Leica ■ Nikon ■ Pentax ■ Sony ■ Laowa ■ Samyang ■ Sigma ■ Tamron ■ Tokina ■ Zeiss ■ Canon ■ Irix ■ Samyang ■

- LE MARCHÉ DE L’ OCCASION : BIEN VENDRE, BIEN ACHETER Que ce soit pour tempérer votre budget, le geste écologique, le plaisir d’acquérir du matériel de rêve à prix accessible ou par habitude, les bonnes raisons ne manquent pas de s’équiper d’occasion. Mais où acheter, où vendre ? À quel prix ? Comment faire une bonne affaire et éviter les mauvaises surprises ?
- LE RETOUR DE L’ARGENTIQUE : POURQUOI SUCCOMBER ?
Vos images vous semblent trop cliniques ? Vous êtes las des pixels à toutes les sauces ? Vous voulez redécouvrir les frissons du doute, les effluves de la chimie, les joies d’appareils plus simples, l’excitation d’une image palpable ? Voici nos conseils pour réussir votre (re)découverte de l’argentique.
- APS-C & MICRO 4/3 : LES RAISONS D’Y CROIRE ?
Depuis la sortie des Sony Alpha 7 et encore plus des Canon RF, Nikon Z, Lumix S, il n’y en a plus que pour le 24 x 36 mm, qui serait la réponse miracle à tous vos besoins photographique. Mais l’APS-C et le Micro 4/3 n’ont pas dit leur dernier mot et, selon votre pratique, vous conviendront probablement mieux !
- LE 24X36 : EST-IL FAIT POUR VOUS ?
« Vous voulez acheter un nouvel appareil photo ? Prenez un 24 x 36 mm, c’est l’avenir ! » Mais ce conseil est bien trompeur : le 24 x 36 mm ne se justifie vraiment que pour certaines pratiques. Pour d’autres, il peut être plus avantageux de faire l’impasse, avec quelques économies substantielles.
- COMPACTS & BRIDGES : LE GUIDE D’ACHAT 2021
Combien de compacts sont-ils sortis depuis début 2021 ? Un seul : le Ricoh GR IIIx. Ce qui porte à trois le nombre de nouveaux compacts apparus sur le marché depuis notre précédent guide d’achat. La sélection de cette année s’effectuera donc parmi les modèles plus anciens qui, malgré leur relative ancienneté, demeurent pertinents.
- AUTOFOCUS : RECONNAISSANCE DES VISAGES ET DES YEUX, MODE D’EMPLOI
Si la détection des visages a intégré nos appareils photo depuis une quinzaine d’années, aujourd’hui de plus en plus de boîtiers proposent en plus la détection des yeux pour les humains et parfois des animaux. Comment fonctionne-t-elle, et quand l’utiliser ?

BOÎTIERS APS-C ET MICRO 4/3


Les meilleurs boîtiers au format APS-C & MICRO 4/3 du marché en test
■ Canon EOS M50 Mark II ■ Fujifilm X-S10 ■ Fujifilm X-T4 ■ Lumix GH5 Mark II ■ Lumix G9 ■ Nikon Zfc ■ Olympus OM-D E-M10 Mark IV ■ Olympus OM-D E-M1 Mark III ■ Pentax K-3 Mark III ■ Sony A6600 ■

- Canon EOS M50 Mark II Cette version Mark II apporte peu de changements par rapport au M50. Mais si la diffusion de contenus vidéo en ligne fait partie de vos critères de choix, alors ce modèle mérite votre attention, car les évolutions ont principalement été effectuées dans ce sens…
- Fujifilm X-S10 Véritable petit frère du X-T4, le X-S10 voit son ergonomie simplifiée par rapport au X-T30 tout en héritant de la stabilisation et d’un LCD orientable dans tous les sens. Pari gagnant ?
- Fujifilm X-T4 Du point de vue de l’ergonomie et des composants internes, le X-T4 ressemble beaucoup au X-T3. Mais l’ajout de la stabilisation IBIS, d’un nouvel obturateur, les fonctionnalités vidéo poussées, la nouvelle articulation du LCD et une batterie plus performante, font passer un cap à la série. Nous nous sommes concentrés sur les nouveaux aspects, en priorité la stabilisation et la vidéo.
- Lumix GH5 Mark II Cette version Mark II apporte peu de changements par rapport au M50. Mais si la diffusion de contenus vidéo en ligne fait partie de vos critères de choix, alors ce modèle mérite votre attention, car les évolutions ont principalement été effectuées dans ce sens…
- Lumix G9 Avec ce modèle, Panasonic vise les photographes experts et pros. Le G9 vient ainsi épauler le GH5 au sommet de la gamme Lumix, ce dernier ayant avant tout les faveurs des vidéastes. Même capteur, même viseur (enfin presque), même stabilisateur, ergonomie très proche… Mais une approche plus orientée photo pure.
- Nikon Zfc Cet hybride APS-C en monture Z vient épauler le Z50, dont il reprend l’essentiel des caractéristiques. Avec un look rétro, clin d’œil au glorieux FM2, un écran orientable dans toutes les directions et une connexion USB qui permet de recharger l’accu à tout instant. Entre nostalgie et technologie dernier cri, Nikon applique une recette éprouvée par Fujifilm et Olympus en validant ses acquis, notamment du côté de la qualité d’image et des performances de l’autofocus…
- Olympus OM-D E-M10 Mark IV Après avoir renouvelé sa fidélité au Micro 4/3 et ses modèles experts, Olympus fait passer l’OM-D E-M10 en version Mark IV. Celui-ci emprunte beaucoup de leurs technologies à ses aînés pour un rafraîchissement tout en sobriété.
- Olympus OM-D E-M1 Mark III Après un imposant E-M1X, Olympus revient aux sources de la gamme OM-D avec un modèle aux dimensions plus raisonnables. Tout en offrant des performances équivalentes au fleuron de la gamme, en photo comme en vidéo…
- Pentax K-3 Mark III Ricoh poursuit son cavalier seul sur le créneau des reflex APS-C et 24 x 36. Ce K-3 Mark III ravive une nostalgie encore fraîche, avec son beau pentaprisme, et son ergonomie qui en fait un redoutable outil photographique, généreusement jointoyé. Reste des caractéristiques limitées en LiveView et vidéo, qui rendent la comparaison difficile face aux hybrides dernière génération. Mais si vous aimez la visée reflex…
- Sony A6600 L’A6600 bénéficie de belles évolutions par rapport à l’A6500, dont le suivi AF sur les yeux en temps réel et un accu bien plus endurant. Mais pour le reste, il s’inscrit dans la lignée de son aîné et reste en retrait de la concurrence sur le plan de l’ergonomie, tout en offrant un autofocus et une qualité d’image de haut niveau.

BOÎTIERS 24x36 - MOYEN FORMAT

Les meilleurs boîtiers au format 24x36 & MOYEN FORMAT du marché en test
■ Sony A7 IV ■ Canon EOS R6 ■ Canon EOS R5 ■ Lumix S1/S1R ■ Lumix S5 ■ Nikon Z5 ■ Nikon Z6 II ■ Nikon Z7 II ■ Pentax K-1 Mark II ■ Sony A7c ■ Sony A7R IV ■ Fujifilm GFX100s

- Sony A7 IV Le voici enfin, le successeur de l’A7 III, brillant hybride 24 x 36. Cette quatrième itération prend du galon : la plupart des caractéristiques proviennent des A1 et A7S III…
- Canon EOS R6 Pourvu d’une fiche technique digne d’un boîtier pro, l’EOS R6 se pose en redoutable outsider sur le créneau de l’hybride 24 x 36. Il pâtit néanmoins, au même titre que le R5, d’une surchauffe pénalisante, lors d’enregistrements vidéo prolongés. Pas de quoi le condamner pour autant, car il conserve de nombreux atouts.
- Canon EOS R5 L’EOS R, premier sans miroir 24 x 36 Canon, n’avait pas vraiment convaincu les adeptes de la série EOS 5D qui, depuis quinze ans, du modèle d’origine au Mark IV en passant par le 5DS R, a séduit aussi bien les pros que les amateurs experts. L’EOS R5 veut aller beaucoup plus loin que ces reflex de la marque en matière de performances photo et vidéo !
- Lumix S1/S1R Avec les Lumix S1 et S1R, Panasonic a réussi une première incursion remarquée et réussie dans l’univers des appareils sans miroir au format 24 x 36. Depuis, les S1H et le S5, plus orientés vers un usage vidéo ont vu le jour. Les S1/S1R demeurent ainsi des modèles de premier plan, offrant une ergonomie aboutie, dans un gabarit volumineux.
- Lumix S5 Un grand GH5, de par la taille du capteur, de type 24 x 36, logé dans un boîtier aussi compact que le spécialiste vidéo dans la gamme Lumix G Micro 4/3. Un petit S1H, car il réunit nombre de caractéristiques offertes par le porte-étendard de la gamme Lumix S sur le marché vidéo pro. En misant avant tout sur son potentiel en matière de tournage, le Lumix S5 se positionne ainsi à la marge, par rapport à la concurrence. Même si ses capacités en photo ne doivent pas être négligées. L’avènement de ce boîtier marque en tout cas un nouveau départ, pour la série Lumix S en monture L.
- Nikon Z5 Simplifié par rapport aux modèles experts Z6 et Z7, le Nikon Z5 vise à être une porte d’entrée pour les amateurs de 24 x 36 désirant migrer vers les sans miroir de la marque. S’il conserve la construction très sérieuse ainsi que l’excellent viseur de ses aînés, et fait même mieux en matière de sécurité des données avec deux ports de carte mémoire, il est nettement en retrait en matière de prises de vues sportives et de vidéo.
- Nikon Z6 II Notre test du Z6 publié en décembre 2018 était flatteur pour la première version du sans miroir de 24 Mpxl, mais notait qu’il aurait fallu l’élargir de quelques millimètres pour qu’il accueille un port de carte SD en plus de sa XQD, et qu’une poignée accessoire pour une batterie supplémentaire et un déclencheur vertical semblait manquer... lacunes réparées sur le Z6 II.
- Nikon Z7 II Le futur le développement d’un modèle encore plus haut en gamme, le Z7 II, dont la qualité du capteur 45 Mpxl est déjà démontrée depuis le lancement du D850 puis du Z7, a reçu les mêmes modifications qui ont remis le Z6 II dans la course : double slot, double processeur, poignée avec déclencheur vertical. Sans inflation tarifaire.
- Pentax K-1 Mark II Ce K-1 Mark II s’inscrit dans la pure tradition des reflex K numériques. Un roc, un reflex pur et dur, conçu pour les baroudeurs, doté d’un beau pentaprisme et d’un capteur Cmos 24 x 36 stabilisé, avec une ergonomie configurable aux petits oignons. Reste une question, dont l’orientation a valeur de réponse : les évolutions dont le Mark II a fait l’objet suffisent-elles à faire oublier le K-1 ?
- Sony A7c Nous attendions un successeur de l’A7 III. Sony dévoile l’A7c, un hybride 24 x 36 dans un corps d’A6600, pourvu d’un système de stabilisation sur cinq axes et d’un viseur, ainsi que d’un écran orientable dans toutes les directions. Un contre-pied qui rappelle celui effectué récemment avec le Z-V1, pendant vidéo de la série RX100. Où situer, dans ces circonstances, cet A7c face à ses aînés, et face à la concurrence ?
- Sony A7R IV La présentation du Nikon Z7 puis du Lumix S1R avait relégué au second plan le Sony A7R III sur le créneau des « sans miroir » de haute définition. Avec l’A7R IV, doté d’un capteur de 61 millions de pixels, le pionnier des 24 x 36 à viseur électronique entend bien reprendre une grande longueur d’avance.
- Fujifilm GFX100s Un pur moment de photographie (voire, de vidéo). C’est ce que l’on ressent, en prenant en mains ce boîtier « au format large », version plus compacte que le GFX100, mais tout aussi capable, d’un point de vue technologique. L’ergonomie, même si elle est perfectible, et surtout, la qualité des images, bien aidée par la stabilisation, la gamme optique au diapason, font de cet outil un objet de désir, pour qui aime la prise de vue contemplative. Un éloge de la lenteur, en quelque sorte…

MDLP Hors Série #49 Papier + Numérique : - Tablette, Mobile, Ordinateur

par Vanessa VIGIER - 

Editions : hsmixte - 

Hors série MDLP - 

18 €.

LE GUIDE MATÉRIEL 2021/2022 - 164 PAGES - 9,90 €
■ Le panorama des objectifs ■ Le marché de l’occasion ■ Le retour de l’argentique ■ APS-C & MICRO 4/3 : les raisons d’y croire ■ 24x36 : Est-il fait pour vous ? ■ Compacts & Bridges ■ Les nouveaux systèmes AF ■ TESTS : Canon EOS M50 Mark II ■ Fujifilm X-S10 ■ Fujifilm X-T4 ■ Lumix GH5 Mark II ■ Lumix G9 ■ Nikon Zfc ■ Olympus OM-D E-M10 Mark IV ■ Olympus OM-D E-M1 Mark III ■ Pentax K-3 Mark III ■ Sony A6600 ■ Sony A7 IV ■ Canon EOS R6 ■ Canon EOS R5 ■ Lumix S1/S1R ■ Lumix S5 ■ Nikon Z5 ■ Nikon Z6 II ■ Nikon Z7 II ■ Pentax K-1 Mark II ■ Sony A7c ■ Sony A7R IV ■ Fujifilm GFX100s

Des pages se tournent - La page semble tournée pour de bon. Pour la majorité des constructeurs, en tout cas. Après que Canon et Nikon ont tour à tour mis leurs EOS R3 et Z9 sur les rails, le symbole est suffisamment fort : le futur des pros s’écrira sans miroir. Ce nouveau chapitre s’ouvre sur les montures RF et Z. Cette année restera donc comme un tournant, dans l’histoire du numérique. Peut-être, verra-t-on encore quelques modèles pourvus d’un miroir (dans un passé récent, les deux marques ont proposé respectivement un EOS 90D et un D780). Mais ils resteront des exceptions. Car en dehors de Ricoh Imaging, qui reste en marge du marché hybride, misant toujours sur les reflex Pentax en monture K, tous les principaux acteurs ont basculé, pour de bon. Il suffit de contempler les gammes optiques respectives, en plein essor.
Faut-il pour autant tirer un trait sur les reflex ? Certainement pas. Au même titre que l’argentique, les systèmes à optiques interchangeables à miroir ont toujours de bonnes raisons d’exister, et de satisfaire bon nombre de photographes. C’est pourquoi nous avons intégré les choix optiques, dans notre grand tour d’horizon dans ce domaine. Et consacré un article au marché de l’occasion, où l’un des acteurs nous apprend que parmi le matériel le plus vendu, aux côtés du best-seller A7 III (au passage, vous pourrez lire une prise en main de son successeur, tout juste annoncé, dans ce numéro), figurent l’EOS 5D Mark III et le 24-105 mm f/4L… Autre enseignement, à l’issue de cette année particulièrement pauvre en annonces, un seul compact a vu le jour, le GR IIIx. Aucun bridge. Aucun compact d’entrée de gamme. Là aussi, il s’agit d’un tournant, probablement irréversible. En dehors de séries très expertes (Fujifilm X100, Ricoh GR), ce type d’appareil semble avoir vécu, terrassé par les smartphones. À l’inverse, Olympus, dont nous pouvions craindre que la division Image soit enterrée, après qu’elle a été rachetée par un fonds d’investissement et rebaptisée OM Digital Solutions, rassure ses adeptes, avec une feuille de route optiques, et des promesses d’annonces à venir… Impossible, au moment d’achever ce numéro, de ne pas avoir une pensée émue, pour Jean-Marie Sepulchre, qui nous a quittés cette année. Il attendait toujours ce rendez-vous annuel avec gourmandise, en grand passionné d’appareils et objectifs, qu’il n’a cessé de collectionner tout au long de sa vie, toujours à l’affût des modèles dernier cri… et du moindre scoop, lui qui s’empressait de mettre la main sur des exemplaires avant leur commercialisation, pour décortiquer leurs performances, avec l’enthousiasme mêlé de rigueur qui le caractérisait. C’est pourquoi, certains tests, au sommaire de notre sélection, comme ceux des Z6 II et Z7 II, sont signés de ses fameuses initiales. Il aurait, sans aucun doute, signé les premiers essais du Z9, hybride pro dont il attendait l’avènement avec impatience. C’est, là aussi, une page de qui se tourne dans la jeune histoire de notre magazine.
par Benjamin Favier, rédacteur en chef