Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Nikon 1 J5 : un concept remis à plat

02/04/2015 | Franck Mée

Après quatre itérations orientées « fun », Nikon change de pied et fait du 1 J5 un vrai appareil photo, qui offre un accès beaucoup plus aisé aux réglages avancés. Au passage, l’électronique est intégralement revue, sans doute pour le meilleur.

Présentation

Malgré le lancement en grande pompe des J1 et V1, Nikon est longtemps resté timide sur le marché des compacts à objectifs interchangeables. Sans doute par peur de concurrencer les reflex d’entrée de gamme, les 1 se sont cantonnés aux fonctions ludiques, reléguant par exemple les modes PSAM au fond des menus. Les V2 et V3 avaient initié un changement de direction, mais le J4 conservait par exemple une molette des modes très dépouillée, limitée aux modes Instant animé, Meilleur moment et consorts.

Retour aux sources

C’est par conséquent une petite révolution culturelle qui a présidé à la naissance du 1 J5. Un coup d’œil à la molette des modes permet de comprendre que Nikon a enfin décidé de faire de son modèle grand public un vrai concurrent des Olympus E-PL7 et Panasonic GF7 : s’il offre toujours les options ludiques grand public, il intègre également les PSAM. Mieux encore, le J5 reçoit une molette de réglages autour du déclencheur vidéo, qui permet avec la roue codeuse toujours présente d’employer confortablement le mode manuel.

Autre élément sur lequel Nikon suit la concurrence : l’écran, évidemment toujours tactile, est monté sur une charnière ouvrant la voie aux autoportraits. Comme sur le GF7, l’écran se retourne vers le haut (plus pratique que le passage par le dessous du E-PL7), mais il peut également être orienté vers le bas pour viser par dessus un obstacle : pratique ! Sans nier sa vocation grand public, le J5 peut ainsi être envisagé comme un second boîtier pour un utilisateur expérimenté. Il n’attaque pas pour autant le V3, plus haut de gamme avec ses accessoires et ses réglages supplémentaires.

Vraie nouveauté

Les précédents Nikon 1 avaient vu passer trois capteurs Cmos successifs (10, 14, puis 18 Mpxl) et deux générations de processeurs, sans véritable révolution de qualité d’image – pas tout à fait au niveau des 1" Sony et des Micro 4/3. Le 1 J5 reçoit un capteur de 20 Mpxl entièrement nouveau : c’est un Cmos BSI d’origine non précisée (il diffère légèrement de celui du RX100 III, notamment par l’intégration de détecteurs de phase, et ne provient donc peut-être pas des ateliers Sony). La gestion du bruit devrait donc faire un bond, même si la sensibilité maximale reste à 12 800 Iso.

Avec un nouveau processeur Expeed 5A, le 1 J5 conserve par ailleurs la rapidité d’acquisition des Nikon 1 : comme sur le V3, la rafale atteint 60 im/s (ou 20 im/s avec mise au point continue). Le nouveau venu reçoit d’ailleurs un mode Sport, qui permet d’accéder directement aux modes Rafale et de grouper les clichés par séries. En revanche, l’autonomie régresse : la durée de vie de la batterie est annoncée à seulement 250 photos…

4K ou presque

Avec les 1, Nikon a misé sur la haute vitesse. Le J5 capture toujours en Full HD à 60 images par seconde et atteint 120 im/s en HD 720p, mais il ajoute une possibilité très attendue : c’est le premier modèle de la marque jaune capable de filmer en 4K. Avec tout de même une limitation notable : la cadence d’acquisition ne dépasse alors pas 15 im/s ! Cela rappelle la GoPro Hero3, qui avait l’excuse de défricher la vidéo Ultra HD, et surtout le récent Panasonic CM1, lui aussi équipé d’un capteur Cmos BSI de 1" et 20 Mpxl… Dommage, car à une telle cadence, les saccades sont très visibles : il est donc difficile de considérer le J5 comme un vrai produit 4K.

Le tarif reste accessible : à 499 € en kit, le J5 s’aligne sur le Panasonic GF7. Il sera disponible fin avril ou début mai, en noir ou en bicolore gris/noir.

Premier avis

Nous craignions que les J soient destinés à rester éternellement des produits purement ludiques dont les fonctions photographiques resteraient cachées au fond des menus. C’est donc une bonne surprise que de voir le Nikon 1 J5, avec lequel la marque jaune hausse son jeu pour s’attaquer directement aux Panasonic GF7 et Olympus E-PL7.

Le résultat est un produit amateur accessible au grand public, mais qui n’oublie pas les utilisateurs plus experts susceptibles de s’essayer aux réglages manuels. Bonus inattendu : il reçoit un capteur Cmos BSI, qui pourrait compenser un peu sa densité largement supérieure aux Micro 4/3 qu’il affrontera – un match qu’il faudra bien entendu juger sur pièces. La principale déception vient de la vidéo 4K, mise en avant par Nikon, à vrai dire extrêmement limitée, mais le J5 est un immense pas dans le bon sens à un tarif raisonnable.

Fiche technique

- Capteur : Cmos BSI 8,8 x 13,2 mm, 20 Mpxl
- Vidéo : 4K à 15 im/s, HD 1080p à 30 ou 60 im/s, HD 720p à 120 im/s, son stéréo, compression H.264
- Format de fichier : Jpeg, Raw (Nef), Mov
- Monture : Nikon 1
- Protection : -
- Wi-Fi : Transfert de fichiers, contrôle à distance (configuration par NFC)
- GPS : -
- Mise au point : Hybride (corrélation de phase sur 105 zones et détection de contraste sur 171 zones)
- Stabilisation : selon l’objectif
- Écran : LCD 3", 1 037 kpts, tactile, orientable verticalement de -86° à +180°
- Viseur : -
- Modes d’exposition : PASM, scènes Sport, Meilleur moment, Instant animé, Vidéo avancée
- Sensibilités : Auto, 160 - 12 800 Iso
- Vitesses : NC
- Rafale : 20 im/s (AF continu), 60 im/s (mise au point fixe)
- Flash : intégré, NG = 5 (100 Iso)
- Stockage : Micro SD
- Connectique : HDMI, Hi-speed USB
- Accu : Li-Ion EN-EL24, 250 photos
- Dimensions/poids : 98,3 × 59,7 × 31,5 mm / 231 g (nu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP