Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Olympus OM-D E-M1 : LONGUE FOCALE - LE CHOIX DES ARMES

14/02/2014 | Bruno Calendini

Lorsque j’ai rempli mon fourre-tout à Paris, j’ai longuement hésité entre les trois télé-zooms à ma disposition. Il s’agissait du tout nouveau Micro 4/3 de 75-300 mm f/4,8-6,7 II, et des modèles 4/3 suivants : le 50-200 mm f/2,8-3,5 ainsi que le 90-250 mm f/2,8 que vous pouvez comparer ci-dessous, dans l’ordre cité, de gauche à droite.

Malgré leur focale assez proches, j’ai finalement pris les trois. Et c’était le bon choix, car j’ai éprouvé des sensations vraiment différentes à l’usage de ces objectifs qui méritent tous d’être essayés.

La bague adaptatrice Olympus destinée à rendre compatibles les montures 4/3 et micro 4/3 est compacte, légère et efficace. Elle préserve les automatismes d’exposition et transmet les données Exifs (avec les optiques 4/3, l’AF ne fonctionne qu’en détection de phase). Le 90-250 mm f/2,8 (monture 4/3) : équivalent d’un 180-500 mm en 24 x 36, il mesure 124 mm de diamètre, 276 mm de long et accuse plus de 3,3 kg sur la balance : un beau bébé ! Son range est très intéressant et son ouverture constante à f/2,8 en fait le télé-zoom des ambiances sombres (et des arrière-plans flous) par excellence. Avec la bague adaptatrice, en AF ponctuel, il s’est toujours montré véloce et précis pour accrocher le point sur son sujet.

JPEG - 117.5 ko
Ci-dessus : le Zuiko DIGITAL ED 90-250mm f/2.8 en main.

Le 50-200 mm f/2,8-3,5 SWD (monture 4/3) n’a pas démérité non plus. Beaucoup plus compact et léger, mais avec une ouverture plus qu’honnête (vu les focales couvertes - 100-400 mm en 24 x 36), sa taille (assez proche d’un 70-200 mm f/2,8 plein format) présente l’avantage de se faire plus facilement oublier dans le sac.

JPEG - 121.4 ko
Le 50-200 mm f/2,8-3,5 SWD en main. Le collier de pied est un atout supplémentaire mais il "accroche" un peu trop à la rotation

Le 75-300 mm f/4,8-6,7 II à été la surprise de ce séjour. Au premier contact, les valeurs d’ouvertures de cet objectif m’ont laissé dubitatif et j’ai failli laisser ce cailloux au fond du sac. Je ne connaissais pas la version précédente du 75-300 mm et j’ai été totalement conquis par le fait de pouvoir transporter un 150-600mm (éq. 24 x 36), pesant 420 g et mesurant 12 cm, dans la poche de mon treillis.

JPEG - 112.2 ko
Ci-dessus : Le fut intérieur du 75-300mm s’étend d’environ 48 mm lorsque vous zoomez de 75mm à 300mm. C’est du "tropicalisé" mais attention quand même au sable et aux impuretés.

La monture est en format micro 4/3, donc directement compatible sans bague avec l’E-M1. La mise au point minimale va de 90 cm à 150 cm aux focales extrêmes. Elle est silencieuse et adaptée à la vidéo. Atout subtil mais pas négligeable : je me suis retrouvé à filmer sur pied en bord de mer et la faible prise au vent est un gros avantage pour limiter les tremblements parasites très sensibles aux longues focales. Lorsque je fais le ratio disponibilité des focales/ encombrement/ qualité d’image/ prix (moins de 500€), cet objectif me semble juste indispensable pour accompagner l’E-M1. Les vrais fans de longues focales pourront cependant hésiter avec les autres zooms du comparatif ci-dessus. Ceux équipés en Panasonic aussi, puisque ni leur boîtier, ni l’objectif ne sont stabilisés. Le pare-soleil LH61E aurait été bienvenue sans supplément.

Je conclurai ce chapitre en rappelant que "dans la vraie vie", un bon objectif doit savoir se montrer pratique et disponible. Il suffit de regarder dans les données Exifs des pages du magazine, le nombre élevé d’images que j’ai réalisées avec le 75-300 mm, pour comprendre à quel point j’ai trouvé cet objectif particulièrement fonctionnel sur le terrain.

JPEG - 123.7 ko
EXIF : Olympus OM-D E-M1 + 75-300 mm f/4,8-6,7 II ■ Focale 264 mm ■ 1/2000s ■ f/6,5 ■ 200 Iso ■ Photo : www.calendini.com

Longue focale + mise au point rapprochée = un beau flou de profondeur de champ, même sur un capteur 4/3 à une ouverture de f/6,7.Une photo prise en rampant au milieu de gros cailloux, difficile à réaliser avec un encombrant télé de 3 kg…

Erratum

Certaines légendes contiennent des erreurs dans notre article consacré à l’Olympus E-M1, paru dans le numéro 63 de MDLP : en effet, la bague MMF-3 n’a servi qu’avec les optiques 4/3 d’Olympus (7-14 mm, 90-250 mm) et non les M.Zuiko conçus pour le Micro 4/3 (75-300 mm, 12-40 mm). Nous vous prions de nous excuser pour ce désagrément, qui incombe à de malheureux copier/coller au moment du bouclage du magazine.

MDLP N°63, Mars 2014
- Retrouvez l’intégralité de notre reportage-test en Namibie Olympus OM-D E-M1 dans notre numéro soixante-trois du MondedelaPHOTO.com. 40 pages spéciales et exclusives d’images, de conseils et un verdict complet. Actuellement en kiosque, et en vente sur le site (paiement par CB 100% sécurisé) :
- Lire le sommaire du N° 63 de MDLP
- Commander le N° 63 de MDLP
RÉALISEZ 32% D’ÉCONOMIE = ABONNEZ-VOUS !
WORKFLOW + LEMONDEDELAPHOTO.COM : Profitez de 32 % d’économie en souscrivant à notre offre d’abonnement de 1 an (14 numéros au total) au prix de 56 euros TTC.
Je souhaite m’abonner aux magazine Workflow & LemondedelaPHOTO.com

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP