Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

Nikon P7000, un vrai compact expert

08/09/2010 | LAURENT KATZ

Après des années d’errances, faute d’un autofocus performant ou d’une vraie philosophie experte, Nikon revient sur le devant de la scène, pour signifier à Canon, Ricoh ou Samsung qu’il fallait maintenant compter avec elle sur ce créneau. Et de belle manière.

Le CoolPix P6000 avait le goût d’un compact expert, sans les véritables atouts. Et le dernier modèle attirant, avec un zoom démarrant à 24 mm et un LCD orientable, le P8400 lancé en 2004, se distinguait par une mise au point automatique des plus anémiques. Saluons donc l’arrivée de ce P7000 qui fait, lui aussi, une salutaire course aux pixels en sens inverse : on passe de 14 Mpxl pour le P6000 à maintenant 10 Mpxl étalés sur un capteur de 1/1,7e de pouces. Comme sur les Canon G11, Samsung EX1 et Ricoh GR III D. Ce qui signifie une meilleure gestion des hautes sensibilités et des incursions plausibles dans la zone allant de 400 à 1 600 Iso. D’autant que Nikon met en avant la puissance de calcul de son processeur Expeed C2.

Le boîtier, massif, bien fini, présente un aspect qualitatif et un air de déjà vu. Comme si un esprit facétieux avait soufflé dans l’esprit des designers Nikon une variante de la phrase culte « les gars, agrandissez le G11 ! ». Effectivement, le zoom, le viseur optique, le grip, le décrochement horizontal, les molettes… tout fait penser au compact expert de Canon. Dommage que Nikon n’ait poussé l’inspiration plus loin en optant pour un LCD orientable ! En tout cas, il présente une définition supérieure, 921 kpts et une surface un peu plus grande, c’est un 3 pouces. Le viseur optique, lui, navigue dans la médiocrité, avec une couverture de 80 %, la petitesse et l’absence totale d’information. Sur le dessus, sont logés un sélecteur de modes d’exposition, montrant la faculté de mémoriser trois configurations utilisateurs, un correcteur d’exposition et une molette de réglages. Celle-ci donne accès, à la sensibilité, à la balance des blancs, au bracketing (sur plusieurs critères), à la définition. Un principe qui rappellera à certains l’un des atouts ergonomiques du bridge Dîmage A2 de Minolta… ce qui ne nous rajeunit pas ! La face arrière présente une roue codeuse et une molette. Ajoutez deux touches programmables et vous comprendrez que le P7000 risque d’être un appareil facile à vivre. La griffe porte-flash, bien sûr, est compatible i-TTL.

Pour le zoom, il n’y a pas d’excès en ouverture (c’est un F2,8-5,6), ni en focale basse (28 mm, éq. 24 x 36). Mais, surprise, il monte à 200 mm, avec la faculté de zoomer par palier (comme chez Ricoh) : 28, 35, 50, 85, 105, 135 et 200 mm, avec un raffinement supplémentaire, celui de pouvoir inhiber certaines étapes. Il comporte un diaphragme à iris et dispose d’un filtre gris neutre 3x, souvent indispensable, car on ne peut aller au-delà de F8. Sa formule est soignée : 11 éléments en 9 groupes, avec 2 lentilles en verres ED et 4 surfaces asphériques.

Du côté photo, on note le mélange des modes experts et des programmes-résultats, assortis de l’enregistrement en NRW/12 bits, le format Raw des compacts Nikon. La vidéo est bien en place, mais petite déception, elle n’est qu’en HD (720p, 24 im/s en H264) quand la Full HD commence à investir des appareils plus modestes, chez Sony par exemple avec le DSC-WX5.

Le P7000 a fière allure et cela fait plaisir de voir Nikon sortir autre chose que des compacts grand public ou des faux compacts experts. A 499 €, le P7000 se situe au même niveau que le Canon PowerShot G11 ou que le Panasonic DMC-LX5. L’offre en la matière est vraiment devenue sérieuse et abondante si l’on y rajoute le Samsung EX1 et le Ricoh GR III Digital. C’est l’une des bonnes nouvelles de cette période pré-Photokina.

Principales caractéristiques
- Capteur : CCD 1/1,7e de pouce, 10 Mpxl
- Définition maximale : [4/3] 3 648 x 2 736 pixels
- Vidéo maxi : 720p (24 im/s, H.264)
- Format de fichier : Jpeg, NRW, Mov
- Zoom : Nikkor F2,8-5,6/28-200 mm, éq. 24 x 36
- Mode macro : 2 cm
- Mise au point : 9 zones, détection de visages, vue par vue, continu, suivi AF
- Stabilisation : oui (optique)
- Écran : LCD 3 pouces/921 kpts
- Viseur : optique, 80% de couverture
- Modes d’exposition : PASM, modes Scènes (18), Scène auto
- Sensibilités : 100–6 400 Iso (400-12 800 en 3 Mpxl)
- Balance des blancs : auto, prédéfinies, mesurée, bracketing
- Vitesses : 60 s - 1/4 000e s
- Rafale : 1,3 im/s (30 Jpeg)
- Divers : mode Panorama, D-Lighting, mode Panorama, filtre gris neutre, horizon virtuel
- Personnalisation : 2 touches de fonction, 3 configurations
- Stockage : mémoire interne (79 Mo), SD/SDHC/SDXC
- Connectique : HDMI, Hi-speed USB, A/V, microphone, sabot porte-flash
- Accu : Li-Ion
- Dimensions/poids : 114,2 × 77,0 × 44,8 mm/335 g (avec accu et SD)

- Le site de Nikon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP