Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

Megadap MTZ 11 : tout autofocus sur Nikon Z ?

07/01/2021 | Jean-Marie Sépulchre

La société hongkongaise Gabale commercialise depuis l’automne dernier une bague d’adaptation fort séduisante destinée aux Nikon Z. Elle permet d’utiliser des objectifs à mise au point manuelle Leica M en les dotant d’autofocus. Mais aussi la plupart des objectifs de reflex grâce à des bagues intermédiaires supplémentaires.

Présentation

Comme la bague Techart en monture Sony déjà présentée sur notre site, cette bague Megadap dispose d’un petit moteur interne alimenté par le boîtier qui fait coulisser une monture interne sur une course de 6,5 mm, assurant dès lors la mise au point autofocus de n’importe quel objectif sous quelques contraintes cependant liées à la masse de l’optique et à sa focale.

JPEG - 81.8 ko
Construite en métal, ma bague dispose d’une partie mobile pour sa monture d’objectif, la mécanique est située dans la base avant.

Pas question que ce moteur miniature puisse déplacer un objectif de 600 mm, mais toutes les courtes et moyennes focales d’un poids limité – de l’ordre de 500 g –, sont compatibles, et pas seulement les Leica M ! En effet le tirage mécanique d’un Leica M est de l’ordre de 28 mm tandis que celui d’un Nikon Z est de 16 mm, mais les objectifs de reflex ont un tirage mécanique compris entre 40 et 50 mm selon les modèles. Donc tous les objectifs de reflex peuvent se monter sur un Leica M et de nombreuses bagues d’adaptation ont été commercialisées quand la vénérable marque de Wetzlar a inauguré avec le M(240) le LiveView et le viseur électronique optionnel. Il suffit d’utiliser une de ces bagues pour monter sur la Megadap une très large gamme d’objectifs.

JPEG - 229.3 ko
Test de portrait à pleine ouverture au Z7 II avec le mythique et « romantique » Nikkor AIS 50 mm f/1,2 dont la mise au point manuelle est particulièrement délicate du fait d’un fort nimbé, ici l’autofocus avec reconnaissance automatique de l’œil a été très efficace. (Photo Jean-Marie Sepulchre)

Les Nikkor AF redeviennent autofocus !

Le système est prévu pour les objectifs à mise au point manuelle, mais maints nikonistes ont protesté lors du lancement de la gamme Nikon Z, car la bague FTZ pour les optiques à monture F ne fonctionne en autofocus qu’avec les objectifs à moteur intégré (AFI, AFS, AFP) laissant sur le carreau les AF et AFD à couplage mécanique qui ne fonctionnent qu’avec les reflex haut de gamme disposant d’un moteur pour actionner leur mécanique de mise au point. Or ces objectifs rétrogradés au rang des manuels récupèrent leur fonction de mise au point automatique grâce à cette bague quand on les monte sur une bague intermédiaire monture F > monture M qui se trouve facilement à moins de 50 €, la bague motorisée elle-même coûtant environ 350 €.

JPEG - 254.2 ko
Le Nikkor AIS 105 mm f/2,5 offre toujours un piqué « moderne » à pleine ouverture sur un capteur 45 Mpxl et là aussi l’autofocus a été très efficace lors de prises de vues en rafale, l’oeil le plus proche est sélectionné quand le modèle tourne la tête. (Photo Jean-Marie Sepulchre)

Rendre autofocus les optiques manuelles

Évidemment les légendaires objectifs à mise au point manuelle Nikkor AI, AIS et F bénéficient aussi d’une fonction autofocus jamais imaginée à leur époque, et on pourra également utiliser sur son boîtier Nikon Z les Nikkor pour télémétriques S de la marque, les célèbres Takumar à monture à vis d’Asahi Pentax, les objectifs Canon FD, Minolta MD, ou Olympus Zuiko, mais aussi les vieilles optiques russes à bokeh tourbillonnant… La liste n’est limitée que par la production des bagues d’adaptation destinées à la monture Leica M, il faut juste éviter les bagues trop massives comme les Novoflex à couronne mobile bleue qui sont prévues pour utiliser sur Leica des objectifs sans bague de diaphragme. On pourrait souhaiter pour l’avenir une gamme d’adaptateurs plus épais directement adaptés aux montures reflex. Certes, le produit serait plus encombrant, mais on pourrait y loger un gros moteur plus puissant pour assurer la mise au point d’optiques plus lourdes !

