Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

4.Revue de détails à bord

23/05/2007 | Michel Lion


©Jérôme Bessone

Dans ces circonstances comment t’es-tu senti à bord de Groupama 3 avec Yvan Zedda ?

Très à l’aise. Yvan est une personne très simple, un grand passionné avant tout. La veille du reportage Yvan nous a accueilli à Lorient avec une grande gentillesse. Ce fût un moment privilégié, surtout pour moi en vue du travail que nous allions réaliser ensemble.J’attends avec impatience de voir sa structure terminée où l’on pourra admirer son travail...

Tu avais remporté un Nikon D200 en novembre dernier. Le D40x, dernier né des reflex Nikon, ne boxe pas dans la même catégorie, t’es tu senti un peu déboussolé ?

Dès que j’ai eu le d40x il est vrai que je me suis plutôt attardé sur la façon dont Nikon avait structuré le boîtier. Je savais que j’aurais très peu de temps sur le maxi trimaran. Il fallait que je m’habitue rapidement à son mode de fonctionnement : entre autres les menus et les molettes de sélection.
Nikon a su garder ses règles de finition qui finalement m’ont permis de vite l’apprivoiser... Ensuite la deuxième sensation fut la prise en main : je l’ai trouvé fin, et léger. C’est un réflex petit avec une ergonomie assez étonnante. On ne sait pas trop comment le prendre. Existe-t-il un grip destiné au d40x ? Je pense qu’avec une poignée je me serais senti plus a l’aise. Grâce au concours, j’ai la chance d’avoir gagner un d200. J’aime particulièrement sa taille assez imposante, son poids et sa matière qui font que l’on rentre vraiment en contact avec l’appareil. C’est un aspect important pour moi.


Les menus du D40x offrent un traitement graphique plus élaboré, moins classique, est-ce perturbant ?

Pas du tout. D’ailleurs c’est ce que j’apprécie avant tout chez Nikon. Du simple appareil au Reflex il y a vraiment une homogénéité dans les menus, il est donc facile pour chaque utilisateur de retrouver ses repères.

La touche INFO, disponible via un bouton au dos du boîtier. Est-ce utile pour vérifier ces réglages ?

Cette fonction est une véritable innovation. Je l’ai trouvée très intéressante. En effet, le simple fait d’appuyer sur une touche permet d’obtenir le rappel de toutes les informations techniques.
Cette innovation est vraiment appréciable surtout quand vous êtes dans ce type de configuration où tout va vite. J’aimerais vraiment l’avoir sur le D200 !

Nous avions opté pour un Nikkor AF-S DX VR 18-200mm f/3,5-5,6, cet objectif est-il idéal pour ce genre de prise de vue ?

C’est le top ! C’est une optique que l’on doit avoir dans son sac ! Je n’ai travaillé qu’avec elle. J’aime ce type d’optique qui couvre tout.
J’ai pour habitude de travailler avec un 70/200 ainsi qu’un grand angle. Avec cette optique j’ai eu du tout en un et une qualité d’image remarquable. A quand une version plus professionnelle (plus robuste, c’est le seul défaut que je lui ai trouvé).

La stabilisation VR disponible sur le 18-200 et le 70-300 mm (les 2 objectifs qui t’ont été confiés pour ce reportage) est-elle indispensable dans ces conditions de prises de vue ?

Complètement !!! Ce doit être encore plus appréciable et confortable avec des conditions météorologiques plus compliquées. En même temps je trouve que c’est rassurant de savoir que l’optique, surtout pour le 70-300, possède la stabilisation VR.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP