Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Manuel sur la photo de rue chez Eyrolles

09/04/2013 | Benjamin Favier

Cet ouvrage traduit de l’anglais suscite un sentiment mitigé. Certains chapitres axés sur la pratique font mouche, quand d’autres paraissent dispensables…

Il y a des livres que l’on a envie d’aimer, bien qu’ils ne soient pas exempts de défauts. Street photo, manuel des photographes urbains, en fait partie. La fabrication séduit. Le petit format (20 x 15 cm) aux coins arrondis – qui rappelle L’art de l’iPhonographie, également édité par Eyrolles – et la composition dynamique de la couverture incitent à prendre le livre en main. En outre, cela permet de le garder au quotidien avec soi, dans un sac, pour le consulter in situ.

Parfum anglo-saxon

La plupart des images ont été prises dans les rues londoniennes et new-yorkaises, et en Inde. Rien de surprenant puisque cet ouvrage a fait l’objet d’une traduction et d’une adaptation, concernant le passage – court mais informatif – sur le droit à l’image en France. Son auteur, Tanya Nagar, agit sous le pseudonyme Tanya-N sur Internet, où elle anime un blog dédié à sa passion, la photo de rue, dans la langue de Shakespeare. En le parcourant, on note une nette différence en termes de qualité d’image, entre ses récentes publications sur la toile et les clichés publiés dans le livre édité par Eyrolles. L’explication vient sans doute du fait que la jeune photographe est entre temps passée au plein format. Et que la majorité des prises de vue parues dans Street photo sont issues d’un Canon EOS 350D, dont la sortie date d’il y a près de dix ans ! Si les images n’ont rien d’extraordinaire d’un point de vue technique, elles révèlent un talent certain de l’auteur en matière de composition ainsi que son aptitude à capter des scènes insolites. Ce qui fait le sel de la discipline.

Impression mitigée

Il est dommage que les légendes liées aux photos n’indiquent pas systématiquement les données Exif complètes. Il faut se contenter des références du boîtier et de l’optique dans la plupart des cas. Sauf dans le dernier chapitre, intitulé « Galerie », où elles apparaissent presque systématiquement. Cette partie, très réussie, donne quelques regrets par rapport à l’ensemble. Les témoignages de photographes spécialistes du genre dans cette « Galerie » sont tout bonnement passionnants : de façon récurrente, ils reviennent en détail sur une photo publiée en pleine plage (Comment j’ai créé…). À leur lecture, on a qu’une envie : prendre son appareil et arpenter les rues. Quant aux passages plus théoriques sur le matériel ou le post-traitement, ils semblent dispensables et relèvent plus d’ouvrages généralistes. Un propos plus synthétique et purement pratique aurait certainement été plus conforme au petit format de ce livre.

- Street photo, manuel des photographes urbains
- Par Tanya Nagar
- Éditions Eyrolles
- 20 x 15 cm
- 176 pages
- 14,90 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP