Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Macphun Aurora HDR : une brique de plus

12/11/2015 | LAURENT KATZ

Créé avec la participation du photographe Trey Ratcliff, spécialiste de la photo HDR, Aurora HDR place une nouvelle corde à l’arc des logiciels d’imagerie de l’éditeur Macphun qui ne se consacre qu’à l’univers OS X.

JPEG - 203.5 ko
À l’importation de la séquence de bracketing, il est offert d’pporter trois interventions : alignement des photos, suppression des images fantômes et élimination des aberrations chromatiques (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

À parcourir le site de Trey Ratcliff, beaucoup ne vont pas se réconcilier avec l’HDR, ce traitement qui mixe plusieurs images prises avec des expositions différentes, est souvent employé avec un parti-pris esthétique qui les font fuir. Parmi les vues du portfolio, il faut cependant reconnaître que certaines photos présentent un style qui, s’il ne navigue pas dans la subtilité, dégage un certain charme quand d’autres font grincer les rétines. Heureusement Aurora HDR est capable de jouer la carte de l’outrance comme celle de la subtilité.

JPEG - 29.3 ko
L’ensemble des palettes de réglages.

Livré en version standard ou professionnelle (avec les plug-ins pour Lightroom, Photoshop et Aperture), Aurora HDR prend un jeu de photos exposées avec un décalage, les fusionne et vous laisse jouer sur le niveau des tons clairs, moyens et foncés pour créer une image à la gamme dynamique plus élevée que chacune des photos de base. Cela avec beaucoup de paramètres pour gérer cette répartition, jouer sur la colorimétrie et aussi sur l’accentuation et l’amplification des microdétails. Ce que complètent des réglages de coloration, de vignettage, tout cela dans le contexte d’une organisation en calques, assortie d’un masque de fusion pour des interventions locales.

L’interface sera familière à ceux qui emploient déjà les productions de l’éditeur, avec une commande de comparaison avant/après. Jouer modérément des curseurs est un gage de naturel, faisant gagner en plage dynamique à bon escient, quand les pousser un peu loin amène l’aspect féérique qui fait que certains fuient l’HDR comme la peste.

Les projets en cours sont enregistrables dans un format propriétaire (.MPAU) avec les calques et les réglages pour les modifier ultérieurement, dans un fichier OpenEXR à dynamique élevée ou exportable dans des formats plus communs (Jpeg, Tiff, PNG, PDF…).

JPEG - 310.4 ko
Aurora HDR dispose d’une multitude de rendus HDR prédéfinis, à compléter par ceux que vous avez paramétrés (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 278.7 ko
À l’instar de la fonction Miniature qui joue sur le flou dans certains logiciels, Aurora HDR offre une commande pour moduler la luminosité sur une zone linéaire, dont l’étendue et l’orientation sont ajustables (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Aurora HDR en version standard est vendu sur le Mac App Store au tarif introductif de 39,99 € (44,99 € par la suite), alors que Aurora HDR Pro n’est commercialisée que dans la boutique de l’éditeur ou sur le site de Trey Ratcliff pour 89,99 € au départ (99,99 € en temps normal). À partir du 19 novembre seulement, même si les commandes sont déjà ouvertes.

- Le site de Macphun

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP