Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Nikon D810 : une sage évolution

26/06/2014 | Franck Mée

Deux ans après les D800 et D800E, Nikon présente le D810, son nouveau 24 x 36 mm haute définition. Le capteur reste à 36 Mpxl mais est revu, et l’appareil profite des nouveautés apparues sur les autres modèles de la marque.

Présentation

2012 était l’année de l’offensive 24 x 36 chez Nikon. Si le reflex grand public D600 fut lancé à la Photokina, le D4 avait ouvert le bal en janvier et les D800 et D800E avaient enchaîné en février. Ceux-ci avaient marqué les esprits par leur définition peu commune : leur capteur comptait 36 Mpxl, trois fois plus que le D700 qu’ils remplaçaient ! Deux ans plus tard, cette définition n’est au mieux qu’égalée, sur le Sony α7R par exemple, et ne demande pas de révision. En revanche, le D800 commence à marquer le pas dans d’autres domaines, notamment en vidéo, justifiant une mise à jour.

Éléments de D4s

La révolution n’est pas du côté du capteur, qui reste sagement à 36 Mpxl – c’est bien suffisant pour faire apparaître les limites de la plupart des objectifs… Contrairement à la version précédente, il a été conçu pour ne pas être couvert de filtre passe-bas, ce qui permet d’éviter le « tour de magie » du D800E (en fait équipé de deux filtres biréfringents, le deuxième annulant l’effet du premier, pour ne pas modifier l’épaisseur de glace devant le capteur). Les problèmes de moiré étant désormais bien traités par voie logicielle, la version avec filtre disparaît, de la même manière que le Ricoh Pentax K-3 a remplacé à la fois les K-5 et K-5 IIs ; mais au contraire de Ricoh, Nikon n’a pas implémenté de technologie pour recréer l’effet anticrénelage, bien que la marque ait un filtre passe-bas réglable dans ses brevets.

Le processeur évolue aussi, puisque le D810 s’offre l’Expeed 4 vu sur les derniers reflex APS et sur le D4s, et l’obturateur est révisé : enfin, le claquement sec du D700 laisse la place à un bruit un peu plus feutré. En photo, l’ensemble permet de gagner une image par seconde en rafale et d’introduire le mode Qc vu sur le D4s, combinant la prise de vue à 3 im/s en continu et un mouvement du miroir ralenti pour diminuer le bruit.

La plage Iso est également élargie : la sensibilité de base est désormais de 64 Iso, et les 12 800 Iso sont accessibles en plage normale ; l’extension permet donc d’atteindre 32 Iso au minimum (avec sans doute une perte de dynamique notable) et jusqu’à 51 200 Iso au maximum.

Le module autofocus est bien entendu le MultiCam 3500FX, bien connu depuis le D3 ; il reçoit les dernières évolutions logicielles du D4s, en particulier le mode groupé permettant de fusionner cinq collimateurs adjacents. Autre emprunt au D4s, ceux que le poids des fichiers rebute apprécieront l’enregistrement en Raw S de 9 Mpxl.

Retouches diverses

Le reste de l’appareil évolue assez peu, la principale retouche étant sans doute l’ajout d’un mode d’exposition multizone supplémentaire, conçu pour préserver les hautes lumières. Plutôt qu’ajouter une quatrième position sur le sélecteur d’exposition, Nikon a préféré supprimer celui-ci, remplacé par une touche (qui elle-même fait disparaître l’accès direct au bracketing).

Le Picture control a été amélioré pour offrir plus de latitude dans le choix des rendus : il offre une meilleure gestion de la dynamique et des contrastes intermédiaires et est désormais disponible en vidéo.

Celle-ci, présentée comme un point fort au lancement du D800, ne subit qu’une mise à jour conforme à celle vue sur le D4s : la cadence passe à 60 im/s maximum, la sensibilité automatique est disponible en mode M, et le rendu des micros peut être optimisé pour mieux distinguer les voix. Le micro intégré passe également à la stéréo, et il est possible d’enregistrer le flux simultanément sur une carte mémoire et un enregistreur externe en HDMI. Il est toutefois permis de trouver l’évolution un peu légère, à l’heure où d’autres constructeurs n’hésitent pas à proposer des modes 4K. L’absence de peaking pour réaliser la mise au point manuelle est également difficile à comprendre.

- Le site de Nikon

Premier avis

Le couple D800 / D800E était un gros changement stratégique : après l’ultra-sensibilité du D700, la marque jaune passait à la très haute définition et laissait au seul D4 le rôle de reporter nocturne. Le D810 est, pour sa part, une simple mise à jour, révisant quelques composants et installant un processeur neuf dans un boîtier finalement très conservateur. Les caractéristiques qui évoluent découlent presque évidemment des retouches effectuées, à l’instar de la vidéo 60p ou de la rafale améliorée qui vont de soi avec le passage à l’Expeed 4 ; le D810 sera à n’en pas douter un reflex très efficace, complet et performant, mais il n’a rien de surprenant ou d’innovant et ne devrait pas bouleverser la hiérarchie du segment.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 24 x 36 mm, 36,3 Mpxl effectifs
  • Protection du boîtier : Tropicalisé
  • Stabilisateur : -
  • Vidéo : 1080p (24, 25, 30, 50 ou 60 im/s, H.264)
  • Son : Micro stéréo intégré ou entrée stéréo
  • Sensibilité : Auto, 64 - 12 800 Iso (extension de 32 à 51 200 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (NEF), Raw S (9 Mpxl), Raw + Jpeg, Mov
  • Monture : Nikkor F avec moteur et couplage AI
  • Autofocus : Détection de phase sur 51 points (11 en croix) ; suivi 3D, zone dynamique 9, 21 ou 51 points, zone groupée
  • Mode d’exposition : PASM
  • Type de mesure : Matricielle sur 91 000 points RVB, matricielle avec préservation des hautes lumières, pondérée centrale ou spot
  • Vitesse : 1/8 000 à 30 s, Bulb, synchro X 1/250 s
  • Rafales : 5 im/s (FX), 6 im/s (DX), 7 im/s (DX et poignée MB-D12 + accu EN-EL18)
  • Flash intégré : NG 12 à 100 Iso, contrôleur iTTL de flashs distants
  • Flash externe : Griffe Iso avec pilotage TTL Nikon, prise synchro X
  • Viseur : Reflex par pentaprisme (100 % format FX, 97 % format DX et 1,2x), grossissement 0,7x, dégagement oculaire 17 mm
  • Moniteur : LCD 3,2 pouces, 1 229 kpts
  • Modes d’affichage : Zoom, index (4, 9 et 72 vues), indicateur surexposition
  • Wi-Fi : - (module optionnel WT-5 sur port USB)
  • GPS : - (module optionnel GP-1A sur port accessoires)
  • Stockage : CompactFlash et SD/SDHC/SDXC
  • Interfaces : USB 3, HDMI, entrée audio, casque, accessoire (télécommande, GPS...), synchro flash
  • Accessoires fournis : Accus et chargeur, bandoulière, câble USB, câble audio/vidéo, 1 protège-moniteur
  • Alimentation : Accu Li-Ion EN-EL15 7 V, 1 900 mAh
  • Dimensions/poids : 146 x 123 x 81,5 mm / 980 g (avec SD et accu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MBP
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Joomeo