- Le site de Megadap

Premier avis

Construit en métal avec une belle finition et livré dans une jolie boîte, l’adaptateur n’est accompagné que d’une courte notice en langue chinoise, mais le site de la marque donne les conseils d’usages de façon claire et permet, le cas échéant, de télécharger les mises à jour firmware qui se feront depuis l’ordinateur par un câble USB hélas non fourni. L’utilisation avec un objectif Leica M est immédiate, le constructeur conseille de programmer la distance focale utilisée pour qu’elle apparaisse dans les Exifs, mais cette manœuvre est facultative. Bien entendu le fonctionnement ne peut se faire qu’à ouverture réelle, ce qui est la construction de base des optiques Leica M, les objectifs pour reflex fonctionneront de même, car aucune bague intermédiaire du marché ne dispose d’une commande électrique de fermeture du diaphragme. 
Heureusement la visée électronique ne s’accompagne d’aucun assombrissement de l’image en fermant le diaphragme, mais il faudra se souvenir qu’au-delà de f/5,6 la mise au point sera de plus en plus délicate et lente, l’autofocus des Nikon F fonctionne d’ailleurs ici avec les objectifs natifs : ouverture réelle de pleine ouverture à f/5,6 puis mise au point à f/5,6 avant fermeture du diaphragme quand on souhaite plus de profondeur ce champ, laquelle se visualise alors quand on a programmé à cet effet le touche de fonction Fn1.

JPEG - 110.9 ko
Peu encombrante une fois montée sur un Nikon Z, la bague est également compatible… à quelques millimètres près, avec la poignée d’alimentation destinée à la série II des boîtiers.

Tous les modes autofocus de base du boîtier sont disponibles, ponctuel et continu, avec suivi de cible et reconnaissance des yeux des humains et animaux domestiques. La mise au point est précise mais présente parfois des hésitations avant de se stabiliser, il sera déconseillé d’opérer en rafale H* et suivi continu, le petit moteur de la bague n’a pas la vigueur des doubles moteurs linéaires désormais implantés dans la gamme S des Nikkor Z ! Et en vidéo le bruit de l’autofocus sera vite insupportable, une perche éloignant le micro de l’appareil sera le minimum recommandé.

Cependant quand le sujet ne bouge pas de façon rapide et désordonnée la bague donnera toute satisfaction en suivi AF continu : nous avons opéré en portrait avec deux Nikkor AIS mythiques, le 50 mm f/1,2 et le 105 mm f/2,5 tous deux à pleine ouverture et en cadence rafale 10 images seconde, avec 70 % d’images bien focalisées sur l’œil le plus proche quand on est à 95 % avec le Z 85 mm f/1,8 à pleine ouverture… oui, mais combien d’images nettes sur l’œil le plus proche à cette cadence en mise en point manuelle quand le modèle tourne la tête ou la bouge de haut en bas ? Je vous le demande.

Un petit conseil enfin pour améliorer le rendement, que ce soit avec une optique de focale un peu longue ou un modèle à lentilles flottantes avec correction variable des aberrations selon la distance (à l’instar du Nikkor AIS 24 mm f/2,8 ou du Leica 35 mm f/1,4 FL) on peut faire une pré-mise au point manuelle à vue et laisser la bague peaufiner le réglage avant la prise de vues. De même si on se risque à utiliser une optique un peu trop lourde il est utile que la bague n’ait qu’une course très courte pour ne pas risquer d’endommager la mécanique. 


Fiche technique Megadap MTZ 11

  • Type : Bague de conversion autofocus
  • Montures/Coefficient : Nikon Z/1x
  • Optiques compatibles : Leica M
  • Accessoires supplémentaires : bagues d’adaptation objectifs reflex -* Interface : Micro USB
  • Dimensions/Poids : 85 x 20 mm / 180g
  • Prix : 349 $ sur le site constructeur, vente en ligne sur Amazon en €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP